Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par les éluEs du groupe "Les Verts" relatif aux locaux de la coordination des intermittents et des précaires. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2009


 

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Nous passons maintenant à un v?u n° 91 du groupe "Les Verts", et un v?u n° 91 bis de l?Exécutif sur les locaux de la coordination des intermittents et des précaires.

La parole est à M. René DUTREY pour une minute.

M. René DUTREY. - La coordination des intermittents et précaires a mené la lutte contre le protocole U.N.E.D.I.C. en 2003 et 2006 avec le soutien de la Ville de Paris, de Patrick BLOCHE et de Christophe GIRARD.

Trahi par la signature de la CFDT, la disparition du statut d'intermittent et des précaires, en tout cas son évolution, a poussé dans la précarité de nombreux intermittents.

C'est pourquoi l'activité menée aujourd'hui par la coordination au 14, quai de Charente s'inscrit dans le droit fil d?un mouvement promouvant un espace de solidarité autonome, je pourrais presque dire qu'on pourrait la qualifier de service public.

La coordination a reçu une lettre de la Ville de Paris les prévenant d'une expulsion à venir, suite à deux propositions qui n'ont pas donné lieu à un accord avec la Ville.

Alors, Monsieur GIRARD, que je vois? Mais je suis sûr que vous êtes multitâches comme d'autres personnes. Je sais que de vous êtes multitâches mais nous avons un passé commun sur ce sujet.

Rappelez vous la "Générale", nous sommes arrivés à un accord. Cela a été très compliqué, long et dur mais nous y sommes arrivés.

Aujourd'hui, une procédure d'expulsion est en cours ; il y a un v?u de l?Exécutif qui dit : nous allons chercher d'autres solutions pour pouvoir reloger ce collectif. Je crois que le problème principal est que les solutions proposées ne leur permettent pas de continuer leurs activités publiques, ce qui, pour des artistes, pose un vrai problème.

Il faut que nous réussissions à trouver une solution et vraiment, je me propose, si vous le souhaitez, s?il y a besoin, de faire toute la médiation possible pour que nous sortions de cette affaire le mieux possible, mais en tout cas, il faut vraiment qu'il y ait des garanties sur un moratoire sur l'expulsion et la recherche de solutions rapides.

Je vous remercie.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Monsieur DUTREY.

La parole est à M. Christophe GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - René DUTREY a rappelé à juste titre un certain nombre de combats communs qui sont les combats de notre majorité, de certains d'entre nous en particulier. Je peux d?ailleurs associer à René DUTREY Patrick BLOCHE sur ce sujet, et bien d'autres encore.

Pour dire que je ne vais pas lire le v?u, mais en revanche, je vous propose de voter le v?u de l?Exécutif suivant, celui que nous avons, en ajoutant la mention : "Sur proposition de l?Exécutif et des élus du groupe "Les Verts"" dans la conclusion du v?u, de façon à ce qu'il soit clairement indiqué que c'est ensemble que ce v?u est proposé, tel que nous l'avons rédigé, car il protège, et en même temps je trouve qu'il est honnête intellectuellement.

Car vous n'êtes pas sans savoir que lors du compte rendu de mandat du 11e arrondissement, les propos tenus par la coordination et les précaires étaient d'une violence et d'une grossièreté, je trouve, qui ne sied pas à une collectivité qui les défend, qui les accueille et les loge depuis déjà un certain temps. Je rends hommage, là aussi, à Roger MADEC, le maire du 19e, à François DAGNAUD, qui les ont accueillis tout de suite. Le 11e l?a fait d'abord, le 19e la fait ensuite.

Je pense que la moindre des choses quand on veut continuer à pouvoir être soutenu, c'est de dire juste merci et de le faire juste normalement et respectueusement. Nous ne sommes pas une banque. Nous n'avons pas de dû, nous ne sommes pas obligés. Nous comprenons la souffrance et la difficulté. Nous sommes dans un combat commun mais pas en nous faisant "engueuler".

A partir du moment où il n'y a ni violence, ni manipulation, ni récupération, et que cela se passe dans le respect des uns et des autres, je vous propose donc que le v?u devienne celui que j?ai proposé pour l?Exécutif, avec, en conclusion, la mention : "Sur proposition de l?Exécutif et des élus du groupe "Les Verts"."

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Monsieur GIRARD.

Est-ce que cette proposition vous agrée, Monsieur DUTREY ?

M. René DUTREY. - Oui, elle m'agrée. Je comprends en creux - Monsieur GIRARD, je traduis vos propos - qu'il n'y aura pas d'expulsion pour le moment, tant que l'on n'aura pas trouvé une solution. Nous sommes bien d'accord ?

Pour vous dire, ils étaient énervés en compte rendu de mandat parce qu'ils avaient reçu une lettre de la Ville de Paris leur annonçant leur expulsion. C'était la cause principale de leur énervement.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - René Coty? non, pas René Coty, René DUTREY !

(Rires dans l'hémicycle).

René DUTREY, il n'est pas convenable de ne pas respecter les engagements de construction de logements sociaux. Bien sûr qu'il n'y aura pas d'expulsion, mais ils doivent être en responsabilité, quitter des lieux, ne pas retarder des travaux et discuter avec nous dans le respect. C'est tout ce que nous demandons.

Et la Préfecture de police, d'ailleurs, est plutôt coopérative. Donc, ne mettons pas les uns contre les autres dans un dossier qui est assez compliqué. Voilà ! Pas d'invectives, pas d'insultes, pas de manipulation mais du respect mutuel. On trouvera des solutions.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Monsieur GIRARD.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u déposé par l'Exécutif, amendé par la proposition faite à l'instant par l'adjoint compétent.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u amendé est adopté. (2009, V. 374).