Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2021
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2021 DEVE 68 - Subvention (20.500 euros) à l’association Veni Verdi et convention pluriannuelle d’objectifs.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2021


 

M. Nicolas NORDMAN, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DEVE 68 : subvention à l'association "Veni Verdi" et convention pluriannuelle d'objectifs. Je donne la parole à M. Eric PLIEZ, puis à Mme Audrey PULVAR.

M. Eric PLIEZ, maire du 20e arrondissement. - La Ville est pionnière en matière de soutien des projets d'agriculture de proximité et de création de nouvelles réciprocités entre la ville et la campagne. En mai 2018, le Conseil de Paris a approuvé le lancement de la stratégie de Paris pour une alimentation durable. Il s'agit de travailler au développement d'un système alimentaire durable, inclusif, résilient, sûr et diversifié pour fournir des aliments sains et abordables pour toutes et tous dans le respect des droits fondamentaux, réduire au maximum le gaspillage, préserver l'environnement et la biodiversité, atténuer les effets du changement climatique tout en s'y adaptant.

C'est l'objectif de la création d'AgriParis, qui sera lancée à mi-mandat pour permettre une alimentation 100 % durable, dont 50 % des produits seront locaux.

Afin de faciliter et fluidifier les liaisons entre la ville et la campagne, il est important de soutenir les initiatives et les acteurs qui cherchent à mobiliser les Parisiennes et Parisiens aux enjeux agricoles et alimentaires et de les accompagner comme l'association "Veni Verdi" créée en 2010 soutenue par la Ville depuis 2014, qui a pour but de favoriser la réalisation de jardins en milieu urbain et de mettre en ?uvre des activités orientées vers le développement durable, l'agriculture urbaine et le social grâce à des ateliers ou des formations notamment dans les quartiers populaires.

Depuis le mandat précédent, la Ville de Paris, grâce à son action volontariste, a permis aux surfaces dédiées aux projets d'agriculture urbaine de tripler pour atteindre plus de 30 hectares, notamment grâce aux appels à projets Parisculteurs. Je sais, chère Audrey PULVAR, que tu continues ce développement comme le montre la 4e édition des Parisculteurs que tu as lancée il y a quelques mois et qui propose plus de 20 hectares supplémentaires à cultiver dans toute l'Ile-de-France.

Avec Lamia EL AARAJE, notre collègue et nouvelle députée dans le 20e arrondissement, nous avions visité en mai dernier l'extension du square de la Salamandre, qui est un très beau programme à dimension écologique et sociale, puisque le square a été rénové et les façades végétalisées, et un projet d'agriculture sur les toits initié par l'association.

Aujourd'hui, il s'agit de signer une convention pluriannuelle en faveur de l'agriculture urbaine en soutenant 3 projets de l'association "Veni Verdi", qui déploie son action notamment dans mon arrondissement auprès de quartiers populaires en plein c?ur du 20e arrondissement.

Il est temps en effet de parler d'agriculture urbaine au collège, notamment au collège Pierre Mendes France où il s'agit d'accompagner la création d'une microferme sur 4.500 mètres carrés pour produire et distribuer une production locale. L'idée est de faire jardiner le monde entier, de faire de chaque enfant un passionné de la planète selon Juliette, animatrice potagers pour les enfants de Paris.

En 2021, un autre collège s'initie à l'agriculture urbaine dans le 20e grâce à un deuxième projet d'agriculture urbaine qui se développe sur le toit du collège Flora Tristan. Il s'agit d'un projet de ferme urbaine lancé en 2018 qui a permis de monter un projet d'agriculture urbaine hors sol avec des techniques telles l'aquaponie, l'hydroponie, la culture en bac ou l'aéroponie. Il y a un troisième axe "Tous au potager", ce sont des journées portes ouvertes, des clubs jardins, et un atelier relais qui consiste à mettre en place des ateliers de jardinage pour les élèves décrocheurs de collèges de l'Est parisien. Je vous demande donc de soutenir le travail exemplaire de "Veni Verdi" en votant favorablement ce projet de délibération et la somme de 20.500 euros.

M. Nicolas NORDMAN, adjoint, président. - Merci, Monsieur PLIEZ. Je donne la parole à Mme Audrey PULVAR pour vous répondre.

Mme Audrey PULVAR, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Merci, Monsieur le Maire, cher Eric, de me permettre de mettre en lumière le travail de "Veni Verdi", une association pionnière de l'agriculture urbaine dans notre ville.

Avec quelques mois de retard, cette association a fêté ses 10 ans samedi dernier dans ton arrondissement. Elle est la doyenne de l'agriculture urbaine associative, professionnelle et productive à Paris. C'est une aventure qui est née avec le développement des jardins scolaires dans 3 écoles du 20e, les écoles 11 Lesseps, Vitruve et Schubert.

"Veni Verdi" a installé deux projets d'agriculture urbaine sur les toits du collège Matisse et en pleine terre dans les cours et espaces verts du collège Pierre Mendès France dans le 20e.

Je vous invite, chers collègues qui êtes ici, à visiter ces installations au cours de l'année, car elles sont particulièrement emblématiques et enthousiasmantes de ce que peut être l'agriculture urbaine insérée dans le milieu scolaire.

Aujourd'hui, cette association est présente dans de nombreux arrondissements parisiens, à Paris Centre, dans les 12e, 15e, 18e, 19e et donc dans le 20e, mais aussi à Montrouge, Bondy ou Clichy-sous-Bois. Elle a créé une dizaine d?emplois pérennes et non délocalisables au cours de ces années. Elle a formé de nombreux porteurs et porteuses de projets passés par "Veni Verdi" en stage, bénévolat, apprentissage ou service civique.

J'ai aussi une pensée très affectueuse et admirative pour Nadine LAHOUD, qui a fondé et animé cette association. 10 ans après, sa passion de la transmission est intacte. Elle peut être fière de sa contribution à la révélation à elle et eux-mêmes de nombreux adolescentes et adolescents en quête d'une place et d'un chemin dans la vie.

L'action de "Veni Verdi" est reconnue, tant par la DASCO qui contribue à hauteur de 2.500 euros à la subvention que je vous propose d'adopter que par le Rectorat qui cofinance depuis 2016 un projet développant des actions scolaires et périscolaires dans 3 collèges : Brassens, Bergson dans le 19e et Pierre Mendès France dans le 20e. Il s'agit de donner du sens aux apprentissages, de limiter le décrochage scolaire et de remobiliser les élèves, particulièrement ceux qui sont en début de dérive et dont le comportement devient difficile.

La transmission dans l'agriculture urbaine, c'est également à l'adresse des familles, des habitantes et des habitants avec l'ouverture des jardins à tous et toutes pour venir cultiver, apprendre, créer du lien ou encore faire ensemble. L'association est particulièrement active dans les quartiers populaires. A ce titre, elle est également soutenue par la DDCT à hauteur de 3.000 euros.

Transmission encore vers de futures agricultrices et agriculteurs de proximité, cette association intervient dans la formation du B.P.R.E.A. en agriculture urbaine dispensée à l'école Du Breuil, cher Christophe NAJDOVSKI, et accompagne de nombreux porteurs de projet dans le développement de nouveaux projets d'agriculture urbaine. Elle est devenue une vraie pépinière, sans mauvais jeu de mots.

La Ville entend jouer son rôle dans le maintien et le développement des emplois agricoles en Ile-de-France. C'est pourquoi j'ai lancé, avec ma collègue Afaf GABELOTAUD, dans le cadre du Plan Paris Boost Emploi l'appel à projets "Paris fertile" qui doit faciliter l'accès à des formations professionnelles à l'agro-écologie et les activités de première transformation agricole. Il a également pour objectif l'accompagnement des vocations, des parcours de celles et ceux qui souhaitent embrasser les métiers de l'agriculture durable souvent dans un premier temps avant d'aller dans l'agriculture de plein champ. Ils sont de plus en plus nombreux et nombreuses. C'est l'une des conséquences des bouleversements survenus dans nos vies à cause de la Covid-19, mais aussi de la prise de conscience de plus en plus forte de l'impératif climatique et de la nécessité de préserver notre environnement. Réduire notre impact sur l'environnement, cela passe par une transition de notre agriculture et de notre alimentation et une meilleure rémunération des agricultrices et des agriculteurs nombreuses et nombreux qui rendent service à la nature et le monde agricole l'a bien compris. Je vous remercie donc, chers collègues, de voter ce projet de délibération.

M. Nicolas NORDMAN, adjoint, président. - Merci, Madame PULVAR.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DEVE 68.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité, je vous en remercie. (2021, DEVE 68).