Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

66- QOC 97-261 Question de Mme Martine DURLACH, MM. Michel TUROMAN, Michel VION et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris sur l'aménagement d'équipements en faveur des jeunes de la cité, 51, rue de l'Ourcq (19e).

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1997



Libellé de la question :
" Les jeunes de la cité, 51, rue de l'Ourcq (19e), comme ceux du quartier, ne disposent pas d'équipements de proximité socioculturels ou sportifs. Cette situation se traduit par des tensions entre les jeunes et les plus âgés.
Or, la Ville de Paris est propriétaire d'un terrain en forme de triangle situé entre les rues de l'Ourcq, de l'Oise et le quai de l'Oise. Ce terrain doit trouver une vocation sociale.
Aussi, Mme Martine DURLACH, MM. Michel TUROMAN, Michel VION et les membres du groupe communiste demandent-ils à M. le Maire de Paris les mesures qu'il compte prendre pour réaliser sur ce site un ou des équipements en faveur des jeunes, en concertation avec eux et les associations de quartier. "
Réponse (M. Jean-Pierre BURRIEZ, adjoint) :
" Les élus communistes du Conseil de Paris s'intéressent au devenir de l'emprise municipale sise 11, quai de l'Oise - 47-47 bis, rue de l'Ourcq (19e).
Cette emprise a été acquise par préemption le 5 février 1990 dans le cadre de l'opération " Ourcq-Thionville "
Cette opération, initialement motivée par la mise en oeuvre de la réserve pour élargissement de la voirie de la rue de l'Ourcq, est aujourd'hui en cours de réexamen au regard des nouvelles orientations en matière d'urbanisme définies par le Maire de Paris lors de sa communication au Conseil de Paris du 15 avril 1996.
Aussi, à ce jour, le devenir de l'emprise évoquée ci-dessus ainsi que des bâtiments à usages d'activités qu'elle supporte n'est pas défini. Le transfert de propriété à un bailleur social pour sa gestion et son aménagement est actuellement étudié.
La création d'un établissement de proximité à usage socioculturel ou sportif pour les jeunes paraît difficilement envisageable. En effet, la petite superficie de ce terrain ainsi que sa configuration ne permettent pas d'y implanter une surface sportive réellement utilisable. De plus, le dénivelé du terrain nécessiterait d'importants travaux de remise à niveau et de consolidation de la voirie contiguë.
Cette contrainte technique est tout autant valable dans le cas d'un équipement de type centre d'animation alors même que le centre d'animation Mathis met à la disposition des associations et des groupes de jeunes des locaux leur permettant de pratiquer leurs activités. Enfin, des animations sont proposées sur le bassin de la Villette pour les jeunes (base nautique, V.T.T. le long du canal, etc.). "