Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, DASCO 45 G - Subvention d’investissement à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (5e) pour la réalisation d’un site Extranet destiné à favoriser l’insertion professionnelle des étudiants. - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de signer la convention correspondante. - Montant : 69.000 euros.

Débat/ Conseil général/ Novembre 2007


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons à l?examen du projet de délibération DASCO 45 G relatif à l?attribution d?une subvention d?investissement de 69.000 euros à l?Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (5e) pour la réalisation d?un site Extranet destiné à favoriser l?insertion professionnelle des étudiants.

La parole est à Mme COHEN-SOLAL qui interroge Mme POURTAUD.

Mme Lyne COHEN-SOLAL. - Merci, Monsieur le Président.

Juste quelques mots d?abord pour me féliciter du fait que le Département de Paris soutienne ce projet des universités de Paris I, Paris V et Paris VII qui se sont rapprochées pour constituer un pôle de recherche d?enseignement supérieur dénommé ?Paris Centre Universités? qui aide naturellement les étudiants à rechercher des emplois et naturellement mutualiser les compétences et créer des synergies entre les différents établissements.

La collectivité parisienne naturellement soutient ce projet en versant la subvention qui nous est proposée aujourd?hui.

Je voudrais me féliciter, auprès de ma collègue du travail de cet accord qui a eu lieu entre la Ville et ces trois universités, du soutien que la Ville apporte effectivement à cette initiative mais lui poser une question sur l?engagement que l?Etat peut prendre. Je rappelle qu?il s?agit là d?une compétence d?Etat, pour aider les universités et en particulier l?insertion professionnelle des diplômés des universités.

Merci, ma chère collègue, de nous faire savoir quel est le rôle de l?Etat dans cette initiative.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame COHEN-SOLAL.

Voici maintenant la réponse de Mme POURTAUD. Je lui donne la parole.

Mme Danièle POURTAUD, au nom de la 7e Commission. - Merci, Monsieur le Président.

Je voudrais d?abord remercier Mme COHEN-SOLAL de son intervention sur cette délibération qui, vous l?aurez compris, me tient particulièrement à coeur.

Mais avant de vous répondre, chers collègues, je voudrais dire un mot de contexte puisque depuis ce matin, il est beaucoup question de bilan dans cette enceinte. Je voudrais donc rappeler qu?au-delà du problème crucial des locaux universitaires parisiens, pour lesquels nous avons quand même dépensé 400 millions d?euros et pour lesquels nous nous sommes engagés à investir de nouveau 411 millions d?euros supplémentaires dans le C.P.E.R. 2007/2013, nous avons donc depuis deux ans travaillé avec les universités parisiennes et les syndicats étudiants sur 2 problèmes majeurs pour les jeunes de notre pays : les 40 % d?échec en premières années universitaires et l?insertion professionnelle des jeunes diplômés.

40 % d?échec, c?est inacceptable et, vous le savez, c?est bien souvent lié à un défaut d?orientation et au sous encadrement des étudiants en première année universitaire.

Notre réponse a été, nous en avons encore parlé au dernier Conseil de Paris, ?Cap en Fac?, dispositif auquel la Ville consacre 100.000 euros par an.

Mais comme vous le soulignez, Madame COHEN-SOLAL, à travers ce projet de délibération, c?est au deuxième chantier que j?évoquais à l?instant que nous nous attaquons. Nous soutenons les initiatives des universités parisiennes en faveur de l?insertion professionnelle des diplômés.

Nous avons effectivement travaillé avec les universités Paris I, Paris V, Paris VII, toutes trois membres du regroupement ?Paris Centre Universités?, à l?élaboration de cette plateforme d?insertion professionnelle visant à mieux préparer les jeunes issus de ces établissements à l?emploi. Nous y consacrerons 200.000 euros sur deux ans. Le détail des éléments de cette plateforme est présenté dans le projet de délibération.

Et je peux également vous indiquer, Madame COHENSOLAL, que nous travaillons sur ce même sujet avec Paris VI pour le regroupement ?Paris Universitas? des autres universités parisiennes.

Mais comme vous le souligniez par votre question, il est assez curieux que les universités se tournent vers la Ville pour remplir ces deux missions essentielles que sont la réussite en licence et l?insertion professionnelle des diplômés, puisque effectivement c?est au coeur des missions de l?université. Et il faut bien le dire, si les universités se tournent vers la Ville, c?est parce que l?Etat ne leur donne pas les moyens nécessaires. Ceci est, à mon avis, paradoxal puisque ces deux sujets faisaient partie, avec la réforme de la gouvernance, des objectifs principaux de la loi sur la liberté et la responsabilité des universités dite loi L.R.U. du 10 août dernier. Et c?est bien sur la question des moyens que le bât blesse.

Je crois que la question des moyens n?est pas non plus étrangère aux mouvements qui se développent aujourd?hui dans les universités parisiennes et partout en France.

Je crois que l?Etat n?a pas, dans le projet de loi de finances, suffisamment montré son ambition pour l?université. Et ce n?est pas le lieu?

Je vois que le Président de séance me fait signe?

M. Christian SAUTTER, président. - Absolument.

Mme Danièle POURTAUD, rapporteure. - ? de m?acheminer vers ma conclusion.

Ce n?est pas le lieu de dénoncer les tours de passe-passe du budget de l?enseignement supérieur mais je voudrais quand même citer la conférence des présidents d?université qui disait vendredi, je cite : ?La part nécessaire consacrée à la réussite et à la vie quotidienne des étudiants devrait être beaucoup plus importante?.

Je vais donc peut-être?

M. Christian SAUTTER, président. - Il faut conclure !

Mme Danièle POURTAUD, rapporteure. - ? avec vous, me tourner vers nos collègues de l?opposition municipale qui siègent, en revanche, dans la majorité au Parlement pour? et il se trouve que Mme de PANAFIEU, M. GOASGUEN, mais je pense que nous pourrions également demander cela à M. GOUJON, sont en séance. Donc je pense qu?ils devraient se joindre à nous...

(Exclamations sur les bancs du groupe U.M.P.).

M. Christian SAUTTER, président. - Monsieur CABROL, vous n?êtes pas parlementaire. Un peu de patience, Monsieur CABROL, vous serez bientôt parlementaire.

(Rires sur les bancs de l?Assemblée).

Mme Danièle POURTAUD, rapporteure. - Je disais donc que je pense qu?ils devraient se joindre à nous pour demander au Gouvernement de faire enfin le nécessaire pour soutenir financièrement les universités parisiennes, les étudiants, les enseignants, les chercheurs et tout le personnel des universités qui en ont tant besoin.

Merci.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame POURTAUD, pour cette belle conclusion.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASCO 45 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2007, DASCO 45 G).