Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

43 - 1998, DAC 197 - Crypte archéologique du parvis de Notre-Dame (4e). - Approbation du principe de la délégation de service public pour la gestion de la crypte

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1998


M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DAC 197 relatif à la crypte archéologique du parvis de Notre-Dame.
Je donne la parole à Mme BERTINOTTI.
Mme Dominique BERTINOTTI. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, nous avons déposé un amendement sur ce projet de délibération pour les raisons suivantes.
En effet, lors de son examen lors du dernier conseil d'arrondissement, le 9 novembre, nous avions demandé un report du vote sur ce texte en raison de l'ambiguïté qui résidait dans sa rédaction, laissant entendre que seule une société privée pourrait se voir concéder la gestion de la crypte du parvis de Notre-Dame.
Je cite en effet le cinquième paragraphe de l'exposé des motifs qui indique qu'" une entreprise privée sera plus à même de créer une dynamique susceptible d'une meilleure exploitation de ce site. ". Nous nous sommes alors étonnés de cette phrase, de fait excluant tout organisme public ou parapublic de l'appel d'offres pour la nouvelle concession d'exploitation de ce site, et notamment la Caisse nationale des Monuments historiques et des Sites, qui est l'actuel concessionnaire. Cette formulation faussait donc l'appel d'offres qui doit être fait pour le renouvellement de la concession. Contactée à ce sujet, la Direction des Affaires culturelles de la Ville de Paris a reconnu qu'il existait-là une ambiguïté. C'est pourquoi nous vous proposons de revenir sur la rédaction du projet de délibération DAC 197. Cela explique la rédaction de notre amendement.
M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Je vous remercie.
La parole est à M. MALBERG.
M. Henri MALBERG. - Je trouve fâcheux que le Maire de Paris envisage une gestion de caractère privé de la crypte du parvis de Notre-Dame. C'est comme si l'on privatisait un musée !
Je trouve que la crypte archéologique est un lieu fabuleux, rare à Paris, magique. Plusieurs ici l'ont visitée. Quand l'on descend à quelques mètres sous le parvis et que l'on foule le même sol que les romains ou que les premiers occupants de la Capitale, quand l'on découvre que le parvis, en fait, n'existait pas, que les maisons et les églises venaient contre Notre-Dame. Certes, ce lieu est peu connu ! Mais je ne vois pas pourquoi les gestionnaires actuels ne peuvent pas utiliser des panneaux lumineux, pourquoi n'organisent-ils pas une visite à la presse ? C'est vraiment un endroit peu cher et passionnant. L'on descend les siècles en descendant de 5 mètres ! Pourquoi confier sa gestion à un gestionnaire privé ? Qu'est-ce que cette décision amènera de plus ?
Je trouve que ce n'est pas une bonne action, qu'il y a autre chose et mieux à faire.
Je serais, Monsieur le Maire, responsable des Affaires culturelles, je prendrais en main cette affaire et je crois qu'il ne faudrait pas grand chose, un peu plus de connaissances pour que cette crypte soit un lieu de visite de plus nombreux touristes, de jeunes, de Parisiens qui aiment leur ville.
Nous voterons pour l'amendement de Mme BERTINOTTI, mais même s'il était adopté, nous voterons contre le projet parce que nous croyons que la piste n'est pas bonne. Ce n'est pas le moindre mal, en l'occurrence, qu'il faudrait, mais un réel effort dans le cadre actuel.
M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Je vous remercie.
La parole est à Mme MACÉ de LÉPINAY.
Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Je suis très sensible aux propos de M. MALBERG sur la beauté et l'intérêt de la crypte archéologique de Notre-Dame. C'est en effet un lieu tout à fait passionnant, tout à fait magique. Malheureusement, M. MALBERG l'a fait remarquer, il n'est pas assez connu et je peux ajouter qu'il n'est pas assez mis en valeur. Les gestionnaires actuels n'ont peut-être pas mis en oeuvre tous les moyens nécessaires pour que la crypte soit bien connue et, surtout, pour rendre sa présentation attrayante.
D'où le projet de délibération qui nous est soumis aujourd'hui et là, je dois avouer que j'accepte très volontiers le projet d'amendement de Mme BERTINOTTI. Nous avons utilisé des termes un peu restrictifs dans la rédaction de ce projet de délibération. Je suis pour l'amendement de Mme BERTINOTTI. Je vous demande, mes chers collègues, de l'approuver et d'approuver ensuite le projet de délibération ainsi rectifié.
Merci beaucoup.
M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition d'amendement déposée par Mme BERTINOTTI.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition d'amendement est adoptée à la majorité, le groupe du Mouvement des citoyens s'étant abstenu, les groupes des Indépendants, " Union pour la Démocratie à Paris " et M. REVEAU ayant voté contre.
Je mets maintenant aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 197 ainsi amendé.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, le groupe communiste ayant voté contre, le groupe du Mouvement des citoyens et M. REVEAU s'étant abstenus. (1998, DAC 197).
Je vous remercie chers collègues.