Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

48 - 2000, DPE 37 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres pour la collecte du verre en porte à porte (3 lots)

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2000


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DPE 37 : autorisation à M. le Maire de signer un marché sur appel d'offres pour la collecte du verre en porte à porte (3 lots).
La parole est à M. HUBIN.
M. Jean-Philippe HUBIN. - Monsieur le Maire, j'avais déjà attiré l'attention de nos chers collègues sur le fait que la collecte du verre ne devait pas se traduire nécessairement par une augmentation forte des dépenses de collecte à Paris.
Je constate que nous avons un problème qui est très grave. Cela va dans le sens où je craignais que nous allions, à savoir vers une plus grande dépense publique pour ce qui concerne la collecte.
Nous ne trouvons plus, paraît-il, d'entreprises susceptibles de faire cette collecte, au prix antérieur. Elles prétendent demander plus d'argent que précédemment.
Notre collègue chargé du dossier, j'en suis sûr, va essayer de faire en sorte que les contribuables n'aient pas à souffrir trop de cette évolution négative.
Je continue à être préoccupé : je suis inquiet de constater que la collecte va coûter de plus en plus cher au fur et à mesure qu'elle va être de plus en plus sélective.
Il faut que ce soit fait de façon non pas systématique mais de façon rationnelle et prudente, de telle sorte que nous n'ayons pas à devoir augmenter les impôts des Parisiens au prétexte d'une collecte plus sélective ; elle doit se mettre en place de façon raisonnable.
Je crois qu'il vaut mieux renoncer à tout ou partie de ces objectifs en ce qui concerne la collecte sélective. Nous ne forcerons pas les Parisiens à sélectionner leurs ordures, il faut les accompagner dans leur désir qui d'ailleurs existe très sérieusement de sélection.
On ne peut pas aller plus vite que la musique.
Si nous avons des coûts trop élevés, dans ce domaine, il vaut mieux renoncer, en attendant que nous arrivions à une situation dans laquelle les coûts soient raisonnables et n'entraînent pas une augmentation des impôts.
Voilà ce que je voulais dire sur ce dossier.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Merci.
La parole est à M. TRÉMÈGE.
M. Patrick TRÉMÈGE, adjoint, au nom de la 3e Commission. - Monsieur le Maire, je vous remercie.
Deux considérations d'ordre général :
- la première, de mémoire, je ferai parvenir à M. HUBIN une fiche sur l'ensemble des marchés, et singulièrement, sur ceux que nous avons renégociés, je crois, qu'on a pu - mais je le dis de façon globale - obtenir des baisses de coûts de l'ordre de 20 % sur à peu près l'ensemble des renégociations depuis 1995.
De ce point de vue-là, je le rassure.
- deuxième réflexion d'ordre général sur ce dossier : c'est que le verre est une collecte rentable. Elle ne coûte pas d'argent à la collectivité, au contraire elle en procure puisque le verre est un produit qui se vend bien.
Le problème auquel nous sommes confrontés là, c'est que sur le précédent marché la société était associée à la qualité du verre que nous récoltions ; par conséquent, dans l'économie générale du projet, elle a estimé (et elle seule peut le faire) qu'elle était en situation financière difficile.
Il n'y a pas de différence de plancher entre le précédent marché et celui-ci et, pour bien aller dans une concurrence complète, j'ai souhaité qu'il y ait trois lots de façon que les sociétés puissent entrer en compétition.
Par ailleurs, les sociétés ne seront pas associées à la qualité du verre récolté, c'est la Ville qui s'en chargera et la Ville a passé, pour optimiser la qualité du verre, singulièrement auprès des gros producteurs, un accord avec A.D.E.L.F., de façon que ce service mixte, mi-public, mi-Etat, puisse nous aider à mettre en place une grande campagne de communication afin de mettre l'accent auprès de nos concitoyens sur la qualité du verre nécessaire à une meilleure exploitation.
Voilà, Monsieur le Maire, la réponse technique que je voulais faire.
(Applaudissements sur les bancs des groupes "Rassemblement pour Paris" et "Paris-Libertés").
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Merci, Monsieur TRÉMÈGE.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPE 37.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, DPE 37).