Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DDEE 15 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention avec l’Office du Tourisme et des Congrès de Paris prévoyant l’attribution d’une subvention. - Montant : 7.171.225 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2005


 

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Mes chers collègues, nous examinons le projet de délibération DDEE 15 autorisant M. le Maire de Paris à signer une convention avec l?Office de tourisme et des congrès de Paris prévoyant l?attribution d?une subvention de 7.171.225 euros.

La parole est donc à Mme Brigitte KUSTER, pour le groupe U.M.P.

Mme Brigitte KUSTER. - D?abord, je m?étonne, un peu, du déroulement de cette séance puisque nous avons commencé à étudier la 2e Commission, hier soir, avec M. BROS, qu?elle a été interrompue et que nous reprenons donc aujourd?hui, sans l?adjoint en charge du tourisme, même si je me réjouis de la présence de M. SAUTTER puisqu?il aura bien évidemment les arguments pour me répondre. Mais je ne peux que m?étonner de la manière dont les choses sont gérées au niveau de la tenue de la séance. Je tenais à le préciser.

Monsieur le Maire, si on peut se réjouir que la fréquentation touristique se soit améliorée à Paris, en 2004, la vigilance reste de mise.

Nous le savons tous, l?activité touristique est capitale pour la vitalité de l?économie parisienne et pour l?emploi. Grâce au 26 millions de touristes que reçoit chaque année Paris, c?est, rap-pelons-le 140.000 emplois directs, soit 11 % des emplois parisiens, et au moins autant d?emplois indirects et induits. Ceci entraîne, soulignons-le pas moins de 8 milliards d?euros de retombées économiques avec une taxe de séjour qui rapporte 23 millions d?euros de recettes au budget municipal.

C?est dans ce contexte que nous sommes amenés à étudier l?attribution de la subvention annuelle versée à l?Office du tourisme et des congrès de Paris, eu égard à la convention qui lie la Ville à cet organisme.

Monsieur le Maire, quand on connaît l?importance d?un euro investi dans la promotion d?une destination et le travail réalisé par l?Office du tourisme sur différentes cibles et marchés de clientèle, on voit bien la nécessité d?accentuer nos efforts et notre présence, de faire plus, que ce soit au niveau des congrès, pour être encore plus présents sur ce secteur des plus rentables, ou que ce soit sur le tourisme de loisirs. Le marché américain mérite d?être travaillé davantage et de nouveaux marchés comme le Brésil après la Russie, l?Inde et la Chine doivent faire l?objet d?efforts ciblés.

Pour accentuer notre présence sur ces marchés, il faut donc amplifier les actions. Cela nécessite des moyens supplémentaires que vous refusez à l?Office du tourisme et des congrès de Paris. Or ces actions sont vitales pour tenir tête aux autres destinations car, nous le savons, la concurrence est rude.

Alors comment se fait-il, dans le contexte économique que je rappelais tout à l?heure, que cette année comme les précédentes, le tourisme apparaît comme le parent pauvre de votre politique ?

Lors de l?inauguration des nouveaux locaux de l?Office du tourisme, rue des Pyramides, localisation qui me paraît toujours aussi peu judicieuse, le Maire de Paris - après une visite éclair déclarait que le tourisme est au c?ur de l?action municipale, mais au-delà des mots, c?est tout le contraire auquel nous assistons. Etats généraux du tourisme : reportés ! Campagne promise aux hôteliers sur la promotion des métiers du tourisme : reportée ! Répartition de la taxe de séjour au profit de la promotion touristique de Paris : refusée ! Et aujourd?hui stagnation du budget de l?Office du tourisme quand tous les signaux nous appellent à être plus offensifs et plus présents sur différents marchés porteurs.

Alors quoi ? De quoi avez-vous peur, Monsieur le Maire ? Tout ne peut être suspendu à l?éventualité de l?obtention des Jeux olympiques et c?est une erreur stratégique historique de ne pas investir davantage dès maintenant dans ce secteur d?acti-vité. Le tourisme, contrairement à ce que vous affirmez, est loin d?être au c?ur de votre politique. Nous ne pouvons que le constater dans les faits et le regretter.

Je vous remercie.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Madame KUSTER.

La parole est à M. Christian SAUTTER.

M. Christian SAUTTER, adjoint, au lieu et place de M. Jean-Bernard BROS, adjoint, au nom de la 2e Commission. Madame la Maire, je vais répondre à la place de M. BROS, mais je pense que celui-ci aura à c?ur de répondre par écrit à Mme KUSTER pour compléter mes propos.

Madame KUSTER, votre diagnostic est correct, le tourisme est une activité capitale pour Paris en terme d?emploi, en terme d?activité économique, en terme de recettes aussi. Mais là où j?ai une divergence avec vous, c?est que nous allons consacrer des moyens supplémentaires aux actions de promotion et de prospection. Ces moyens supplémentaires ont une double origine.

Premièrement, l?Office du tourisme a dû quitter les Champs-Elysées - et il ne l?a pas fait de gaieté de c?ur -, parce que le propriétaire demandait un doublement, un triplement, voire un quadruplement du loyer, le propriétaire (les AGF) a versé une soulte de 2,3 millions d?euros. Cette soulte a servi à financer le déménagement et le redéploiement sans faire appel au contribuable municipal, c?est une première ressource.

Deuxièmement, et il faut en féliciter la direction de l?Office du tourisme, une gestion plus économe a permis de réduire les dépenses de fonctionnement de l?ordre de 1,1 million d?euros. Ceci ne s?est pas traduit par une diminution de la subvention de Paris à l?Office du tourisme mais par le lancement d?actions supplémentaires. J?en citerai quelques-unes : la multiplication des points d?information (rue Scribe, à la Tour Eiffel, gare de Lyon, gare du Nord, Carrousel, Montmartre) et je crois qu?on envisage aussi une présence de l?Office du tourisme dans les aéroports. Les kiosques d?informations, qui connaissent un grand succès, seront maintenus dans Paris. Les ambassadeurs de l?accueil, très appréciés par les touristes, seront présents cet été. Il y aura même un nouveau point d?accueil sur le parvis de l?Hôtel de Ville. Vous voyez donc que dans Paris l?effort pour mieux accueillir les touristes sera renforcé.

Et tout à fait conformément à votre souhait, Madame KUSTER, un effort supplémentaire sera fait sous l?égide de l?Office du tourisme sur des marchés prioritaires ou émergents comme la Chine, l?Inde, le Japon et le Brésil.

La stabilité de la subvention de Paris à l?Office du tourisme ne signifie donc en rien une sorte d?attitude routinière. Au contraire, des moyens supplémentaires seront consacrés à la promotion de cette activité indispensable à Paris.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur SAUTTER.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEE 15.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, DDEE 15).