Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

65 - 2000, DLH 191 - Autorisation à M. le Maire de Paris de consentir le dépôt par la R.I.V.P. des demandes de permis de démolir et de permis de construire en vue de la construction d'une trentaine de logements en accession à la propriété sur les parcelles sises 76-76 bis, rue de la Colonie (13e)

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2000


M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DLH 191 autorisant M. le Maire de Paris à consentir le dépôt par la R.I.V.P. des demandes de permis de démolir et de permis de construire en vue de la construction d'une trentaine de logements en accession à la propriété sur les parcelles sises 76-76 bis, rue de la Colonie (13e).
La parole est à Mme SCHNEITER.
Mme Laure SCHNEITER. - Monsieur le Maire, vous nous demandez d'autoriser la R.I.V.P. à déposer simultanément les demandes de permis de démolir et de construire pour le 76-76 bis, rue de la Colonie, dans le 13e arrondissement.
L'exposé des motifs ne comporte qu'une douzaine de lignes, sans précisions sur le projet ; n'y figure aucune description du site ou du contexte. Pourtant, il s'agit d'un petit quartier agréable, qu'il est même prévu de transformer en "quartier tranquille".
A l'entrée de la rue de la Colonie, se trouve le bâtiment en briques de la Croix-Rouge, haut de 1 à 2 étages. Il donne sur la charmante place de l'Abbé Georges Hénocque et son petit jardin.
Au n° 80, de la rue de la Colonie, se trouve un bâtiment d'un étage.
Au 78, un petit immeuble de 3 étages.
Au n° 74, le centre de diagnostic et de réadaptation cardio-respiratoire de la Croix-Rouge est situé dans un bâtiment moderne, d'un étage, sur la rue ; mais, en retrait, a été construit un monstrueux cube de béton et de verre de 10 étages. C'est une verrue dans ce quartier.
Enfin, au n° 72, s'élève un groupe d'immeubles de 5 étages, en briques, datant de 1911.
Dans cette perspective urbanistique, le bâtiment que vous voulez détruire au n° 76-76 bis, est à rez-de-chaussée avec des combles aménagés. Il a environ un siècle. Il a une jolie façade agrémentée d'une frise et de deux entrées à chaque extrémité. Il a accueilli la Commission départementale de l'éducation spécialisée et, semble-t-il, une antenne du "S.A.M.U. social".
C'est donc un équipement social que vous faites disparaître de ce quartier au profit de la construction d'un immeuble d'une trentaine de logements, en accession à la propriété, et dont la R.I.V.P. doit assurer la maîtrise d'ouvrage.
Quelle est la hauteur de l'immeuble projeté ? Ne va-t-il pas créer une nuisance pour les riverains ? Certes, seule la partie ouest de la rue de la Colonie, au-delà de la rue Bobillot, est un secteur protégé, mais n'est-il pas regrettable de densifier encore ce quartier, déjà bien pourvu en logements sociaux ? Ne pourrait-on pas maintenir dans le bâtiment existant et en bon état un équipement social, d'autant qu'il appartient déjà à la Ville de Paris ?
Devant toutes ces interrogations et le manque de transparence, je voterai contre ce projet !
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Merci, chère collègue.
La parole est à M. AURELLI pour vous répondre.
M. Paul AURELLI, adjoint, au lieu et place de M. Michel BULTÉ, adjoint, au nom de la 6e Commission. - Monsieur le Maire, chers collègues, je voudrais dire tout simplement à notre collègue, Mme SCHNEITER, qu'il s'agit d'une autorisation donnée à M. le Maire de Paris de consentir le dépôt par la R.I.V.P. des demandes de permis de démolir et de permis de construire. Ce soir, il ne s'agit pas de débattre d'un projet architectural qui n'existe pas, il s'agit d'autoriser le dépôt de ces demandes et nous aurons à débattre ultérieurement du contenu de ce projet.
Mme Laure SCHNEITER. - Quand il n'y aura plus rien sur le terrain, évidemment !
M. Paul AURELLI, adjoint, au lieu et place de M. Michel BULTÉ, adjoint, rapporteur. - Je rappelle enfin l'avis favorable du Conseil du 13e arrondissement, à l'unanimité moins une voix.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Merci, cher collègue.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 191.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, DLH 191).