Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

149 - QOC 2002-796 Question de M. Christophe LEKIEFFRE à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police sur la multiplication des manifestations sur la voie publique

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2002


Libellé de la question :
"M. Christophe LEKIEFFRE interroge M. le Maire de Paris sur la multiplication des manifestations sur la voie publique.
Le 13 octobre dernier, Paris a connu de nombreux embouteillages en raison de l'opération "Paris respire" (fermeture des berges), les "20 kilomètres de Paris" et indépendamment le Salon de l'automobile. La semaine précédente, c'était "Paris-Versailles".
Ne serait-il pas possible de revoir ce calendrier afin d'espacer ces manifestations et, si besoin, en supprimer. Au dire de certains spécialistes, la multiplicité de telles courses n'étant pas forcément souhaitable."
Réponse de M. le Maire de Paris non parvenue.
Réponse
(M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"L'espace public parisien est en effet revendiqué par les organisateurs de multiples manifestations de tous ordres.
En ce qui concerne les manifestations sportives d'envergure telles que le marathon de Paris, le semi-marathon, ou plus particulièrement "les 20 kilomètres de Paris" et "Paris-versailles" auxquels vous faites référence, leurs dates sont fixées selon un calendrier précis établi au niveau départemental par la Commission des courses hors stade du Comité d'athlétisme de Paris. Ce dernier est placé sous l'égide de la Fédération française d'athlétisme. Il appartient à cette fédération sportive d'examiner cette question, le Préfet de police ne peut modifier unilatéralement ces dates.
Dans tous les cas, aucune autorisation n'est délivrée sans l'avis favorable de la Mairie de Paris.
Les opérations municipales "Paris respire" avec fermeture des voies sur berges s'inscrivent dans le cadre des objectifs fixés par le Plan de déplacements urbains de la Région d'Ile-de-France, qui visent à partager l'utilisation de la voie publique entre les différents usagers.
S'agissant de la tenue de grands salons, comme celui de l'automobile mentionné dans votre question, des mesures temporaires de circulation et de stationnement, adaptées à la durée et à l'importance prévisible de l'affluence des visiteurs, sont mises en ?uvre dans les rues environnantes afin de réduire le plus possible les nuisances qu'elle peut générer.
Soyez assuré que la Préfecture de police continuera de veiller à maintenir un juste équilibre de l'occupation de la voie publique par ses différents usagers."