Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

71 - QOC 98-423 Question de M. Michel BULTÉ et des membres du groupe " Rassemblement pour Paris " à M. le Préfet de police relative à l'insécurité dans la rue de Chaumont (19e)

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1998


Libellé de la question :
" M. Michel BULTÉ et les membres du groupe " Rassemblement pour Paris ", récemment interpellés par certains habitants de la rue de Chaumont (19e), demandent à M. le Préfet de police quelques précisions sur les directives données aux agents de la Police concernant la conduite à tenir face aux problèmes de cette rue.
En effet, depuis que les premiers locataires des immeubles neufs habitent leur appartement, des groupes violents stationnent dans la rue, terrorisant les habitants, voire pratiquant leurs trafics illicites.
Les patrouilles de police sont absentes et ce, en dépit des nombreux signalements des riverains.
Est-ce que, comme cela l'a été précisé aux habitants de cette rue, les trafics et les nuisances ne sont pas suffisamment caractéristiques pour que le commissariat de quartier fasse revenir l'ordre ?
M. Michel BULTÉ et les membres du groupe " Rassemblement pour Paris " dénoncent cette pratique, la paix et l'ordre républicains devant être les mêmes pour tous, et demandent à M. le Préfet de police quelques éclaircissements sur ces informations. "
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
" Implantée entre l'avenue Secrétan et le passage de la Brie, la rue Chaumont s'inscrit dans un site en totale rénovation.
A ce titre, il fait l'objet d'une attention toute particulière de la part des services de police, qui ont pu constater que le climat d'insécurité ressenti par les riverains a pour origine les rassemblements de jeunes qui, par leurs agissements, créent des troubles manifestes dans le voisinage.
Pour lutter contre ces nuisances, des surveillances constantes sont effectuées sur ce secteur tant par les effectifs de la Sécurité publique que par ceux de la Police judiciaire.
Les îlotiers ont pour instructions d'intensifier les contrôles dans cette voie et d'être à l'écoute de la population.
Pour illustrer l'engagement policier dans ce quartier, j'évoquerai, à titre d'exemple, l'interpellation en flagrant délit, le 28 octobre 1998, par les fonctionnaires de la 5e division de Police judiciaire, d'un individu qui venait de vendre, avenue Secrétan, 2 galettes de crack.
Soyez assuré que les efforts consentis par l'ensemble de mes services pour assurer la sécurité des habitants de cette partie du 19e arrondissement seront poursuivis. "