Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe socialiste et radical de gauche qui concerne la restructuration du centre Marcadet.

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2005


 

Melle Sandrine MAZETIER, adjointe, présidente. - Nous passons au v?u référencé n° 74 dans le fascicule présenté par le groupe socialiste et radical de gauche, adopté par le Conseil du 18e arrondissement, qui concerne la restructuration du centre Marcadet.

La parole est à Claudine BOUYGUES.

Mme Claudine BOUYGUES. - Merci, Madame la Maire.

J?aurais préféré honnêtement ne pas avoir à intervenir à nouveau sur ce v?u du Conseil du 18e arrondissement, parce que le Conseil du 24 mai attirait déjà votre attention sur le devenir du centre de santé Marcadet, qui jusqu?à présent dépendait du Centre d?action sociale de la Ville de Paris.

A l?occasion de la séance du Conseil de Paris du 8 juin, Gisèle STIEVENARD m?avait indiqué que la Municipalité avait pris la décision de procéder au transfert de 7 centres de santé du C.A.S.-V.P. vers la DASES à compter du 1er juillet 2005 et que le centre de santé Marcadet faisait partie de cette liste. A l?époque, forte de cette assurance et pensant que les choses avanceraient positivement, j?avais donc retiré ce v?u. Or il apparaît aujourd?hui que cette décision pourrait être repoussée à janvier 2006.

C?est de ce transfert administratif que dépend l?avenir de ce centre, qui n?a bénéficié jusqu?alors que de travaux d?ur-gence, mais qui attend une restructuration complète pour répondre au manque d?équipements et à la faiblesse de l?offre médicale de proximité.

C?est pourquoi le Conseil du 18e vous demande de bien vouloir l?assurer que ce transfert ne subira aucun report et que la restructuration du centre Marcadet commencera enfin.

Melle Sandrine MAZETIER, adjointe, présidente. - Merci.

Monsieur LHOSTIS, vous avez la parole.

M. Alain LHOSTIS, adjoint. - Madame la Conseillère, vous avez rappelé la décision prise par la majorité municipale de redynamiser son offre en matière de centres de santé en transférant ces centres, qui sont sous l?autorité du C.A.S.-V.P., vers la DASES. Nous avons fait cela bien évidemment en étroite relation avec Gisèle STIEVENARD.

Je rappelle quand même, puisqu?on vient d?évoquer les maisons d?urgence, que ces 7 centres sont pour la plupart d?entre eux laissés dans un état d?abandon et je n?insiste pas sur celui dont vous parlez.

D?autre part, on constate que les engagements financiers sont extrêmement importants et que l?activité est relativement réduite, du fait justement des mauvaises conditions d?accueil. Peut-être que d?ailleurs cela soulagerait les urgences. C?est aussi pour cela que nous réfléchissons là-dessus. Effectivement, on travaille depuis deux ans sur cette question. Il y a des problèmes statutaires qui sont posés à des personnels, notamment aux médecins libéraux, qui exercent leur activité dans ces centres, sur la question du paiement à l?acte qu?ils pratiquent à l?heure actuelle au C.A.S.-V.P., mais qui n?était pas pratiqué au sein de la Ville de Paris, ce qui pose des problèmes sur ce plan. Et pour une partie des personnels qui ont un statut au sein du C.A.S.-V.P. et qui ne peuvent pas retrouver le même statut à la Ville. Ce sont les deux questions qui posent problème à l?heure actuelle.

Pour le reste, le plan de réorganisation, l?argent pour le financement et le projet médical en relation notamment, avec un travail avec les hôpitaux voisins, est en place. Et je vous confirme que nous souhaitons effectivement faire tout notre possible pour que le transfert ait bien lieu, comme Gisèle STIEVENARD vous l?avait annoncé au 1er juillet.

Melle Sandrine MAZETIER, adjointe, présidente. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est adopté. (2005, V. 200).