Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

93 - QOC 98-453 Question de M. Adrien BEDOSSA et des membres du groupe " Union pour la démocratie à Paris " à M. le Maire de Paris relative à la qualité des soins dans les hôpitaux de l'A.P. - H.P

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1998


Libellé de la question :
" M. Adrien BEDOSSA et les membres du groupe " Union pour la Démocratie à Paris " s'émeuvent de nombreux témoignages de patrons de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris qui estiment ne plus pouvoir continuer à se taire devant " la diminution continue de la qualité des soins dans les hôpitaux ".
En effet, il est inquiétant de constater le manque de personnel médical, du fait de la diminution régulière du nombre de vacations, ce qui conduit à réduire certaines consultations de spécialités que seul peut assurer l'hôpital, notamment pour les plus démunis. Cela pose des problèmes considérables de sécurité et également une augmentation des infections nosocomiales. Et le reste est à l'avenant...
M. Adrien BEDOSSA et les membres du groupe " Union pour la Démocratie à Paris " craignent ainsi un rationnement de soins, dérive qui ne dit pas son mot et qui aboutit en fait à l'instauration d'un système à l'anglaise !
M. Adrien BEDOSSA et les membres du groupe " Union pour la Démocratie à Paris " demandent donc à M. le Maire de Paris, Président de l'A.P.-H.P., comment il compte procéder pour s'opposer à cette transformation rampante du système de soins du plus grand et plus beau réseau de soins d'Europe. "
Réponse (Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint) :
" M. BEDOSSA se préoccupe de la diminution de la qualité des soins que connaîtrait l'A.P.-H.P. du fait du manque de personnel médical, résultat de la diminution régulière du nombre de vacations médicales.
A l'A.P.-H.P., au cours de ces dernières années, le budget consacré au recrutement et à la rémunération du personnel médical, qu'il s'agisse de personnel titulaire hospitalo-universitaire, vacataire, ou encore des personnels de garde n'a connu aucune réduction budgétaire.
Globalement, il n'y a en effet aucune diminution des moyens budgétaires médicaux affectés à l'A.P.-H.P.
Si l'on a pu observer une très relative diminution des vacations médicales pour l'année 1997, cette baisse a été compensée par la création de postes de praticiens hospitaliers et de praticiens adjoints contractuels.
Cette politique vise, dans la perspective d'une recherche de la qualité optimale des soins, à titulariser sur des postes à temps plein les médecins qui ont fait le choix de consacrer la totalité de leur activité à l'hôpital.
S'agissant de la lutte contre les infections nosocomiales, de la sécurité des soins, et de la prise en charge des plus démunis,l'A.P.-H.P. a engagé des politiques spécifiques qui ne réduisent pas à la mise en place des seules vacations médicales, mais mobilisent des moyens associant au sein d'organisations spécifiques l'ensemble des acteurs de la communauté hospitalière. "