Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche relatif à la création de halles alimentaires du producteur au consommateur pour favoriser l’accès des fruits et légumes issus de l'agriculture biologique.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2009


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Le v?u n° 106 du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche a trait à la création de halles alimentaires pour favoriser l?accès des fruits et légumes issus de l'agriculture biologique.

La parole est au Président BROSSAT pour une minute.

Mme BECKER le remplace.

Mme Emmanuelle BECKER. - Merci, Monsieur le Maire.

Chers collègues, la vente de produits issus de l?agriculture biologique se développe mais reste très inégalement accessible à la population parisienne. Paris ne dispose pas à ce jour d?accès suffisamment développé à des chaînes courtes entre producteurs et consommateurs.

En décembre 2008, puis mai 2009, le Conseil de Paris a adopté des v?ux demandant qu?une étude relative à la création de halles alimentaires des producteurs aux consommateurs visant à favoriser l?accès à des fruits et légumes issus de l'agriculture biologique, de bonne qualité et à des prix raisonnables, soit réalisée.

Le sens de notre v?u est que cette étude soit réalisée et communiquée au Conseil de Paris.

Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame.

Je mets aux voix le v?u n° 106 avec un avis? Pardon !

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe. - Merci, c?est gentil.

Je vais donner un avis favorable à ce v?u, mais je voudrais répondre en quelques mots à Mme BECKER que nous sommes effectivement très soucieux de faire en sorte que les produits de l?agriculture biologique soient accessibles à tous les Parisiens, et nous continuons à travailler dans ce sens.

Nous sommes en train de faire en sorte que tous les marchés de la ville comportent au moins 10 % de bio et que, dans les marchés couverts, on puisse avoir une telle proportion.

Je dois dire que, dans notre travail, nous nous sommes rendu compte qu'il y a un manque de candidatures des producteurs et des commerçants en fruits et légumes biologiques.

Cela peut s'expliquer par deux éléments.

Soit la demande en produits frais biologiques est très élevée en Ile-de-France et on n?a pas une production locale en produits courts qui permet de répondre à ces attentes.

Et d?autre part, que naturellement les contraintes d'accès à la Capitale sont telles qu?une grande majorité des producteurs vendent à l'exploitation ou en proximité immédiate et ne viennent pas obligatoirement sur nos marchés.

Cela dit, nous sommes en train de travailler sur deux ou trois projets, donc pour l?instant, je ne peux pas vous dire exactement où ils aboutiront, mais sur lesquels je pourrais rendre compte, évidemment, en Conseil de Paris. Et moi-même étant membre maintenant du Cervia, le Centre régional de valorisation de l'innovation agricole et alimentaire Ile-de-France, c'est-à-dire les producteurs d?Ile-de-France, je vais faire en sorte, puisque cette représentation est récente, qu?ils soient particulièrement favorisés pour venir sur nos marchés directement. Bien.

Donc, je donne un avis favorable à votre v?u qui va dans le sens de ce que nous faisons.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, ce v?u.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est adopté. (2009, V. 379).