Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

116 - QOC 98-431 Question de Mmes Olga TROSTIANSKY, Michèle BLUMENTHAL et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris relative à la scolarisation des enfants de 2 à 3 ans à Paris

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 1998


Libellé de la question :
" Par un courrier du 6 août 1998, M. le Maire de Paris a informé les Maires d'arrondissement de sa volonté d'accélérer la scolarisation des enfants âgés de 2 ans dans les écoles maternelles de la Capitale.
Mmes Olga TROSTIANSKY, Michèle BLUMENTHAL et les membres du groupe socialiste et apparentés ne peuvent qu'approuver cette initiative qui peut permettre à la Ville de Paris de combler le retard pris depuis plusieurs années en matière de scolarisation des " tout-petits ".
Son application concrète rend néanmoins nécessaire la restructuration de certains locaux et l'adaptation des équipements sanitaires dans les établissements concernés par l'accueil de ces très jeunes enfants. Elle suppose, par ailleurs, de mettre à disposition des écoles maternelles l'encadrement et le matériel pédagogique adaptés aux besoins spécifiques d'un enfant âgé de 2 ans.
Or, il semble aujourd'hui, 3 mois après la rentrée des classes, qu'aucune mesure de ce type n'ait été adoptée par le Conseil de Paris permettant une augmentation réelle des capacités d'accueil de ces jeunes enfants dans les écoles maternelles parisiennes.
Cette intention restera-t-elle un simple effet d'annonce ?
Mmes Olga TROSTIANSKY, Michèle BLUMENTHAL et les membres du groupe socialiste et apparentés demandent à M. le Maire de Paris de présenter les moyens mis à disposition des écoles maternelles afin d'améliorer sensiblement les conditions d'accès à l'école pour les enfants de 2 à 3 ans dans tous les arrondissements parisiens. "
Réponse (M. Jean de GAULLE, adjoint) :
" La scolarisation des enfants de moins de 3 ans progresse pour la troisième année consécutive. A la rentrée 1998, près de 2.000 enfants sont scolarisés, soit une augmentation de 450 élèves supplémentaires par rapport à la rentrée 1997. 31 % des élèves de cet âge sont scolarisés dans les Z.E.P, soit une progression de 7 points par rapport à l'année dernière.
Ce résultat répond à la volonté du Maire de Paris de faciliter la scolarisation des plus jeunes enfants, notamment dans les Z.E.P., déjà indiquée dans la communication sur l'accueil scolaire présentée au Conseil de Paris en septembre dernier.
Ainsi, une action destinée à améliorer les transitions entre la crèche et l'école et à mieux répondre aux attentes des familles a été menée, à la demande du Maire, dans plusieurs arrondissements. Elle vise à faciliter l'accès en maternelle des enfants devant atteindre leur 3e année avant le mois de mars de l'année scolaire en cours, dans le cas où des places sont disponibles en maternelle.
Le bilan de cette action sera fait en fin d'année. Cependant, une première approche montre que, parmi les enfants concernés, moins de la moitié des familles a souhaité scolariser son enfant dès la rentrée.
En ce qui concerne les moyens mis à disposition par la Ville, il est précisé que l'ensemble des écoles maternelles disposent des équipements sanitaires adaptés aux plus jeunes enfants.
S'agissant des moyens en personnel, il est rappelé, en premier lieu, que la Mairie de Paris accompagne chaque mesure de création de classe décidée par l'Académie de Paris d'une dotation supplémentaire en personnel de service pour les établissements concernés.
En outre, il a été demandé à la Direction des Affaires scolaires de mener une étude approfondie aux plans techniques et budgétaires, concernant notamment le renfort éventuel des effectifs affectés dans les écoles accueillant le plus grand nombre d'enfants de 2 ans, dans le prolongement de l'expérience en cours au sein de l'école maternelle Maryse Hilsz (Paris 20e). Cette école où une classe d'enfants de 2 ans a été ouverte, a bénéficié d'une dotation supplémentaire de personnel ASEM afin de permettre la présence d'un agent à temps plein auprès des jeunes enfants. "