Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2 - Condoléances.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 1997



M. LE MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, le Conseil de Paris a appris avec beaucoup d'émotion le décès, survenu le 11 mars 1997, de M. Roger SAUPHAR, ancien Conseiller général de la Seine.
(Les Conseillers se lèvent).
Né en 1909, M. Roger SAUPHAR fait partie des Forces françaises combattantes en juin 1943. Il est le chef du réseau de résistance " Démocratie " en Provence.
Arrêté en 1944 avec son épouse, tous deux parviendront à s'évader.
M. SAUPHAR adhère au Rassemblement du peuple français dès sa création par le Général De Gaulle, en 1947. Il en sera le chargé de mission pour le 4e secteur législatif de la Seine.
Il siège de 1955 à 1958 au Conseil général de la Seine où il représente le 2e secteur de banlieue (cantons de Villejuif, Sceaux et Vanves) et participera à ce titre aux travaux de la 2e Commission (assistance aux vieillards et aliénés, assistance aux malades, protection de l'enfance, hygiène sociale).
A partir de 1959, M. SAUPHAR exerce d'importantes responsabilités à l'Union démocratique du travail, notamment celles de secrétaire général. Il est également directeur gérant de " Notre République " et siégera par la suite à la commission politique de l'U.N.R.-U.D.T. en 1962.
Député suppléant de René Capitant dans le 5e arrondissement de 1962 à 1967, M. Roger SAUPHAR sera réélu député suppléant de Louis Vallon en 1968.
M. SAUPHAR, qui était membre de l'Institut Charles-de-Gaulle, était Chevalier de la Légion d'Honneur, Médaille militaire, Médaille de la Résistance, Croix de Guerre 1939-1945.
Je l'ai bien connu à titre personnel et auprès de René Capitant, et j'en garde un souvenir ému.
En mon nom personnel et au nom du Conseil de Paris, j'exprime à la veuve et à la famille de M. SAUPHAR les condoléances attristées de notre Assemblée.
(L'Assemblée, debout, observe une minute de silence).
Merci.