Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

87 - QOC 98-399 Question de MM. Yves OGÉ et Adrien BEDOSSA à M. le Maire de Paris à propos de la situation dangereuse de la piste cyclable du boulevard Saint-Jacques (14e)

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1998


Libellé de la question :
" MM. Yves OGÉ, Adrien BEDOSSA et les membres du groupe " Union pour la Démocratie à Paris " souhaitent appeler l'attention de M. le Maire de Paris sur la situation dangereuse présentée par la piste cyclable située boulevard Saint-Jacques (14e), face aux sorties de parkings situées 12 à 28 de ce boulevard, cette piste étant disposée entre le trottoir et les véhicules en stationnement.
Ils demandent quelles solutions peuvent être envisagées afin d'améliorer la visibilité ou accentuer la vigilance des automobilistes ou des cyclistes pour les entrées ou sorties de ces parkings. "
Réponse (M. Bernard PLASAIT, adjoint) :
" Entre les numéros 12 et 28 du boulevard Saint-Jacques, comme d'ailleurs sur la majeure partie de l'itinéraire entre les places d'Italie et Denfert Rochereau, la piste cyclable a été créée sur chaussée avec reconstitution du stationnement par l'aménagement d'un séparateur de 70 centimètres de largeur.
Ce type d'aménagement n'est pas exceptionnel puisqu'il concerne bon nombre de voies où est implanté le réseau cyclable. C'est le cas par exemple boulevard Blanqui, boulevard Saint-Jacques, avenue Daumesnil et sur les quais de Jemmapes et de Valmy.
L'application normale de la réglementation en vigueur doit permettre d'assurer la sécurité des usagers de ces pistes.
En effet, les automobilistes sortant des parkings et débouchant sur rue doivent réglementairement respecter la priorité des autres usagers de la voie publique, qu'ils soient piétons, cyclistes ou automobilistes. Cette disposition élémentaire de sécurité n'a pas été modifiée par la mise en place de la piste cyclable.
Pour les usagers accédant à leur parking, le positionnement du stationnement a été matérialisé, en retrait par rapport à l'interruption du séparateur, par un marquage au sol visible. Cette disposition permet à l'automobiliste accédant à son immeuble d'une part d'être clairement averti de l'existence de la piste, d'autre part d'avoir une bonne vision des cyclistes arrivant sur sa droite. Là encore, l'automobiliste ne peut engager sa manoeuvre qu'après s'être assuré de l'absence de cycliste. "