Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

124 - QOC 98-439 Question de M. Pierre SCHAPIRA et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Préfet de police concernant les verbalisations dressées en soirée et le week-end dans le 2e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1998


Libellé de la question :
" En dehors de la zone piétonne " Saint-Denis-Montorgueil ", de nombreux problèmes de stationnement se posent aux habitants du 2e arrondissement.
En effet, en raison des tarifs prohibitifs des parkings, de nombreux riverains se garent à des endroits où ils ne gênent ni la circulation, ni les piétons, ni bien entendu les services de sécurité ou les accès aux immeubles.
C'est pourquoi M. Pierre SCHAPIRA et les membres du groupe socialiste et apparentés demandent à M. le Préfet de police que, la nuit et les week-end, ses services fassent preuve de tolérance à l'égard des véhicules qui n'occasionnent aucune gêne. "
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
" L'action sur l'offre de stationnement constitue un outil essentiel de toute politique des déplacements.
A cet égard, je puis vous indiquer que les nuisances générées par les infractions aux règles du stationnement en soirée me sont régulièrement signalées par de nombreux Parisiens.
Par ailleurs, l'expérience démontre que les interdictions ou tolérances limitées dans le temps sont toujours très difficiles à faire respecter et contribuent à accroître les difficultés de stationnement et de circulation. "