Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2006, DASES 84 G - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de signer un marché selon une procédure adaptée conforme à l’article 30-I du Code des marchés publics, avec l’association “Aurore” en vue de l’exploitation d’un service de restauration sociale d’insertion du Département de Paris situé au 8, rue Santeuil (5e).

Débat/ Conseil général/ Février 2006


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons au projet de délibération DASES 84 G relatif à la signature d?un marché avec l?association ?Aurore?, en vue de l?exploitation d?un service de restauration sociale d?insertion du Département de Paris situé au 8, rue de Santeuil dans le 5e arrondissement. Il y a deux intervenantes : Mme ATALLAH et Mme COHEN-SOLAL. Mme STIEVENARD et Mme STAMBOULI leur répondront.

Madame ATALLAH, vous avez la parole.

Mme Marie-Thérèse ATALLAH. - Merci, Monsieur le Président.

Il nous est proposé ici de donner l?autorisation à M. le Président du Conseil de Paris de signer un marché public avec l?association ?Aurore? en vue de l?exploitation d?un service de restauration sociale d?insertion, situé dans le 5e arrondissement.

Nous tenons à saluer ce projet social innovant sur plusieurs plans : d?abord en termes de création de restauration assise de qualité pour les personnes parisiennes en très grande difficulté, sans domicile fixe ou mal logées.

Nous rappelons que notre majorité municipale souhaite remplacer tous les points de distribution de rue par la création de restaurants sociaux pouvant accueillir les mêmes publics pour qu?ils puissent prendre leur repas dans des conditions plus humaines.

Deux sites sont déjà en place et un amendement budgétaire adopté par notre Assemblée en décembre dernier sur la proposition des ?Verts? pour l?ouverture de restaurants de la Ville, a permis depuis la mise en place d?une expérimentation dans l?un de ces restaurants et nous souhaitons que l?année prochaine cette action soit généralisée sur tout le territoire parisien.

Aussi, nous saluons ce projet innovant dans sa dimension d?accueil et de suivi social des personnes sans domicile fixe ou mal logées puisqu?un accompagnement social sera effectué auprès de ces personnes accueillies, ce qui va leur permettre d?entreprendre des démarches d?insertion sociale et professionnelle. D?autre part, nous tenons à saluer un autre aspect novateur relatif à l?insertion professionnelle et sociale des personnes handicapées puisque la restauration collective sera assurée par un centre d?aide au travail.

Pour terminer, nous nous réjouissons du choix de la localisation de ce projet solidaire dans le 5e arrondissement et nous soutenons tout particulièrement son caractère novateur, traduisant un changement radical dans le traitement social en faveur des personnes les plus en difficulté, notamment la population sans domicile fixe, domaine relevant prioritairement de la compétence de l?Etat.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci beaucoup, Madame ATALLAH.

Mme COHEN-SOLAL a la parole.

Mme Lyne COHEN-SOLAL. - Merci, Monsieur le Président.

Comme Mme ATALLAH, je vais me féliciter que ce projet de délibération arrive devant notre Conseil. Ainsi la signature d?un marché entre la Ville de Paris et l?association ?Aurore? pourra permettre l?exploitation d?un service de restauration sociale d?insertion dans le 5e arrondissement au 8, rue de Santeuil, dans le c?ur historique de la Capitale et après des débats que nous avons connus un peu houleux sur ce thème.

L?effort budgétaire considérable consacré à la lutte contre la pauvreté fait aujourd?hui de Paris la Capitale de toutes les solidarités. Il était normal et digne que le 5e arrondissement participe activement en prenant sa part à l?émergence de ce Paris solidaire. Nous allons avoir, 365 jours par an, et deux fois par jour grâce à l?association ?Aurore? une restauration assise de qualité aux Parisiennes et aux Parisiens en difficulté, qui se substituera, comme l?a dit Mme ATALLAH, aux distributions de rue qui étaient très insatisfaisantes sur le plan social et sur le plan humain.

Je voudrais saluer le professionnalisme de l?association ?Aurore?, qui gère déjà de nombreux équipements sociaux dans Paris, avec un savoir-faire reconnu de tous et remercier Gisèle STIEVENARD pour son investissement et son attention sur l?ensemble des volets de ce projet.

Je voulais à mon tour aussi souligner l?importance de la part insertion dans ce projet de restauration sociale puisque ce restaurant, qui a été rénové et modernisé de manière extrêmement sympathique et design d?ailleurs, va permettre l?insertion professionnelle de 70 jeunes travailleurs handicapés mentaux tout en maintenant - et c?est important - l?accès du restaurant Santeuil aux personnes âgées du quartier qui le souhaiteront.

Voilà. D?autre part, je vous signale que la localisation de ce restaurant devant la faculté Censier avec des milliers de jeunes qui fréquentent cette rue de Santeuil nous montre qu?il doit être possible et fructueux d?insérer ce type d?équipements au c?ur de Paris pour reconstruire du lien social, de la solidarité.

Je vous remercie beaucoup de voter ce projet de délibération.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame COHEN-SOLAL.

Mme STIEVENARD et Mme STAMBOULI vont vous apporter une double réponse.

Mme Gisèle STIEVENARD, vice-présidente, au nom de la 6e Commission. - Depuis le début de la mandature, la Ville développe et améliore qualitativement le dispositif d?aide alimentaire sur le territoire parisien. On peut se réjouir de l?ouverture récente depuis le 13 février, à titre expérimental, d?un restaurant administratif dans lequel ?les Restos du c?ur? servent le soir des repas à des personnes en difficulté, dans le Centre de Paris. Je veux remercier les deux intervenantes qui ont souligné le caractère innovant de l?ouverture du restaurant Santeuil. Il s?agit, en effet, d?un projet partenarial exemplaire, avec le soutien de l?Etat et de la Région Ile-de-France. A ce titre, le Conseil régional a voté à l?unanimité une subvention d?investissement pour effectuer les travaux nécessaires à la réalisation de cet équipement. Vous avez salué la démarche qui consiste à faire travailler des personnes handicapées dans ce centre grâce à une association au professionnalisme reconnu, l?association ?Aurore?. En effet, nous nous étions aperçus que ce restaurant ?Emeraude? était sous fréquenté et nous trouvons là une utilisation pertinente et solidaire de ce lieu qui permet d?augmenter sa capacité de production, d?élargir la prestation aux publics en grande difficulté, tout en maintenant la restauration pour les personnes âgées. J?y insiste car cela avait fait l?objet de polémique. Les personnes âgées sont aussi accueillies comme elles le souhaitent, ce qui nous paraît juste. J?espère que nous allons à nouveau trouver d?autres lieux disponibles pour poursuivre cette amélioration qualitative qui est réclamée à juste titre par les Parisiens, car chacun imagine aisément la douleur que représente le fait d?être contraint de prendre des repas dans la rue, ce qui est indigne pour notre Capitale.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame STIEVENARD.

Je donne maintenant la parole à Mme STAMBOULI.

Mme Mylène STAMBOULI, vice-présidente, au nom de la 6e Commission. - Merci, Monsieur le Président.

Je ne reprendrai pas l?ensemble des arguments favorables à ce projet. J?observe qu?aucun élu aujourd?hui en séance ne conteste sa pertinence : meilleure répartition dans Paris des différents restaurants sociaux et centres visant à accueillir des personnes sans domicile, mobilisation de locaux disponibles ou sous utilisés, restaurant assis avec un travail social effectué et une présence midi et soir, création d?emploi. Les motifs en sont nombreux pour approuver ce projet.

Je rappelle qu?il avait fait l?objet de polémiques dans lesquelles notre élue du 5e arrondissement avait été mise en cause à la suite d?une plainte qui s?est finalement révélé classée et que, de ce fait, aujourd?hui c?est une association tout à fait reconnue qui prend en gestion ce lieu.

Il s?inscrit dans une politique ambitieuse visant à la disparition progressive de distributions de rue et d?une réelle prise en charge des personnes pour une orientation et pour également des repas pris dans la convivialité. Je remarque que d?ailleurs désormais les associations invoquent ce droit à un repas chaud pris dans un endroit sûr et sain. C?est aujourd?hui une revendication partagée par l?ensemble du secteur sur l?exclusion.

Ces associations, et j?en profite pour le dire, ont le souci d?agir également dans un esprit de non discrimination. Alors que nous voyons proférer des distributions de rue alimentées par l?extrême droite, je crois qu?il est important aujourd?hui d?affirmer notre souci de solidarité et notre soutien à l?ensemble de ces associations qui s?élèvent aujourd?hui contre ces distributions qui s?effectuent un peu partout en France, puisque Strasbourg, Nice et Paris sont aujourd?hui concernées.

C?est au bénéfice de ces observations que je demande au Conseil d?approuver de la façon la plus large possible ce projet de délibération.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame STAMBOULI.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 84 G.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2006, DASES 84 G).