Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

44 - 1998, PJEV 58 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres pour la démolition des falaises du parc de Belleville (20e)

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1998


M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération PJEV 58 donnant autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres pour la démolition des falaises du parc de Belleville dans le 20e arrondissement.
La parole est à Mme SCHNEITER.
Mme Laure SCHNEITER. - Monsieur le Maire, voilà encore un gaspillage financier inacceptable. Des murs de soutènement habillés de béton projeté pour reconstituer des falaises dans le parc de Belleville, à flanc de colline, ont été construits il y a un peu plus de 10 ans. De nombreuses fissures viennent d'apparaître dans ces voiles de béton et des blocs sont tombés sur le sol. Vos architectes ne savent-ils plus construire ou le font-ils à moindre frais avec de mauvais matériaux ? Depuis 20 ans, combien de bâtiments neufs se sont-ils dégradés à une vitesse surprenante ?
Nous n'entendons plus parler que de murs, de cours, de terrasses, de parkings fissurés sur des constructions neuves qui devraient mieux résister au temps.
Aujourd'hui, ce sont les falaises de Belleville que vous allez démolir. Que ferez-vous après ? Les reconstruirez-vous à l'identique ou prévoyez-vous un autre type d'habillage des murs de soutènement ? L'on ne peut s'empêcher de faire le parallèle avec le parc des Buttes-Chaumont, proche du parc de Belleville, construit voilà 130 ans sur un site à peu près identique. Son aménagement sur de vastes carrières de plâtre que les créateurs ont habilement utilisées et transformées en un paysage de ruines et de rochers, n'a pas besoin, lui, d'être reconstruit tous les 10 ans.
Je voterai pour ce projet puisque des questions de sécurité d'utilité publique y sont liées, tout en déplorant que les seuls travaux conservatoires coûtent déjà un million de francs !
M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Merci.
Je donne la parole à M. LEGARET pour vous répondre.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, au lieu et place de Mme Françoise de PANAFIEU, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Je répondrai brièvement à la place de Mme de PANAFIEU, en précisant à Mme SCHNEITER que ces travaux sont nécessaires parce que des désordres se sont produits.
Des investigations, des sondages sont prévus dans le cadre de ces travaux pour déterminer si des erreurs de conception ou des vices d'exécution sont imputables et, dans l'affirmative, rechercher à qui peut être attribuée telle ou telle faute de conception ou de réalisation de ces travaux.
Néanmoins, ces travaux sont tout à fait nécessaires et doivent ramener des conditions de sécurité satisfaisantes pour les visiteurs du parc de Belleville.
M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Je vous remercie.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération PJEV 58.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, M. REVEAU s'étant abstenu. (1998, PJEV 58).