Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe “Les Verts” concernant la dératisation des immeubles de certains secteurs du 15e arrondissement.

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2005


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous avons maintenant le voeu référencé n° 30 dans le fascicule, relatif à la dératisation des immeubles de certains secteurs du 15e arrondissement. De mieux en mieux !

Monsieur BLET, vous avez la parole.

M. Jean-François BLET. - Dans le 15e arrondissement, les souris et les rats ont investi les caves des immeubles situés entre les rues de la Croix-Nivert et de la Convention. Vous savez que ces animaux peuvent transmettre des maladies aux hommes : la peste, le typhus murin et, en cas de morsure, la septicémie. Et notamment est concernée la cité de l?O.P.A.C. qui est sise 182-186, rue de la Croix-Nivert et 124-126, rue de la Convention.

Plusieurs locataires se plaignent de ces rongeurs qui pénètrent dans les appartements du rez-de-chaussée.

Une crèche parentale et une assistante maternelle se trouvent sur le site au rez-de-chaussée. Une attention particulière à l?hygiène doit être apportée à ces lieux où des enfants sont gardés.

De plus, de nombreux enfants vivent dans la cité et il est impératif qu?une mesure sanitaire soit prise pour éliminer ces rongeurs.

Nous demandons donc que la Mairie de Paris prenne les mesures nécessaires pour les dératisations dans les plus brefs délais de la cité de l?O.P.A.C. sise 182-186, rue de la Croix-Nivert et 124-126, rue de la Convention.

Dans son pragmatisme remarquable, eh bien, je propose à M. l?adjoint au logement de bien vouloir se rapprocher du président de l?O.P.A.C. pour qu?il réponde à ses devoirs en ce domaine.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Monsieur MANO, vous avez la parole mais je ne suis pas certain que ce v?u corresponde vraiment à ce que doit faire le Conseil de Paris.

Monsieur MANO, vous avez la parole.

M. Jean-Yves MANO, adjoint. - De façon générale, d?ail-leurs, je pense que les élus devraient avoir des contacts plus directs avec les bailleurs, ce qui éviterait d?avoir ce type de v?u au Conseil de Paris. Un contact direct aurait efficacement permis d?obtenir des résultats.

Néanmoins, permettez-moi une petite remarque. Il se trouve que cette cité de la Croix-Nivert se trouve à proximité de l?immeuble de la rue de la Convention, terrain de la D.G.A.C., qui était jusqu?à ce jour, c?est-à-dire jusqu?à il y a un mois, propriété de l?Etat. Il se trouve qu?il suffit que l?O.P.A.C. devienne propriétaire pour que, tout d?un coup, nous découvrions qu?il y a une présence importante de rats et de rongeurs nuisibles. Je trouve cela très surprenant.

Néanmoins, bien évidemment, la salubrité publique s?impose : la Préfecture et la Ville engagent régulièrement des campagnes de dératisation, là comme ailleurs.

Je ne vais pas dire non à une dératisation.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, ce v?u assorti d?un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté. (2005, V. 178).

V?u déposé par le groupe socialiste et radical de gauche relatif à la limitation de l?augmentation des loyers des

S.E.M.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons au v?u référencé n° 32 dans le fascicule concernant la limitation de l?augmentation des loyers des S.E.M.

Monsieur GATIGNON, vous avez la parole.

M. Pierre GATIGNON. - Merci, Monsieur le Maire.

4,80 %, c?est l?augmentation des loyers à laquelle conduirait l?indexation sur l?indice de la construction. Un telle hausse dans le contexte de crise sociale profonde que nous connaissons, alors que le pouvoir d?achat des ménages au mieux stagne, au pire régresse, alors que la hausse des prix s?élève à 1,7 %, au moment où l?évolution des prix de l?énergie laisse craindre une envolée prochaine des charges, tout ceci rend cette proposition totalement inacceptable aux yeux des élus du groupe socialiste et radical de gauche.

Dans ce contexte, Monsieur le Maire, nous présentons donc un v?u portant sur deux points.

Le premier point tend à ce que les S.E.M. de gestion immobilière rapprochent les hausses de leur parc de la recommandation ministérielle qui, pour 2005, a fixé à 1,9 % l?augmentation des loyers pour les logements sociaux.

Le deuxième point tend à rappeler le Gouvernement à ses responsabilités et notamment à l?engagement pris en février dernier par le Ministre de l?Economie et des Finances de l?époque,

M. GAYMARD, qui s?intéressait de près à l?immobilier, de rompre le lien, l?indexation des hausses de loyer sur l?indice de la construction, celui-ci s?avérant totalement inadapté et inadéquat dans des périodes où nous connaissons de telles hausses.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Monsieur MANO, vous avez la parole.

M. Jean-Yves MANO, adjoint. - Le v?u du groupe socialiste, présenté par Patrick BLOCHE et Pierre GATIGNON, est intéressant dans la mesure où il met le doigt sur l?évolution des loyers à Paris et sur l?ensemble du territoire. Avec un indice de la construction à 4,81, il met en évidence le fait que cet indice n?est pas adapté au calcul de l?évolution des loyers puisqu?il est trop décalé par rapport à l?évolution des revenus des familles et des locataires.

Les auteurs du voeu demandent que les S.E.M. appliquent un loyer beaucoup plus proche de l?indice des prix, ce en quoi je peux les soutenir.

Je me permets simplement d?attirer l?attention de nos collègues sur le fait que, bien évidemment, les S.E.M., vraisemblablement, appliqueront nos desiderata, mais il faut se dire clairement que cela amènera des recettes plus faibles pour la Ville, il faut le savoir. C?est donc la collectivité parisienne qui assumera les conséquences financières du changement d?indice de référence.

Mais compte tenu du contexte particulier et des difficultés sociales que les locataires rencontrent, je souscris totalement à ce v?u.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, ce v?u assorti d?un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté. (2005, V. 179).