Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

21 - VII - Question d'actualité posée par Mmes Cécile SILHOUETTE et Sylvie SCHERER, élues de " Ensemble pour une gauche alternative et écologiste " (E.G.A.L.E.) à M. le Maire de Paris sur le centre " Notre Maison "

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1998


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons à la question d'actualité posée par Mmes Cécile SILHOUETTE et Sylvie SCHERER au sujet du centre " Notre Maison ".
Madame SILHOUETTE, je vous donne la parole.
Mme Cécile SILHOUETTE. - Je vous remercie, Monsieur le Maire.
Jusqu'au 30 juin dernier, des bâtiments situés au 32, rue Olivier-Noyer dans le 14e arrondissement abritaient le centre social " Notre Maison ". Des activités sociales telles que soutien scolaire, alphabétisation, aide aux familles, centre aéré s'y déroulaient depuis 25 ans.
Ce centre était un élément indispensable à la cohésion du quartier Plaisance dont on connaît les difficultés sociales. Mais un organisme contrôlé par la C.N.A.M. (Caisse nationale d'assurance maladie) et le Ministère de la Santé, l'Institut national de la recherche scientifique, a décidé de racheter ces locaux pour agrandir ses bureaux. Une surface de 1.500 mètres carrés consacrés à l'action sociale risque donc de disparaître très rapidement.
Face à cette situation, les différentes autorités auraient pu réagir et prendre en main ce dossier. Elles n'ont malheureusement rien fait. Que ce soit le Maire du 14e, le Maire de Paris, ou le Ministre de la Santé, tous semblent se désintéresser de cette question.
Aucune solution de relogement n'a donc été proposée pour l'instant. Les associations nous ont expliqué que leurs lettres sont restées pour la plupart sans réponse.
Je m'adresse à M. le Maire, mais aussi au groupe de la majorité plurielle : comptez-vous donc intervenir pour reloger des associations dont l'utilité est reconnue par tous ?
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je répondrai à Mme SILHOUETTE qu'il n'est pas exact d'affirmer que le Maire de Paris et le Maire du 14e se sont désintéressés du relogement du centre social " Notre Maison " parce que, ainsi que cela a déjà été dit lors de notre précédente séance du Conseil de Paris, l'ensemble des sociétés d'aménagement de la Ville de Paris et de l'O.P.A.C. a été sollicité dès le mois d'avril 1998 pour une recherche de locaux adaptés.
Jusqu'à présent, aucun projet de centre social n'a pu aboutir puisque c'est la Caisse d'allocations familiales qui, seule, peut agréer un opérateur en tant que centre social.
Confrontée aux besoins du 14e arrondissement, la Ville de Paris envisage donc de prendre l'initiative de demander à la C.A.F. de faire émerger un équipement de centre social dans cet arrondissement, et nous attendons les propositions de cet organisme.
Mes chers collègues, nous en avons terminé avec l'examen des questions d'actualité.