Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, Voeu déposé par le groupe M.R.C. relatif à une aide à l’accès des seniors à la culture.

Débat/ Conseil général/ Novembre 2007


 

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous examinons à présent la proposition de v?u référencée n° 9 G dans le fascicule, déposée par le groupe du Mouvement républicain et citoyen, relative à une aide à l?accès des seniors à la culture.

La parole est à Mme TAÏEB.

Mme Karen TAÏEB. - Merci, Madame la Présidente.

Mes chers collègues, il s?agit d?un v?u qui a pour objet de parfaire l?aide à l?accès des seniors à la culture, un v?u qui, au départ, était émis par le conseil de quartier du 11e arrondissement Nation-Alexandre Dumas, relatif à l?accès des personnes âgées à la culture, et qui nous est apparu tout à fait justifié.

On ne peut que constater la forte augmentation du prix des places de spectacle à Paris ces dernières années, tout comme l?accès aux expositions temporaires. Dans les 14 musées de la Ville de Paris, les tarifs réduits accordés aux seniors pour l?accès aux expositions temporaires sont en moyenne 2 euros plus élevés que ceux offerts aux jeunes de 18-26 ans ou 18-30 ans.

Dans les 14 théâtres municipaux et subventionnés de la Ville de Paris, certains, comme le Théâtre du Châtelet, de la Ville ou des Abbesses, ne pratiquent aucun tarif réduit en faveur des seniors et d?autres, tels que le 20e théâtre ou Paris Villette, affichent un écart de 5 euros entre les tarifs réduits accordés aux jeunes et aux seniors mais en défaveur de ces derniers.

Nous souhaitons, au regard de ce constat :

- que tous les musées et théâtres municipaux et subventionnés, ainsi que les musées de la Ville de Paris, proposent des tarifs préférentiels aux seniors détenteurs des cartes Emeraude ou Améthyste ;

- que les tarifs préférentiels accordés aux seniors, existants ou à venir, soient alignés sur ceux dont les jeunes de 1826 ou 18-30 ans bénéficient ;

- comme l?a suggéré le conseil de quartier Nation-Alexandre Dumas, que soit étudiée la possibilité que les répétitions générales de spectacles de grandes salles parisiennes soient accessibles gratuitement aux seniors détenteurs des cartes Emeraude ou Améthyste ;

- enfin, que la Ville de Paris demande au Gouvernement l?application des mesures souhaitées ci-dessus aux équipements culturels nationaux.

Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - La parole est à Mme Danièle HOFFMAN-RISPAL.

Mme Danièle HOFFMAN-RISPAL. - Merci, Madame la Présidente.

Je comprends le souci de Mme TAÏEB, puisque, dans le schéma gérontologique - je vais y revenir -, il y a tout un tas d?actions proposées aux seniors.

J?ai un vrai problème de comparaison entre des jeunes de 18-26 ans et des seniors.

D?abord, je ne sais pas si vous savez que, pour avoir la gratuité sur une carte ?Emeraude? à 2.028 euros, il faut en gagner près de 3.000 par mois. 2.500 euros par mois ! Ce n?est pas un jeune de 18 à 26 ans qui gagne entre 2.500 et 3.000 euros par mois, franchement ! Il commence sa carrière où il est en général en train de faire des études !

On a besoin d?aider ce jeune par rapport à des ressources.

Je vais y revenir sur le voeu n° 10 mais nous sommes le Département de France qui donne le plus aux seniors en terme de gratuité de transport.

Dans toute la France cela s?arrête à l?imposition, c?est-à-dire le montant C.M.U.C., 735 euros. On est à 2.028 euros, c?est-à-dire pour être soumis à condition 2.500 euros par mois pour une personne seule.

Vous comparez cela à la situation d?une personne de 18 ans qui commence dans la vie sans un sou et qui aurait besoin d?une allocation autonomie pour l?aider à vivre. Quand même? franchement, comparer un jeune de 18 ans par rapport à quelqu?un qui gagne 2.500 euros par mois ? Cela ne se compare pas. Surtout que franchement pour les seniors on en fait des choses, des activités culturelles, des loisirs proposés par le C.A.S.V.P., des places de spectacles, des théâtres, des variétés, des opérettes, des comédies musicales, des concerts, du cinéma et des festivals annuels, et des entrées pour des musées parisiens dans le cadre des actions intergénérationnelles avec leurs petits enfants sont négociés et achetés à titre préférentiel par l?établissement public tout au long de l?année auprès des théâtres et des grandes salles. Elles sont offertes gratuitement aux Parisiens préretraités et retraités mais à une condition, c?est de favoriser ceux qui ont l?allocation Ville de Paris c?est-à-dire qui disposent des revenus de 800 euros par mois. Ce sont ceux-là qui en ont quand même le plus besoin.

Moi ce que j?ai envie de faire c?est de permettre l?accès à tous et donc à ceux qui sont quand même les plus démunis et les plus défavorisés et c?est pour ça que nous demandons justement à ce que les sections du Centre d?Action Sociale essaient de favoriser au maximum ceux qui en ont le plus besoin.

Ecoutez quand même, 90.400 places de théâtre gratuites? c?est rien 90.400 ? 7.511 dans les théâtres municipaux, 127.508 places ont été diffusées puisque les petits enfants vont avec, pour un montant total de 400.000 euros, ça n?est pas rien ! 26.000 places sont des entrées gratuites dans des musées pour les gens qui en ont le plus besoin bien sûr, là aussi tout seuls ou accompagnés de leurs petits enfants pour un montant de 124.000 euros.

On est en train de faire une étude quantitative et qualitative des rythmes pratiques et l?attente des seniors parisiens en terme de loisirs conformément aux orientations du schéma, mais vraiment ne comparons pas un jeune de 18 ans avec quelqu?un de 60 ans qui a aujourd?hui une retraite supérieure parfois au revenu d?un actif !

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Un mot de la part de Madame TAÏEB. Je vous donne la parole.

Mme Karen TAÏEB. - Je n?ai nullement envie de mettre en concurrence les jeunes de 18 ans avec les personnes âgées. Ce n?est pas parce qu?on demande une égalité dans la réduction des tarifs que l?on veut mettre en concurrence les jeunes et les personnes âgées de notre ville. Loin de moi cette idée.

On parle beaucoup d?intergénérationnel, pourquoi ne pas égaliser tout cela. En réalité, je sais que énormément de choses sont faites en direction des personnes âgées de la Ville de Paris, mais comme je l?ai dit d?entrée il s?agit de parfaire cette politique qui est déjà excellente.

Par conséquent, nous maintenons quand même notre voeu.

Mme Danièle HOFFMAN-RISPAL. - Madame TAÏEB, si vous aviez accepté le contre-voeu que je vous proposais, c?est-à-dire qu?une étude complémentaire soit faite pour celles et ceux qui en ont le plus besoin, ce qui est déjà en train d?être fait. Je vous l?ai proposé, vous l?avez refusé.

De ce fait, je ne peux que vous inciter à retirer ce v?u puisque c?est déjà ce qui est fait. Ne votons pas des choses qui se font et qui sont un peu contradictoires à ce que l?on veut tous. Que ceux qui en ont le plus besoin puissent en profiter plus que ceux qui en ont le moins besoin.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Monsieur BLOCHE a demandé la parole, je la lui donne.

M. Patrick BLOCHE. - J?interviens au nom du groupe socialiste, moins pour une explication de vote que dans le souci d?essayer de trouver un accord quant aux objectifs qui sont poursuivis par ce voeu.

Je comprends ce que visent les objectifs poursuivis par un voeu qui est effectivement émis par un conseil de quartier que je connais bien, qui est le conseil de quartier Nation Alexandre Dumas dans le 11e arrondissement et qui vise à faciliter l?accès des personnes âgées à la culture.

J?associe Christophe GIRARD s?il me le permet à mes observations. Tout ça a d?inévitables conséquences budgétaires.

Que le théâtre soit un théâtre municipal ou privé bénéficiant d?une subvention de la Ville de Paris, à partir du moment où nous avons des desiderata en matière tarifaire, les structures culturelles visées se retourneront inévitablement vers notre collectivité pour demander une compensation.

Comme nous avons un débat budgétaire dans un mois, peut-être serait il envisageable qu?une discussion puisse s?engager entre M. Christophe GIRARD, Mme Danièle HOFFMANRISPAL bien entendu, M. Christian SAUTTER inévitablement pour essayer de trouver une mesure de démocratisation d?accès à la culture pour les seniors en mesurant tous les impacts budgétaires, parce que je ne souhaiterais pas que les structures culturelles visées se trouvent pénalisées alors qu?elles sont souvent confrontées avec des budgets tenus difficilement.

A partir de là, on pourra arriver à un accord, en intégrant la pertinente remarque de Mme Danièle HOFFMAN-RISPAL sur le fait que cette mesure de démocratisation n?a de sens qu?à partir du moment où elle prend en compte les ressources et le niveau de ressources des intéressés bien naturellement.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Voilà Madame TAÏEB, vous ralliez vous à cette proposition constructive de M. Patrick BLOCHE ?

Mme Karen TAÏEB. - Pour nous aussi il s?agissait de proposer quelque chose sous condition de ressources et de faire bénéficier des places gratuites à ceux qui en ont le plus besoin.

En même temps, il y avait cette proposition qui était intéressante de la part du conseil de quartier Alexandre Dumas/Nation, notamment de participer aux générales des grandes salles parisiennes. On n?a pas eu de réponse à ce sujet. C?est peut-être de l?ordre de M. Christophe GIRARD.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Tout ceci peut être parfaitement étudié. C?est pourquoi je suggérerai volontiers que l?on retienne la proposition qui a été faite par M. Patrick BLOCHE, que vous retiriez votre voeu à ce stade et que nous travaillons ensemble pour la suite.

Madame CAPELLE, vous avez la parole.

Mme Liliane CAPELLE. - Nous allons le retirer à ce stade. Nous allons en rediscuter et nous verrons l?opportunité de le représenter si nous n?arrivons pas à trouver un terrain d?entente. Nous resterons ferme sur certaines positions.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je vous remercie pour cette explication de vote et le retrait de cette proposition de voeu.