Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

52- 1997, P 567 - Subvention à l'Association pour le renouveau de la rue Papillon, 5, rue Papillon (9e). - Montant : 80.000 F.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1997



M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Maintenant, nous allons examiner le projet de délibération P 567 : subvention à l'association pour le renouveau de la rue Papillon 5, rue Papillon dans le 9e. Montant : 80.000 F.
Madame MARCHIONI, vous avez la parole.
Mme Mireille MARCHIONI. - Nous voterons cette subvention pour l'organisation d'une animation commerciale dans ce quartier qui a besoin de retrouver une vie normale après les événements traumatisants qu'il a connus.
A l'occasion de cette délibération, je voudrais rappeler nos propositions pour requalifier ce quartier qui en a bien besoin, qui est particulièrement dépourvu d'équipements sociaux et culturels.
Pourquoi la Ville n'exerce-t-elle pas son droit de préemption sur les immeubles anciens vétustes pour en créer dans ce quartier ? Quels sont vos projets à ce sujet ? Une concertation avec la population, les associations et les élus locaux devrait voir le jour rapidement.
D'autre part, les riverains, confrontés aux nuisances du chantier, particulièrement au bruit, demandent que la Ville et la S.N.C.F. se concertent pour en diminuer les inconvénients.
M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Merci, Madame MARCHIONI.
M. BOULENGER de HAUTECLOCQUE a la parole pour répondre à l'intervenant.
M. Jean-Marc BOULENGER de HAUTECLOCQUE, au lieu et place de M. Gérard LEBAN, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Je répondrai sur le projet de délibération portant sur une subvention à une association de commerçants et Mme MARCHIONI comprendra bien que je ne puisse lui répondre en ce qui concerne les problèmes de préemption des immeubles.
Prévue initialement, du 17 au 25 mai 97, la fête des papillons a été repoussée à diverses reprises, en raison de l'élection nationale. Elle commencera demain, le 24 juin, pour se terminer le 30.
L'an dernier, une somme de 150.000 F prélevée sur la provision de l'Adjoint au Maire chargé des finances, a été accordée par notre Assemblée, en raison du caractère tout à fait exceptionnel de cette fête imaginée au lendemain de l'accident survenu sur le chantier " EOLE " en décembre 1995, fête fort réussie d'ailleurs, à laquelle j'avais été convié à participer, et je dois saluer une nouvelle fois les organisateurs qui savent faire preuve d'une capacité d'imagination et de conception assez remarquable cette année.
Après discussion avec le Président de l'association, nous sommes convenu d'une subvention de 80.000 F imputée sur les crédits de l'adjoint au Maire chargé du commerce et de l'artisanat. Je précise que les autre co-financeurs sont la S.N.C.F. qui met 180.900 F dans l'opération, les commerçants, les entreprises et les artisans car l'association a su, effectivement, mobiliser tout le quartier et cela mérite aussi d'être salué, pour 243.612 F, à quoi s'ajoute le produit de ventes diverses pour 25.326 F, soit, avec la subvention de 80.000 F de la Ville de Paris, un budget de 529.838 F. Pour m'être rendu là bas à l'époque, je puis vous dire que la concertation a bien fonctionné, qu'un grand nombre de réunions ont été organisées avec la S.N.C.F. et la Ville et que nous sommes toujours très attentifs au suivi de cette opération.
Merci, Monsieur le Président.
(Applaudissements sur les bancs des groupes " Rassemblement pour Paris " et " Paris Libertés ").
M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Merci, Monsieur BOULENGER de HAUTECLOCQUE.
Je vais donc mettre aux voix, à main levée, le projet de délibération P 567.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (1997, P 567).
Merci.