Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

46- 1997, DAUC 143 - Dénomination d'un espace vert situé sur les 14e et 15e arrondissements.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1997



M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DAUC 143, dénomination d'un espace vert situé sur les 14e et 15e arrondissements.
Monsieur BLET vous avez la parole.
M. Jean-François BLET. - Au sein de la Z.A.C. " Pasteur-Montparnasse " la réalisation du jardin Atlantique, plus couramment connu sous le nom de jardin de la dalle Montparnasse a fait couler beaucoup d'encre au cours des dernières décennies. Du fait des difficultés techniques, du coût exorbitant de la construction de la dalle et de désaccords entre les opérateurs, ce jardin promis de longue date a été maintes fois repoussé. Nous nous sommes évidemment réjouis de son inauguration l'année dernière.
L'attribution de son nom semble avoir fait l'objet de quelques controverses. Pour nous le nom de " jardin Atlantique " évoque un profond paradoxe qui masque un cruel échec des concepteurs. En effet, le nom d'Atlantique est une référence aux destinations principales des lignes de train de la gare Montparnasse. Mais si la sémantique fait le lien entre les deux, en revanche les réalités physiques du jardin et de la gare se tournent profondément le dos et les accès de l'un à l'autre sont quasiment inexistants. Il eut en effet été préférable d'ouvrir le jardin directement sur le pont des Cinq martyrs et le débouché des voies ferrées prolongeant ainsi l'appel au rêve et au voyage. Mais surtout il eut été préférable d'ouvrir de nombreuses liaisons entre le jardin et les halls de gare.
Or, actuellement, si une liaison indirecte entre le jardin et le hall de gare n°2 existe, la présence du jardin n'est pas indiquée dans le hall et donc demeure inconnue pour les personnes ayant accédé à ce hall par le biais des très longs couloirs souterrains.
Quant à la liaison entre le jardin et le hall n°1, elle est pratiquement inexistante. Pour les plus curieux et téméraires, cela relève d'un travail d'aventurier et nombre de personnes ont dû rebrousser chemin avant d'atteindre leur but.
Le dialogue entre la gare Montparnasse et ce jardin est donc totalement absent, ce qui révèle un échec profond dans la conception de ce projet urbain pourtant ambitieux et coûteux. Nommer ce jardin " Atlantique " constitue une véritable prouesse intellectuelle. La référence à la Gare Montparnasse nous paraîtrait plus réaliste. En hommage à la salle des objets trouvés, nous devrions appeler ce jardin " jardin des voyageurs égarés ".
M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Merci, Monsieur BLET, je donne la parole à me Anne-Marie COUDERC.
Mme Anne-Marie COUDERC, adjoint, au nom de la 6e Commission. - J'ai pris bonne note, Monsieur le Maire, des observations de M. BLET sur le défaut de signalétique. Je pense que nous allons améliorer cette situation, cela nous évitera ainsi de retenir la proposition de baptiser ce jardin le " jardin des voyageurs égarés " ; nous ferons simplement en sorte que l'on puisse trouver plus facilement l'accès à ce jardin Atlantique, qui évoque effectivement ces T.G.V. qui desservent nos régions de Bretagne et du Sud-Ouest, au bord de l'Océan.
M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Merci, Anne-Marie COUDERC. Vous voyez, Monsieur BLET, vous êtes entendu par Anne-Marie COUDERC qui a toujours le sens du dialogue et de la concertation.
Je vais donc mettre aux voix, à main levée, le projet de délibération DAUC 143.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (1997, DAUC 143).
Merci, mes chers collègues.