Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DU 85 - Attribution de la dénomination “place André Breton” à une place située dans le 9e arrondissement de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2005


M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous arrivons au projet de délibération DU 85 qui attribue la dénomination ?place André Breton? à une place située dans le 9e arrondissement de Paris.

C?est Mme GÉGOUT qui parle et M. CAFFET qui répond.

Mme Catherine GÉGOUT. - Par ce projet de délibération, nous concrétisons un engagement que nous avions pris au moment de la lamentable affaire de la dispersion des collections de l?atelier du 42, rue Fontaine, affaire dans laquelle d?ailleurs notre Municipalité s?était engagée fortement avec des actes importants.

Personne ne peut prétendre embrasser la personnalité d?André Breton en quelques minutes, tant elle est riche, diverse, tant chacune des facettes interpelle et tant elle a provoqué de débats et de controverses.

C?était un chercheur d?intelligence, un quêteur de merveilleux pour qui théorie et pratique ont toujours été intimement liées, qu?il s?agisse de poésie, de littérature, d?arts plastiques, de psychanalyse ou de politique. Il était toujours sur ce registre-là.

C?était une personnalité engagée dans le monde de son époque, rigoureux pour lui-même et les autres. Sa vie a été emplie d?amitiés et de ruptures éclatantes.

Sa pensée est marquée par l?exploration du monde intérieur, qui couvre la psychanalyse, et par la présence du social appréhendé à travers le marxisme. C?est ce qui fait l?une des originalités très importantes d?André Breton. En fait, il n?a jamais décidé de se cantonner à quoi ce soit.

Intellectuel révolutionnaire exigeant et engagé, passionné par le socialisme utopique du XIXe siècle, il a en même temps su se démarquer des attitudes sectaires qui ont marqué aussi son époque.

Son activité littéraire est foisonnante, mais il n?a jamais séparé cela de l?engagement pratique. Je pense à la création de la revue ?Révolution socialiste? qui est un feu d?artifice quand on voit les grandes figures qui y ont contribué (Eluard, Leiris, Artaud, Aragon et bien d?autres).

Il a mis autant d?engagement et de passion à la découverte de Lautréamont ou de Hegel qu?à celle des arts océaniens et des indiens Opi.

Il n?a jamais cessé de réfléchir aux ?uvres qui ont su le troubler et aux forces complexes qui les ont fait naître et c?est aussi une de ses particularités.

Il en est de même pour son engagement dans l?amour. Chez Breton, l?érotique s?élève à l?éthique. ?Maintenir très haut en soi l?idée de l?amour, c?est accomplir un acte symbolique dont la portée va bien au-delà de l?individuel, rejoignant le rêve d?une société meilleure?. Cela aussi, c?est une originalité extrêmement intéressante de sa pensée.

?Nadja? qui est un roman sans en être un, en relatant au jour le jour des rencontres et des promenades au hasard dans Paris, déborde d?interrogations exigeantes, palpitantes sur les rapports entre l?homme et le monde. En cela, André Breton est d?une brûlante actualité et je crois que son apport culturel et intellectuel à notre époque n?a pas fini d?être mis en lumière.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame GÉGOUT.

Je ne sais pas si M. CAFFET veut ajouter quelque chose.

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, rapporteur. - Non, je veux m?associer à l?hommage rendu à André Breton par Mme GÉGOUT.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 85.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, DU 85).