Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

130 - QOC 98-415 Question de Mme Laure SCHNEITER, élue du Mouvement écologiste indépendant, à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police concernant le réaménagement du site ferroviaire de la Petite Ceinture

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1998


Libellé de la question :
" Un débat est ouvert depuis quelques années sur le réaménagement du site ferroviaire de la Petite ceinture. Deux options seraient possibles : l'implantation d'une ligne de tramway ou la création d'une coulée verte.
Si le choix d'une coulée verte était retenu, Mme Laure SCHNEITER demande à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police comment ils comptent, pour la sécurité des promeneurs, régler le problème des tunnels existants sur le site (tunnels sous le cimetière du Père-Lachaise, Charonne 1.300 mètres, Belleville 1.124 mètres, Montrouge 908 mètres, Glacière 350 mètres).
La législation sur l'aménagement des tunnels ouverts aux automobilistes, cyclistes et piétons est maintenant très stricte concernant la sécurité : l'éclairage, les aérations et surtout les sorties de secours sont obligatoires en cas d'incendie. De telles infrastructures seraient extrêmement coûteuses à réaliser, surtout pour le tunnel de Belleville qui a été creusé, en partie, à une grande profondeur.
Dans le cadre d'une opération " coulée verte ", Mme Laure SCHNEITER demande à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police s'ils ouvriraient ces tunnels au public, en y prévoyant tous les travaux réglementaires, ou si les accès à ces tunnels seraient murés. "
Réponse (M. Michel BULTÉ, adjoint) :
" La Petite Ceinture a été fermée aux voyageurs en 1934. Depuis de nombreuses années, si l'on exclut la partie ouest réutilisée en 1988 par le R.E.R. C, elle ne reçoit plus aucun trafic dans ses parties sud et est, et la partie nord ne voit passer que quelques trains de service ou de marchandises. Il s'agit pourtant d'un ensemble d'espaces exceptionnel et il est difficile de justifier qu'il soit plus longtemps fermé aux Parisiens.
Le Maire de Paris a pris l'initiative de créer une Commission de réflexions et d'études chargée d'identifier les perspectives d'avenir de ces emprises par des propositions concrètes. Celle-ci s'est réunie pour la première fois le 24 septembre dernier. Le voeu du Maire de Paris est que la réflexion de la Commission débouche sur un grand projet pour Paris, même au travers d'aménagements simples. En effet, la Ville de Paris, si elle n'est pas propriétaire des terrains de la Petite Ceinture qui appartiennent à Réseau ferré de France, assume ainsi pleinement sa responsabilité à l'égard du cadre de vie quotidien des habitants : elle exprime clairement la volonté de rendre ce cadre de vie plus accueillant et plus sûr.
Sur les tronçons sud, est et nord, qui peuvent encore évoluer, la Petite Ceinture présente une géométrie très variable. Elle emprunte plusieurs passages en tunnel, mais la grande majorité des emprises est à l'air libre et passe au coeur des quartiers. Tous ces espaces, qu'ils soient en tunnel ou à l'air libre, posent bien entendu des problèmes d'aménagement, de sécurité et de gestion, qui doivent être examinés en fonction des usages futurs proposés.
Quelles que soient les options retenues, les projets concernant notamment les parties en souterrain tiendront bien entendu compte de façon rigoureuse des normes et réglementations en vigueur en ce qui concerne les problèmes de sécurité. Il convient d'ailleurs de rappeler à cet égard que la réglementation en matière de sécurité et d'accès des transports urbains de voyageurs est tout aussi stricte que celle qui concerne les déplacements des piétons et des cyclistes.
Ces questions, qui ont été évoquées au cours de la première séance de la Commission de réflexions et d'études sur la Petite Ceinture, sont actuellement en cours d'examen et feront l'objet de toutes les réflexions et concertations utiles. "
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
" La Préfecture de police ne sera en mesure de se prononcer, dans le cadre des compétences qui sont les siennes, sur le projet de réaménagement de la Petite ceinture, qu'à partir du moment où un dossier technique détaillé lui aura été transmis.
Toutefois, dans l'hypothèse où cette emprise aurait vocation à n'être fréquentée que par des promeneurs (piétons et cyclistes), il conviendrait, bien entendu, de s'assurer que les conditions de sécurité propres à la fréquentation des tunnels soient respectées.
Il serait en particulier nécessaire d'envisager la création de plusieurs accès-pompiers afin de faciliter l'accès des secours en cas d'accident. "