Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

66 - QOC 95-182 Question de Mme Laure SCHNEITER, élue du Mouvement écologiste indépendant, à M. le Maire de Paris concernant l'interdiction du stationnement automobile aux abords des écoles.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1995




M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- La question suivante de Mme Laure SCHNEITER est adressée à M. le Maire de Paris en ces termes :
"Depuis la rentrée scolaire, le plan "Vigipirate" interdit le stationnement aux abords des écoles. Il est ainsi prouvé que l'on peut interdire le stationnement en permanence à ces endroits, comme le demandent des associations de parents d'élèves.
Mme Laure SCHNEITER demande, par conséquent, à M. le Maire de Paris de transformer cette interdiction provisoire en interdiction permanente. Il ne faut pas oublier que, pour qu'une voiture "stationne", il faut d'abord qu'elle "circule".
En limitant le stationnement, on réduit la circulation automobile. Et, en particulier, si cette interdiction s'accompagne d'élargissements des trottoirs, les enfants seraient mieux protégés des accidents de circulation et le niveau de pollution de l'air à proximité des écoles pourrait diminuer."
Je vous communique les éléments de réponse au lieu et place de M. Bernard PLASAIT, adjoint.
M. le Préfet de police a récemment pris des arrêtés instaurant la plan "Vigipirate", qui interdit notamment le stationnement aux abords de certains établissements sensibles, et en particulier les écoles.
Ces décisions ont été prises, en plein accord avec la Municipalité, en raison de circonstances graves et exceptionnelles. Leur mise en oeuvre a été largement comprise par la population, en dépit des difficultés ou perturbations qu'elles entraînent.
Il est vraisemblable que ces dispositions apporteront des enseignements intéressants sur l'organisation du stationnement dans certaines voies ; ceux-ci seront examinés le moment venu.
Sur le point particulier du stationnement aux abords des établissements scolaires, il est rappelé que des élargissements de trottoirs sont effectués chaque année, en fonction des demandes formulées par les élus, les parents d'élèves ou les chefs d'établissements.