Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DVD 58 - Autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant au marché d’éclairage public dans le cadre de la mise en place du tramway entre le Pont du Garigliano et la Porte d’Ivry (13e, 14e et 15e).

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2005


 

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Nous passons maintenant au projet DVD 58 relatif à la mise en place du tramway.

M. GOUJON est inscrit. Je lui donne la parole.

M. Philippe GOUJON. - Cet avenant nous pose un problème parce qu?il ne s?agit pas simplement de désamiantage mais vraiment d?imprécision, de précipitation et je voudrais souligner mon accord avec notre collègue Mme CHABAUD qui est la suppléante du député-maire du 15e arrondissement et qui dans le Bulletin municipal du 15e arrondissement critique ?l?empressement du Maire de Paris pour réaliser ce tramway, qu?il veut absolument inaugurer à la veille des prochaines élections municipales. Cette attitude, ajoute-t-elle n?est pas acceptable. On ne doit pas presser les ingénieurs et soumettre sans cesse aux élus de Paris des avenants au marché parce qu?ils ont été mal appréhendés en renchérissant ainsi le coût des travaux?.

Je crois que Mme CHABAUD a raison de s?opposer ainsi à tous ces avenants qui sont dûs, comme on l?a dit, à une précipitation d?autant plus que le marché dont il s?agit date juste d?un an, et qu?il y a déjà un avenant. La première raison, c?est qu?il y a un décalage, nous dit-on, dans l?organisation des travaux qui amène la dépose de plusieurs centaines de candélabres pendant les travaux d?aménagement des boulevards. C?est vraiment un problème d?organisation, qui aurait peut-être pu être réglé avant parce que cela nous coûte quand même près de 1 million d?euros.

Deuxièmement, un décalage dans la livraison des premiers portes L.A.C. (lignes aériennes de contact). Dans le projet, ces portes lignes aériennes de contact assurent en même temps l?éclairage des boulevards, d?où la nécessité d?installer un éclairage provisoire, en raison aussi de ces problèmes de calendrier, coûteux, et qui nous amènent encore à payer 250.000 euros. Entre parenthèse, je rappelle aussi notre préférence pour l?alimentation par le sol qui maintenant semble fonctionner, en tout cas qui aurait sans doute fonctionné complètement lors de l?inauguration de ce tramway, même si le coût aurait été plus important. Cela aurait évité de défigurer les boulevards extérieurs, comme ils vont l?être inévitablement.

Troisièmement enfin, on découvre qu?une quarantaine de câbles ne sont pas enfouis assez profondément. Il s?agit de 100.000 euros hors taxe encore à ajouter à cet avenant. Je passe encore sur deux ou trois points qui me paraissent plus imprévisibles, mais au total cela nous fait un avenant d?un coût supérieur à 1,5 million d?euros, c?est-à-dire 20 % du montant initial du marché, ce qui n?est pas rien, à cause de problèmes d?or-ganisation, de calendrier et de planning entre les différentes parties prenantes, dont sur ces 20 %, 14 % résultent de ?modifications de planning? ou ?d?imprécision d?étude?. L?administration reconnaît ici l?imprécision de ces études, c?est un aveu qui nous coûte cher. On nous dit que cela s?intègre encore complètement dans le budget global de l?opération, mais méfiez vous, Monsieur BAUPIN, de ne pas être démenti par rapport à vos deux déclarations précédentes. J?ai bien compris que nous n?étions pas encore au terme des augmentations de budget, mais on va finir par y arriver avec des avenants qui représentent 20 % des marchés. C?est une mise en garde, évidemment, que je vous adresse de nouveau et c?est la raison pour laquelle nous ne voterons pas ce projet de délibération.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Monsieur GOUJON.

Mme BAUD était inscrite également. Vous avez la parole, Madame.

Mme Dominique BAUD. - Monsieur le Maire, merci.

Je ne reprendrai pas tout ce qu?a dit M. GOUJON avec lequel je suis d?accord. Je voudrais insister sur la problématique de toutes les conséquences des travaux du tramway, à la fois sur le boulevard des Maréchaux mais aussi au-delà.

Certes le problème de l?éclairage du tramway a toute son importance mais j?insisterai quand même, même si cela représente un coût, parce que c?est important pour la sécurité des piétons, sur l?éclairage provisoire qui doit malgré tout être performant et qui permettrait aussi sans doute un meilleur nettoyage des trottoirs, parce que cela laisse beaucoup à désirer.

Les conséquences des travaux du tramway sont aussi importantes en terme de circulation et en terme de stationnement des véhicules puisque aucune mesure provisoire n?a été proposée aux riverains. Une solution consistant à leur proposer gratuitement, de façon provisoire, des stationnements en sous-sol éviterait à certains véhicules de mal se garer et de ce fait au camion poubelle de ne pas pouvoir passer. A la fois par le manque d?éclairage mais aussi parce qu?ils n?ont pas la possibilité de se garer, les poubelles ne peuvent pas être régulièrement ramassées et les rats infestent le sol. Ils sont à la fois dérangés par les travaux du tramway sur les boulevard des Maréchaux mais dérangés bien au-delà puisqu?on déplore l?envahissement par les rats des sous-sols des caves des immeubles de l?O.P.A.C. notamment rue des 4 Frères Peignot. Les interventions des locataires de ces immeubles restent sans effet. Les rats persistent et il y a un sérieux danger notamment au niveau des câbles électriques qui commencent à être rongés. Je pense qu?il faudrait une intervention extrêmement importante et vigilante à la fois de la Ville et des dirigeants de l?O.P.A.C., de façon à ce qu?il y ait des dératisations très importantes et aussi nombreuses que celles demandées, compte tenu des conditions d?hygiène insupportables à l?heure actuelle pour les riverains.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - M. BAUPIN a la parole pour vous répondre.

M. Denis BAUPIN, adjoint, au nom de la 3e Commission.

- Je commencerai par répondre à Mme BAUD que c?est la première fois que j?entends parler de cette question des rats. Peut-être que les services en ont entendu parler, mais visiblement, M. LAGUET, Directeur de la Voirie qui est présent, non plus. J?en prends bonne note et nous allons regarder. Je peux comprendre en effet que les travaux puissent entraîner des déplacements de population de rats et que cela puisse avoir des conséquences très désagréables pour les riverains. Il faut qu?on regarde cela très précisément.

En ce qui concerne la question du stationnement des riverains, je vous rappelle quand même que nous avons décidé dès le début des travaux du tramway de mettre le stationnement payant sur l?ensemble de la zone, mais stationnement payant au tarif de 0 euros pour les riverains pendant cette période des travaux. C?est-à-dire qu?on leur donne la possibilité de stationner de façon prioritaire par rapport aux véhicules ventouses qui étaient là précédemment, mais gratuitement. C?est une mesure que nous avons prise pour leur permettre de passer moins difficilement cette période de chantier.

Indéniablement, je ne vais pas prétendre qu?un chantier est une période agréable pour qui que ce soit. Je rappelle juste que c?est peu comparable aux encombrements qui ont pu avoir lieu à Strasbourg, à Bordeaux ou d?autres grandes villes, pour des chantiers de même ampleur. Nous sommes dans une situation nettement moins difficile en terme de circulation, et notamment parce que nous avons à côté une infrastructure extrêmement puissante qui est le périphérique. Une bonne partie du trafic qui aurait pu circuler sur les Maréchaux se reporte sur le périphérique, avec quelques encombrements sur le périphérique, il faut bien le dire.

Mais j?ai un peu de mal à comprendre, en écoutant Mme BAUD, dire tous les inconvénients qu?occasionne ce chantier, pourquoi M. GOUJON nous reproche de vouloir aller vite. Si je comprends bien, Monsieur GOUJON, vous souhaiteriez que nous ayons moins d?empressement, que nous ne nous dépêchions pas trop pour faire ce tramway afin que les travaux durent plus longtemps encore, avec tous les inconvénients qu?il y a pour les riverains. Ce n?est pas notre conception de l?action publique.

Le Gouvernement que vous soutenez, si j?ai bien compris, veut déplacer les élections municipales. Donc quand vous nous accusez aujourd?hui de vouloir mettre en service le tramway à la veille des élections municipales, je ne sais pas ce que sera la veille de ces élections ! En tout état de cause, je peux vous dire que le planning du tramway des Maréchaux est respecté, aujourd?hui encore, de même que le budget. Je reste prudent puisqu?il reste du temps avant que nous ayons abouti. Mais aujourd?hui, deux ans après avoir lancé ce chantier, nous sommes toujours dans les timing prévus pour une mise en service à la fin 2006.

Je n?hésite pas à le dire : plus tôt le tramway sera en service, meilleur sera le service rendu aux Parisiens. L?objectif n?est pas de faire un tramway pour faire plaisir au Maire de Paris ou à qui que ce soit. Notre objectif, c?est de mettre en service une infrastructure qui a été décidée par l?autorité organisatrice des transports collectifs qu?est le S.T.I.F., avec le soutien de l?Etat, de la Région, de la Ville de Paris, dans la mandature précédente d?ailleurs, peut-être l?avez-vous oublié, et dans cette municipalité aujourd?hui présente. C?est pour rendre un service aux Parisiens et aux Franciliens que nous voulons que ce tramway soit mis en service le plus rapidement possible.

En ce qui concerne les difficultés de recalage de travaux, de calendrier, etc., oui, c?est vrai qu?un chantier comme celui-là nécessite régulièrement de revoir un certain nombre d?opérations, d?autant que c?est la première fois en Ile-de-France que nous avons une co-maîtrise d?ouvrage entre la R.A.T.P. et une collectivité. Cela implique une certaine complexité dans l?organisation des travaux, des réadaptations, des mises en conformité des échéanciers des uns et des autres qui doivent être recalés régulièrement, mais ce sont les aléas ordinaires de ce type de travaux.

Il se trouve que vous êtes au courant quasiment mois par mois, parce qu?il faut passer des avenants au Conseil de Paris, mais pour beaucoup de chantiers autres, le même type de recalage se fait sans avoir besoin de passer par des délibérations, donc cela n?apparaît pas forcément de façon aussi transparente. Là, comme vous êtes informé très régulièrement, vous pouvez constater à quel point notre Mission tramway avec la mission de la R.A.T.P. travaille de façon extrêmement active.

Dernier sujet, l?alimentation par le sol. Je voudrais vous indiquer deux éléments : d?une part, le Syndicat des Transports d?Ile-de-France ne souhaite pas que, pour l?extension du tramway des Maréchaux, nous étudiions l?alimentation par le sol. Il y est défavorable. Probablement est-il attentif à ce qui se passe à Bordeaux. Je voudrais vous indiquer qu?il y a deux jours, la communauté urbaine de Bordeaux a décidé d?abandonner l?alimentation par le sol pour les prochaines lignes. Visiblement, elle n?est pas si satisfaite que cela par l?expérimentation sur les premières lignes mises en service.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Monsieur BAUPIN.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 58.

Qui est pour ?

Contre ?

Pas d?abstention ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, DVD 58).