Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

48 - 1998, DLH 368 - DAUC 232 - Autorisation à M. le Maire de Paris de consentir le dépôt par la S.A.G.I. d'une demande de permis de construire en vue de la construction d'une trentaine de logements sociaux de type P.L.A., dont environ 5 ateliers-logements pour artistes et d'une halte-garderie, 1 à 3, cité Aubry - 11A, rue de Bagnolet (20e)

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1998


M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Nous allons maintenant examiner les projets de la 6e Commission puis après ce projet co-rapporté par Mme HERMANGE et moi-même, nous évoquerons les problèmes de l'eau avec la 7e Commission.
Monsieur BLET, vous avez la parole.
M. Jean-François BLET. - Monsieur le Maire, le périmètre compris entre la rue de Bagnolet et le Père-Lachaise est l'objet de maintes convoitises de la part des promoteurs. Il réunit en effet des paramètres idéaux : un C.O.S. d'habitation de 3 s'appliquant à des passages et voies à l'abri de la circulation bordés de petites maisons et d'immeubles faubouriens de faible hauteur.
Sans l'action tenace et remarquable ces dernières années de l'association " Charonne côté cour ", ces caractéristiques remarquables des abords de la rue de Bagnolet étaient irrémédiablement voués à la disparition sous les assauts répétés des promoteurs et de la Ville.
De multiples projets ont fleuri, la grande majorité était synonyme de densification, de renchérissement considérable de loyers et d'apport de circulation au coeur même des passages et impasses jusqu'alors préservés de ces nuisances.
La cité Aubry figure parmi ces passages de charme sauvés in extremis. Haut lieu de la création parisienne, elle abrite côté pair, le studio Goumen, où sont élaborés les très populaires programmes de " Télé bocal ". Or, la délibération nous demande précisément d'approuver le dépôt d'un permis de construire à l'angle de la cité Aubry et de la rue de Bagnolet, et sur, sur une parcelle importante.
Si le terrain en question est nu depuis des années, et s'il a été investi par des jeunes du quartier, c'est qu'un premier permis de construire d'origine privée a été annulé par le Tribunal administratif sur requête de l'association.
Sa trop grande densité et le choix de faire entrer et sortir les voitures par le passage lui fut fatal.
L'association " Charonne côté cour " s'est depuis toujours battue pour obtenir sur cette parcelle éminemment stratégique pour le passage l'intégration au programme d'un équipement public. L'équipement de Petite enfance présenté dans la délibération y répond. Les 5 ateliers d'artistes également prévus répondent de même aux souhaits de l'association.
En revanche figuraient parmi ces demandes prioritaires, je dis bien prioritaires, la présence d'un petit square ou d'un jardin.
Il n'en est nullement question dans la délibération. Monsieur le Maire, j'ose espérer que cela est dû à un regrettable oubli et que la S.A.G.I. a bien inclus dans son programme le petit espace vert demandé.
Enfin ce quartier est plein de friches en attente de programmes d'initiative privée, dont certains sont en cours d'instruction. Leur réalisation est imminente. C'est entre autres le cas au 8-10, cité Aubry ainsi qu'au 3, rue Lignié, 2, villa Riberolle. Un nouveau P.O.S. de quartier plus protecteur que celui qui prévaut actuellement fait en ce moment même l'objet d'une concertation avec les services de la Ville.
Il est absolument indispensable, et c'est une demande très forte de l'association, que la Ville fasse en sorte que les permis qui vont être délivrés avant l'approbation de ce nouveau P.O.S. ne se contentent pas d'être juste conformes au P.O.S. actuel, mais anticipent sur ce futur P.O.S. de quartier et respectent d'ores et déjà les caractéristiques du voyage, de la densité, de la volumétrie, du tissu de ce quartier.
Je voterai bien sûr cette délibération, mais je souhaiterais Monsieur le Maire que vous donniez satisfaction à l'association Charonne côté cour tant sur la réalisation d'un espace vert que sur l'application anticipée du P.O.S. de quartier en gestation.
M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Merci, Monsieur BLET.
Avant de donner la parole à Mme HERMANGE qui va vous répondre, je puis vous préciser en ce qui concerne l'espace vert, que la S.A.G.I. a intégré la notion d'espace vert, ce sera un espace vert privé en cette affaire.
Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint, au nom de la 5e Commission. - Vous me permettrez de compléter l'intervention de mon ami Michel BULTÉ, simplement pour dire qu'il y aura la construction d'une trentaine de logements sociaux de type P.L.A. dont environ 5 ateliers logements pour artistes ainsi qu'un équipement de petite enfance.
Il s'agit en l'occurrence d'une halte garderie de 30 places, la S.A.G.I., comme vous l'avez dit, ayant été désignée pour assurer la maîtrise d'ouvrage de l'ensemble du projet.
Il était demandé à la Direction de l'Aménagement urbain d'engager une étude sur ce secteur pour adapter les règles du Plan d'occupation des sols afin que les nouvelles constructions puissent s'inscrire dans un plus grand respect des caractéristiques du tissu urbain.
La partie architecturale sera précisée dans le cadre de la mise au point du projet, de l'instruction du permis de construire. Par ailleurs, M. BULTÉ vous a répondu concernant l'espace vert.
M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Merci, Madame HERMANGE.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 368 - DAUC 232.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, Mme TAFFIN, MM. DUMAIT et MESMIN n'ayant pas pris part au vote, MM.BLET et REVEAU s'étant abstenus. (1998, DLH 368 - DAUC 232).