Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

7 - Discussion budgétaire générale. - Exposé de M. le Maire de Paris

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2000


M. LE MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, nous allons entamer le débat budgétaire. Je demande à chacun de regagner sa place... Est-ce qu'on peut fermer les portes, s'il vous plaît et éviter qu'il y ait des stationnements prolongés devant les portes...
M. Roger ROMANI, adjoint. - Il faudrait demander aux gens qui n'ont rien à faire de sortir.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Ou bien rentrer complètement dans la salle des séances ou bien en sortir.
M. Jacques DOMINATI, premier adjoint. - Je dirais simplement "Le spectacle est terminé, vous pouvez sortir".
M. LE MAIRE DE PARIS. - Que les personnes rentrent et s'asseyent sur les côtés mais ne restent pas devant la porte. Est-ce que l'on peut reprendre les conversations à l'extérieur s'il vous plaît ? Chacun peut reprendre sa place, le débat du budget modificatif est un débat aussi important.
Mes chers collègues, notre séance va être aujourd'hui consacrée à l'adoption du budget modificatif de la Ville et du Département de Paris. Ce budget pourrait se résumer à quelques chiffres que mon adjoint, Jean-François LEGARET, développera tout à l'heure avec sa compétence et sa conviction coutumières.
Nous enregistrons une rentrée... est-ce que l'on peut fermer les portes s'il vous plaît ?... Que les gens se mettent derrière et pas devant la porte, ce n'est pas possible !
Nous enregistrons une rentrée supplémentaire de recettes de 1 milliard, toutes origines confondues. Ces recettes sont certes engendrées par la reprise économique mais résultent aussi de la pertinence des choix stratégiques de la majorité municipale.
Ces choix nous permettent aujourd'hui d'engranger les fruits de la croissance. Rappelez-vous les mines gourmandes de ceux qui pronostiquaient sur ces bancs et dans certains médias l'échec retentissant de notre projet "Paris-Rive gauche". Cet ambitieux projet se révèle en fait un grand succès. Que ceux qui jouent aux perpétuels visionnaires en tirent quelques leçons de modestie.
Deuxième chiffre caractéristique : 640 millions de francs de dettes seront remboursés par anticipation.
Il n'y a plus désormais de dettes au Département de Paris et nous avons ramené l'encours global d'endettement de la collectivité parisienne depuis le début de la mandature - je me permets d'insister sur ce point - de 15 milliards de francs à 10 milliards de francs, car nous ne cédons jamais à la facilité budgétaire à laquelle nous incite depuis plusieurs années une partie de l'opposition.
La saine gestion de nos finances qui caractérise notre politique doit en effet permettre d'assurer durablement la poursuite de la baisse de la fiscalité locale que nous avons ensemble engagée. Je souhaite que cette baisse soit à l'avenir encore développée et si possible amplifiée. Paris a été et restera en la matière exemplaire, c'est ma responsabilité, je suis fier de l'assumer, bien entendu avec le concours de la majorité municipale.
Quelle autre collectivité locale pourrait se prévaloir d'avoir obtenu pour la 8e année consécutive la meilleure notation de l'agence internationale "Standard and Poor's" ?
Troisième chiffre révélateur : 1 milliard 400 millions de francs d'autorisations nouvelles de programme vous sont proposés pour des investissements qui profiteront directement à tous les Parisiens. Enfin, l'effort d'investissement aura pour corollaire la création de 193 emplois supplémentaires qui correspondent en quasi totalité à des emplois de proximité, au contact direct du public.
Mais au-delà de ces chiffres le projet de budget modificatif que je vous soumets aujourd'hui marque essentiellement la concrétisation d'engagements que j'avais pris devant les Parisiens à l'issue des Etats généraux de la Qualité de la Vie de décembre dernier.
En premier lieu le budget modificatif permettra de financer la nouvelle allocation de garde d'enfants ; cette allocation représente une approche moderne pour la diversification des modes de garde des enfants en bas âge, puisqu'elle permettra aux parents d'exercer plus facilement un réel choix. 35 millions de francs sont prévus au budget modificatif pour financer cette allocation qui sera versée à partir d'octobre prochain.
Je précise que les autres mesures sociales que j'annonçais en avril dernier notamment, allocation de soutien aux parents d'enfants handicapés et "complément santé Paris" pour faire face aux conséquences défavorables de la mise en oeuvre de la C.M.U., seront financées au budget modificatif et font d'ailleurs l'objet de délibérations spécifiques à la présente séance.
J'insisterai par ailleurs sur la concrétisation des engagements financiers pris par la Ville dans le cadre de notre politique en faveur des universités parisiennes. Plus de 360 millions de francs de plus seront ainsi dégagés au profit du plan "Université du 3e millénaire".
Il s'agit de permettre de mobiliser sur Paris Rive gauche une première tranche de terrains où s'implanteront Paris VII et l'I.N.A.L.C.O.
M. Jack LANG, que j'ai rencontré le 29 juin dernier, partage tout à fait l'approche de la Ville et m'a confirmé qu'il souhaitait que puisse être signée, à la prochaine rentrée universitaire, une convention cadre entre la Ville et l'Etat sur ce sujet. Vous serez saisis de ce texte en septembre prochain.
Beaucoup d'autres mesures importantes pour l'amélioration de la vie des Parisiens figurent au budget dans le droit fil des états généraux de la qualité de la vie.
Les moyens sont ainsi dégagés pour faciliter l'accès aux équipements municipaux, notamment les piscines.
Par ailleurs, j'ai décidé la création d'un centre d'appels unique qui va permettre de répondre, à partir d'un seul numéro, aux Parisiens sur tous les sujets les concernant.
S'agissant de la politique de santé, dont les secondes assises viennent de se tenir à l'Hôtel-de-Ville, nous mettons en place le financement des 100 millions en faveur de l'A.P.-H.P. pour honorer la convention de modernisation de services d'urgence et de services de gérontologie.
En outre, les actions en faveur de la prévention comme le "Bus-santé" et le développement de l'agence "Cancer" trouvent, dans ce budget, leur immédiate concrétisation.
Pour améliorer la propreté de nos rues, nous ferons un effort particulier en créant 65 emplois supplémentaires d'inspecteurs de salubrité et d'agents de nettoiement.
Enfin, je souligne l'importance des conséquences de la tempête de décembre dernier qui conduit, dans le seul budget modificatif qui nous est soumis, à 250 millions de francs de dépenses supplémentaires tant en investissement qu'en fonctionnement.
Mes chers collègues, ce budget modificatif, c'est bien sûr la poursuite de la gestion exemplaire de nos finances, mais il reflète surtout ma détermination et notre détermination de traduire sur le terrain les engagements pris devant les Parisiens pour répondre à leurs préoccupations.
Ce budget n'est pas, vous l'avez remarqué, l'occasion de faire des promesses, mais au contraire de les tenir.
Je vous en remercie.
(Applaudissements sur les bancs des groupes "Rassemblement pour Paris" et "Paris-Libertés").