Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

46 - 2000, DVD 98 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres pour l'aménagement de la porte de Clichy (17e)

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2000


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DVD 98 : autorisation à M. le Maire de signer un marché sur appel d'offres pour l'aménagement de la porte de Clichy.
Je donne la parole à M. Philippe LAFAY.
M. Philippe LAFAY, adjoint. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, lors du dernier Conseil d'arrondissement, j'ai évoqué, bien sûr, le projet de délibération concernant l'aménagement de la porte de Clichy.
Monsieur le Maire, les aménagements des différentes portes de Paris posent un problème général, celui de la circulation à l'entrée de la Capitale. Les problèmes de circulation grèvent en grande partie toute modification ou aménagement nécessaire.
L'opération d'aménagement de la porte de Clichy en est un exemple précis. Je pense qu'il faut, dans cette zone, favoriser le stationnement par l'installation de contre-allées tant au niveau de l'hôtel Campanile et du groupe d'immeubles attenants que de l'autre côté, au niveau du lycée Honoré-de-Balzac et du stade Biancotot où, des deux côtés, des trottoirs démesurés en largeur sont présents et où un certain nombre de places de stationnement pourraient être aménagées.
Dans ce secteur où un grand nombre d'éléments positifs ont déjà été réalisés, comme la rénovation du stade Biancotot, et où vont bientôt s'ouvrir des aires de lavage pour automobiles sous le périphérique, il serait opportun de profiter de ces modifications d'aménagement de la porte de Clichy pour revoir le plan de circulation et d'aménagement de parkings.
Je saisis l'opportunité de cette question pour dire combien il faut également revoir l'entretien des espaces verts du lycée qui sont à l'abandon alors que leur importance pourrait permettre d'égayer cette zone trop minéralisée par des pelouses et des arbres bien entretenus.
Monsieur le Maire, mes chers collègues, je vous remercie de votre attention.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je donne la parole à M. BLET.
M. Jean-François BLET. - Monsieur le Maire, le projet d'aménagement de la porte de Clichy qui nous est soumis organise la circulation autour d'un terre-plein central sous le boulevard périphérique, redresse la chaussée du boulevard de Douaumont afin de créer deux esplanades mais uniquement côté clichois, et traite l'accès à l'avenue de la porte de Clichy par élargissement des trottoirs et rénovation de l'îlot central qui sera agrémenté de deux jardinières. Pour le reste, vous vous contentez de changer l'éclairage public ce qui n'est, il est vrai, pas un luxe.
Un élargissement de trottoirs et deux jardinières, c'est bien peu pour satisfaire aux objectifs que vous vous êtes fixés, je cite l'exposé des motifs, il s'agit "de requalifier l'espace public en créant un espace de qualité en entrée de ville, d'assurer la reconquête de l'espace au profit des piétons en diminuant l'emprise des chaussées et d'améliorer la lisibilité de ce vaste carrefour".
Mais les moyens que vous mettez en ?uvre sont bien en deça des ambitions que vous affichez. Les gabarits de voirie retenus dans le projet d'aménagement laissent encore une place démesurée à la voiture au niveau du périphérique et aucun aménagement n'est envisagé sur l'avenue de la porte de Clichy. C'est regrettable. Tout projet d'aménagement d'entrée de ville digne de ce nom devrait prendre en compte les voies pénétrantes.
Par ailleurs, lors du Conseil de Paris du 26 avril, vous avez adopté (notre collègue vient de le rappeler) le principe d'exploitation d'une station de lavage d'automobiles sur le terre-plein de l'avenue de la porte de Clichy, sous le boulevard périphérique.
Autoriser l'implantation de cette station de lavage est une aberration et va totalement à l'encontre de toute volonté de diminution de la place de l'automobile à l'entrée de Paris et d'aménagement de qualité de l'espace public au profit du piéton.
Vous affirmez que le projet d'aménagement est mené avec la commune de Clichy-la-Garenne. Or, le 16 mars dernier, les dix élus clichois de la liste "Clichy réconciliée/les Verts" vous ont adressé un courrier vous demandant de bien vouloir examiner votre position sur l'implantation de cette station de lavage. Ces dix élus présentèrent ensuite un v?u lors du Conseil municipal du 27 juin regrettant le vote du Conseil de Paris en faveur de l'implantation de cette station de lavage et vous demandaient, ainsi qu'aux services de la Voirie de la Ville de Paris, de surseoir à la mise en application de ce projet qui va à l'encontre de l'amélioration de la qualité de vie des riverains.
Aucun des 34 élus clichois ne s'est prononcé contre ce v?u. Il y a eu des abstentions mais aucun ne s'est prononcé contre ce v?u. Il est donc clair que l'implantation de cette station de lavage de voitures ne recueille pas l'assentiment de nos voisins.
En effet, une telle activité ne manquera pas d'engendrer un cortège de nuisances. Le trafic automobile augmentera inévitablement dans un secteur où sont déjà implantés deux stations services, un dépôt de poids lourds, un dépôt de fret et une zone d'entrepôts. La pollution sonore sera accrue à toute heure et en particulier le week-end. Cette station étant automatique, de nombreux automobilistes viendront y vidanger leur véhicule alors que rien n'est envisagé à cet effet et divers détritus (poussières, cendriers) ne manqueront pas de s'amonceler. En outre, une telle activité existe déjà porte Pouchet, à moins de 500 mètres de la porte de Clichy.
Monsieur le Maire, l'aménagement des portes de Paris devrait constituer un des grands chantiers de Paris pour résorber la césure Paris-banlieue. Vous vous contentez pourtant, en l'occurrence, de petits arrangements. Pis, vous autorisez l'implantation d'équipements commerciaux qui favoriseront la prolifération automobile.
Des stations de lavage pour les portes de Paris. Tout un symbole ! Vous laissez entrer les voitures dans Paris à condition qu'elles soient propres. Oui à la bagnole mais à la bagnole propre.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je donne la parole à M. PLASAIT pour répondre aux deux intervenants.
M. Bernard PLASAIT, adjoint, au nom de la 3e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Aux deux intervenants je vais répondre la même chose et d'abord apporter des précisions.
Le projet actuellement soumis à notre Conseil ne concerne que la partie de la porte de Clichy qui est située sous le boulevard périphérique et ses abords immédiats et assure la liaison avec l'aménagement que vont réaliser le Conseil général des Hauts-de-Seine et la commune de Clichy.
Pour ce qui est de la partie située avenue de la porte de Clichy jusqu'au boulevard des Maréchaux, le projet est actuellement à l'étude et ne sera réalisé que sur un exercice budgétaire ultérieur.
Bien entendu, je comprends les préoccupations de M. LAFAY et je peux lui répondre qu'il sera tenu compte, au moment de ces aménagements, de tous les problèmes de circulation, pour les améliorer dans toute la mesure du possible, de la même manière que ses désirs concernant des besoins de stationnement seront évidemment pris en compte.
Je voudrais faire remarquer à M. BLET que, contrairement à ce qu'il semble croire, et c'est en tout cas ce que je ressens à travers ses propos, non seulement il n'y a pas d'aménagement limité, mais il s'agit, au contraire, d'un projet tout à fait complet, établi avec la commune de Clichy et, que je sache, la commune de Clichy est tout à fait satisfaite des aménagements que nous faisons, de la même manière que nous considérons que les aménagements qu'elle entreprend sont en parfaite cohérence avec les nôtres.
Je tiens à la disposition de M. BLET un dessin qui est certainement plus parlant qu'une longue explication pour lui montrer que l'ensemble du projet se fait très largement à l'avantage des piétons. Les visibilités sont améliorées, ainsi que les circulations. A tous égards, je crois que c'est un projet qui devrait le satisfaire.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Monsieur PLASAIT, merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 98.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, DVD 98).