Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

122 - QOC 98-437 Question de M. Jacques BRAVO et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police concernant les écoles maternelle et primaire situés 9, rue Blanche (9e)

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1998


Libellé de la question :
" Les parents d'élèves des écoles primaire et maternelle situées 9, rue Blanche (9e) ont vivement appelé l'attention, depuis plusieurs années, sur des problèmes de sécurité liés à l'entrée et à la sortie de leur école. Chaque établissement n'utilise que la sortie principale sur la rue Blanche, donnant sur un trottoir étroit, en bordure d'une rue dont la circulation des voitures et des autobus est particulièrement dense et rapide. Une autre issue existe sur la rue de la Trinité, beaucoup plus calme, mais elle est fermée depuis 1992.
La sortie rue Blanche pose un problème de sécurité important : l'étroitesse du trottoir compromet la sécurité de la sortie des élèves, compte tenu du nombre d'enfants de maternelle et de primaire qui l'empruntent. A chaque sortie d'école, environ 400 personnes (parents et enfants, le cas échéant avec des poussettes) s'entassent pendant une vingtaine de minutes sur un trottoir dont la largeur n'excède pas 2,40 mètres. Le comble est que cette exiguïté conduit certains parents à attendre leurs enfants de l'autre côté de la rue. De plus, les barrières protégeant ce trottoir peuvent aisément être franchies par les enfants.
Dans ce contexte, il est d'autant plus surprenant que la seconde sortie, sur la rue de la Trinité, reste fermée depuis plusieurs années. Interrogés par les parents, la Mairie du 9e arrondissement et les services compétents leur opposent depuis 4 ans une fin de non-recevoir.
Par ailleurs, alors que de coûteux travaux d'aménagement ont été effectués récemment, sans être jugés prioritaires par les parents d'élèves, le préau de l'école, passablement dégradé, n'a toujours pas été rénové.
Les parents d'élèves demandent à nouveau instamment que la sortie de l'école primaire s'effectue par la rue de la Trinité, une fois remis aux normes l'escalier y conduisant, la sortie des enfants de maternelle demeurant rue Blanche.
M. Jacques BRAVO et les membres du groupe socialiste et apparentés demandent à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police les mesures qu'ils comptent prendre afin de faciliter la sortie de l'école et d'améliorer la sécurité des enfants rue Blanche. Cette question appelle une solution rapide au regard des difficultés et des risques que ne cessent de dénoncer les parents d'élèves concernés. "
Réponse (M. Jean de GAULLE, adjoint) :
" Les entrées et les sorties des élèves des écoles primaire et maternelle 9, rue Blanche (9e) ont lieu par la rue Blanche. La sortie, rue de la Trinité est utilisée comme sortie de secours.
En effet, la largeur du trottoir devant l'entrée principale 9, rue Blanche est d'environ 3 mètres : elle ne paraît pas pouvoir être augmentée. Côté rue de la Trinité, le trottoir est de 2,40 mètres, bordé d'une file de stationnement neutralisée côté pair par des barrières de police, dans le cadre du plan vigipirate.
Pour inverser cette situation, deux types de mesures sont nécessaires :
- l'élargissement du trottoir rue de la Trinité à 4 mètres, en intégrant la largeur de la file de stationnement actuellement neutralisée.
- la réalisation de travaux lourds d'aménagement, dont la couverture de l'escalier, permettant d'accéder de la cour à la rue et la construction d'une rampe d'accès pour handicapés.
Ces travaux ne peuvent être effectués sans l'accord des Architectes des Bâtiments de France et des Monuments Historiques, l'école étant implantée dans le périmètre de protection de l'église de la Trinité.
Ces études sont d'ores et déjà en cours et leur résultat fera l'objet d'une large concertation.
A la demande du Maire de l'arrondissement, un personnel supplémentaire a été mis en place pour faciliter les mouvements des élèves. "
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
" Mes services ont pris en compte les problèmes de sécurité qui se posent aux abords de l'école de la rue Blanche en y interdisant l'arrêt et le stationnement des véhicules dans le cadre du plan " Vigipirate ".
De plus, ce point d'école étant classé en 5e position sur la liste du 9e arrondissement, un fonctionnaire de police est présent, à ce titre, aux heures d'entrée et de sortie des élèves.
Afin d'améliorer la sécurité du cheminement des enfants aux abords de cet établissement scolaire, il semble opportun d'envisager l'implantation, rue Blanche, de panneaux lumineux " endroit fréquenté par des enfants ".
Aussi, ai-je demandé à la Direction de la Voirie et des déplacements de la Mairie de Paris d'étudier la mise en place de ces aménagements.
Par ailleurs, l'ouverture d'une seconde issue située rue de la Trinité semblerait effectivement de nature à améliorer les conditions de sortie des élèves de cette école.
Il s'agirait toutefois de procéder à un examen technique approfondi de la faisabilité de cette proposition au regard, notamment, des règles relatives à la sécurité incendie.
Mes services seraient naturellement tout disposés à examiner le dossier qui leur serait soumis par le gestionnaire de l'établissement. "