Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

152 - QOC 2002-799 Question de Mme Edwige ANTIER à M. le Maire de Paris relative au manque de médecins à l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2002


Libellé de la question :
"Etant donné la pénurie vitale en pédiatres à l'A.P.-H.P. et ses conséquences :
- certains jours, actuellement les maternités de Beaujon et de Lariboisière n'ont pas de pédiatre sur place la nuit, imposant l'appel du S.M.U.R. pédiatrique pour réanimer les bébés ;
- le manque de personnel médical et paramédical entraîne la fermeture d'un lit sur quatre dans les unités de réanimation de soins intensifs et de néonatologie, ce qui conduit à laisser en réanimation des bébés qui pourraient être seulement en soins intensifs, encombrant ainsi les secteurs de ventilation assistée, obligeant le SAMU à faire de longs trajets avec les nouveaux-nés en détresse respiratoire ;
- six lits de soins intensifs sont fermés à Necker car la seule pédiatre, responsable du service, est en congé de maternité, non remplacée ;
Dans ces conditions gravissimes et qui ne peuvent que s'aggraver si l'on ne prend pas de mesures urgentes, pourquoi l'A.P.-H.P. ne transforme pas les postes de praticiens hospitaliers contractuels en postes de praticiens hospitaliers, de façon à fidéliser et assurer un avenir décent aux médecins qui se dévouent ainsi à flux tendu ?
Mme Edwige ANTIER demande que ces mesures soient prises de toute urgence."
Réponse (M. Alain LHOSTIS, adjoint) :
"La Direction de la Politique médicale de l'A.P.-H.P. a engagé depuis 2001 des réunions périodiques avec les chefs de service de néonatologie et réanimation médicale, afin d'établir un bilan de la situation et d'engager un plan d'action pluriannuel pour renforcer les effectifs de ces services.
L'A.P.-H.P. a présenté aux Autorités de tutelle en DM2 2001 et au budget primitif 2002 une demande de moyens au titre de la médecine périnatale mais n'a pas obtenu de crédits. Néanmoins, en 2002, deux postes de praticien hospitalier temps plein (l'un à l'hôpital Jean-Verdier et l'autre à l'hôpital Rothschild) ont pu être créés et 100 vacations ont permis de renforcer les autres sites et la création de postes de praticiens contractuels.
Une réunion récente a permis d'actualiser la situation de chaque service et d'établir une liste des besoins jugés prioritaires au titre de l'année 2003, soit 205 équivalents vacations, pour financer majoritairement des postes de praticien hospitalier et de praticien contractuel.
Par ailleurs, certaines équipes médicales en particulier dans les maternités de type I, numériquement réduites à un praticien hospitalier ou un contractuel auquel sont adjoints quelques attachés rencontrent de grandes difficultés pour recruter des médecins du fait de la faible attractivité des postes.
Bien entendu, nous mobiliserons tout notre énergie pour doter nos services des emplois médicaux nécessaires mais cela ne sera possible que si les moyens budgétaires correspondants nous sont attribués.
C'est ainsi que j'ai souhaité que l'A.P.-H.P. ne soit plus victime de la péréquation budgétaire inter et intra régionale et je l'ai fait savoir aux tutelles.
A ce jour, concernant le budget 2003, je n'ai aucune indication sur son niveau mais permettez-moi, Madame, d'être inquiet."