Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

44- 1997, DAUC 138 - Modification de la désignation d'une voie du 11e arrondissement.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1997



M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Je vais passer au projet de délibération DAUC 138, modification de la désignation d'une voie du 11e arrondissement.
Monsieur BLET, rapidement ?
M. Jean-François BLET. - Vous nous proposez de remplacer la dénomination de l'impasse Charrière par " Rue Charrière " sous prétexte que cette voie serait ouverte à ses deux extrémités. Mais si l'on en croit la définition du dictionnaire Robert, une impasse est " une voie ou une rue sans issue ". Or, en fait cette voie est résolument sans issue pour les véhicules automobiles, puisque l'une de ses extrémités débouche sur un bâtiment bordé d'une allée piétonne. D'ailleurs, il suffit d'observer le panneau de signalisation situé à l'entrée de cette voie au niveau de la rue de Charonne dont le sigle bien connu de tous indique selon le code Rousseau : " Voie sans issue ". A moins de remettre en question le code de la route ou le dictionnaire de la langue française, il faudra bien vous résoudre à accepter que cette voie est véritablement une impasse !
Cette volonté de modifier la dénomination de cette voie nous interpelle. Après vous être acharné pendant des décennies pour supprimer physiquement les passages et impasses du tissu urbain des Faubourgs de la Capitale, les éventrant et les transformant en rues, après avoir été ensuite contraint par la pression populaire des associations de quartier de modifier vos plans, il semble aujourd'hui que vous persévériez symboliquement dans votre acharnement en rayant de Paris toute sémantique rappelant l'existence de ces éléments en voie de disparition et qui vous dérangent. C'est presque du révisionnisme à l'égard de la nature et de l'histoire de la trame urbaine de notre Ville.
Pourquoi gommer toute spécificité de la typologie des voies ? Pourquoi uniformiser les dénominations ? Sur cette lancée, vous pourriez supprimer tous les noms des rues de Paris pour les remplacer par des numéros, à l'image des froides cités nord-américaines...
Par ailleurs, en nommant cette impasse " rue Charrière ", cela générerait une singulière confusion avec la rue Lacharrière, elle-même située dans le 11e arrondissement. Plutôt que de vous préoccuper de la dénomination de cette impasse, veillez à en assurer l'entretien régulier, car cette voie semble souvent oubliée par vos services de nettoyage.
M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Merci, Monsieur BLET. Je donne la parole à Mme Anne-Marie COUDERC pour vous répondre.
Mme Anne-Marie COUDERC, adjoint, au nom de la 6e Commission. - Je vais répondre de manière très simple : une voie ouverte à ses deux extrémités, pour moi, est une rue et je m'étonne quand même que M. BLET ait une vision de la rue uniquement destinée aux automobiles, elle peut tout à fait être ouverte également aux piétons.
M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Merci, Madame COUDERC.
Je vais mettre aux voix, à main levée, le projet de délibération DAUC 138.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, Mmes BILLARD, SCHERER et M. BLET ayant voté contre, M. REVEAU s'étant abstenu. (1997, DAUC 138).
Merci, mes chers collègues.