Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

51 - 1998, DFAECG 122 - Subvention à l'association " Les amis de Saint-Roch " (1er) pour la fête de la Sainte-Fleur. - Montant : 40.000 F

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1998


M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DFAECG 122 qui concerne une subvention à l'association " les amis de Saint-Roch " dans le 1er arrondissement pour la fête de la Sainte-Fleur.
La parole est à M. LE GARREC.
M. Alain LE GARREC. - Merci Monsieur le Maire.
Vous nous demandez d'accorder une subvention de 40.000 F à l'association " Les amis de Saint-Roch " pour l'organisation de la fête de la Sainte-Fleur dans le 1er arrondissement.
Je m'étonne que la Ville de Paris subventionne une association confessionnelle dont je vous lis l'objet : " L'association a pour but de faire rayonner la culture, de favoriser l'expansion sociale et le développement artistique de la paroisse Saint-Roch et des endroits qui s'y rattachent tant dans le domaine de la pensée, que de l'activité et de faciliter par tous les moyens la mise en état des édifices et de leurs dépendances ainsi que leur amélioration et leur aménagement en vue de leur permettre de remplir au mieux la mission à laquelle ils sont destinés ". C'est clair, sans ambiguïté et parfaitement recevable dans notre Etat laïque.
Je ferai remarquer que l'Etat et la Ville remplissent parfaitement leur mission en assumant les travaux pour plusieurs millions de francs, tant dans l'édifice cultuel qu'est l'église Saint-Roch, les bâtiments diocésains qui lui sont rattachés, ainsi que l'école privée sous contrat, dont la fête annuelle très prisée attire l'ensemble des élus de cette circonscription. Les fêtes des écoles publiques de l'arrondissement sont beaucoup plus discrètes et les mêmes élus de la République ne s'y bousculent pas.
Il est donc normal que cette subvention " aux amis de Saint-Roch " vienne par l'intermédiaire de l'adjoint chargé du Commerce et de l'Artisanat, puisque cette association ne dédaigne pas l'appellation commerciale.
On nous dit " il faut aider à l'animation commerciale des quartiers " soit, j'y souscris, mais je remarque que sur son budget de 65.000 F les ressources sont de 3.500 F ce n'est plus de l'aide, c'est la prise en charge par les contribuables parisiens, d'une fête cultuelle de quartier, aux allures vieillottes, mais chics. Penser donc, des jeunes en fleur et des voitures décapotables, le tout se terminant autour d'un verre ...
(Protestations sur les bancs des groupes " Rassemblement pour Paris " et " Paris-Libertés ").
... écoutez, est-ce qu'on peut s'exprimer ! C'est du mauvais esprit, ce n'est pas moi qui demande 40.000 F !
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Chers collègues, s'il vous plaît ! Seul M. LE GARREC a la parole.
M. Alain LE GARREC. - Est-ce que je peux continuer ?
... Le tout se terminant par un verre offert par la mairie du 1er arrondissement, pour une somme que nous ignorons, et qui est déjà, vous me permettrez mon interprétation, une subvention dont nous n'avons pas la trace, si ce n'est les cartons d'invitation dûment barrés des deux couleurs de la Ville.
L'association des amis de Saint-Roch se contente de distribuer chez des commerçants des prospectus indiquant qu'ils ont en plus du soutien du Maire de Nice, et du Maire de Paris, celui du Ministère de la Culture, même si personne au Ministère n'a souvenir d'une demande et donc d'une réponse. Le fait d'avoir l'autorisation d'utiliser pendant un temps donné les jardins du Palais Royal n'implique pas automatiquement, à ma connaissance, un soutien du Ministre qui occupe une partie de ces lieux. Je suppose que l'année prochaine le prospectus indiquera qu'ils ont le soutien du Conseil d'Etat et de la Comédie française. Fête des Fleurs, participation de la Chambre Syndicale des Fleuristes d'Ile-de-France (c'est dans le prospectus) je suis donc allé voir le marchand de fleurs dont le petit magasin s'appuie sur des bâtiments de Saint-Roch, elle m'a dit " la cotisation cela coûte très cher, et seuls ceux qui payent la cotisation aux amis de Saint-Roch ont droit de participer à cette manifestation ". Bel esprit de quartier ! De plus, jamais Saint-Roch n'a commandé de fleurs dans son magasin.
Vous voterez sûrement cette subvention qui permet d'exhiber quelques jeunes filles en fleurs au Palais Royal, après messe de consécration.
Quant à nous, nous nous abstiendrons, car nous sommes tolérants mais je voudrais vous rappeler que nous vivons en 1998 et non en 1898 !
Je vous remercie.
(Applaudissements sur les bancs du groupe socialiste).
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - La parole est à Vincent REINA pour répondre à l'orateur.
M. Vincent REINA, adjoint, au lieu et place de M. Jean-Pierre PIERRE-BLOCH, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Je répondrai donc es qualité à la place de mon collègue Jean-Pierre PIERRE-BLOCH.
Cher Monsieur LE GARREC, vous mériteriez que je ne vous réponde point, parce que je n'arrive pas à trouver dans vos propos de la tolérance. Qu'il me soit permis de vous dire tout simplement que les commerçants ont souhaité cette manifestation. C'est vrai que nous avons en face de nous une association cultuelle mais avant tout ce n'est qu'une subvention dans le cadre d'animation commerciale, c'est là le projet de délibération qui vous est proposé aujourd'hui. C'est pourquoi je vous rassure, Monsieur LE GARREC, nous allons voter ce projet de délibération.
(Applaudissements sur les bancs des groupes " Rassemblement pour Paris " et " Paris Libertés ").
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Je mets aux voix, main levée, le projet de délibération DFAECG 122.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, les groupes socialiste et apparentés et communiste s'étant abstenus, Mmes SCHERER, SILHOUETTE, BILLARD et M. BLET ayant voté contre. (1998, DFAECG 122).