Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2021
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2021 DASES 135 - Subventions (537.392 euros) et conventions avec cinq associations pour des actions à destination des familles et jeunes en situation d’exclusion.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2021


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DASES 135 : subventions et conventions avec cinq associations pour des actions à destination des familles et jeunes en situation d'exclusion, et je redonne avec plaisir la parole à Hamidou SAMAKÉ.

M. Hamidou SAMAKÉ. - Mes chers collègues, le coup brutal porté à notre économie par la situation sanitaire s'est accompagné pour de nombreuses personnes et de nombreuses familles d'une baisse d'activité ou d'une perte de revenu et les contrecoups sociaux de cette réalité sont loin d'être terminés ou résorbés.

Ce sont ainsi plusieurs centaines de milliers de personnes qui ont basculé sous le seuil de pauvreté en 2020-2021 selon l'Observatoire des inégalités et les jeunes sont en première ligne de ce recul social sans précédent depuis la dernière guerre mondiale. Et avec la pauvreté, l'exclusion explose elle aussi, ainsi que les besoins en accompagnement et en insertion, c'est particulièrement le cas pour les familles et les jeunes pour lesquels nous avons déjà augmenté notre capacité d'action en 2019 dans le cadre du Pacte parisien de la lutte contre la grande exclusion.

Pour répondre aux besoins immédiats des Parisiennes et des Parisiens mais aussi pour pallier les effets à plus long terme, sur le parcours de vie des plus jeunes, nous devons consolider nos moyens d'action. C'est pourquoi il vous est proposé aujourd'hui d'accorder 537.392 euros de subventions de fonctionnement à 5 associations ayant fait leurs preuves, s'agissant de l'aide aux personnes en situation d'exclusion, à savoir : "Emmaüs coup de main", "Les enfants du canal", "Hors la rue", "Aurore" et "la Croix-Rouge française".

"Emmaüs coup de main" accompagne principalement les familles hébergées de manière temporaire dans le logement social diffus. En 2020, l'association a accompagné 14 familles au sein de ces logements ainsi que 3 familles dans une autre forme d'hébergement et 2 en colocation pour un total de 45 personnes, dont 26 enfants. "Les enfants du canal" visent l'insertion et l'accès à la citoyenneté de jeunes volontaires, roumains et bulgares, par le biais du service civique, ce qui a constitué en 2020 une aide précieuse pour les maraudes d'intervention sociale. "Hors la rue" quant à elle mène une action en direction des jeunes en situation d'errance dans un centre d'accueil de jour et d'appui aux maraudes, grâce auquel elle a effectué en 2020 385 tournées ayant permis d'établir 324 nouveaux contacts et de suivre 505 jeunes d'une moyenne d'âge de 17 ans. Depuis le début de la crise sanitaire, l'association a développé des actions en direction des jeunes filles mineures en errance.

"La Croix-Rouge française" quant à elle, assure l'accompagnement social des ménages orientés par le 115 et a intégré 5 nouvelles familles à sa file active en 2020, ce qui porte le total à 43 ménages accompagnés et 425 visites en hôtel social.

L'action engagée par l'association "Aurore" a été spécifique à la période la plus intense de crise sanitaire fonctionnant entre 2020 et avril 2021. Il s'agit d'un centre d'hébergement d'urgence de 44 places plus spécifiquement adaptées aux personnes ayant besoin d'un soutien à la parentalité.

Ces actions sont des exemples de tout ce que le secteur associatif peut proposer de plus inventif et de sa réactivité. Les subventions de fonctionnement permettent à ces actions de se réaliser dans les conditions acceptables.

Je vous invite donc à voter pour ce projet de délibération.

Je profite également de ce projet de délibération pour appeler de mes v?ux comme beaucoup d'entre vous, une action déterminée de l'Etat en faveur de la redistribution et du soutien aux plus démunis, car les besoins de nos concitoyennes et concitoyens nécessitent une vision d'ensemble ambitieuse à l'échelle de tout le pays.

Une collectivité, fût-ce la Ville de Paris, ne peut à elle toute seule répondre à l'ampleur de l'enjeu social qui est devant nous. L'Etat devra lui aussi être au rendez-vous de la solidarité, notamment réinventer ce dispositif en direction des jeunes aujourd'hui exclus de l'essentiel des minima sociaux.

Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci beaucoup, Hamidou SAMAKÉ. La parole est à Léa FILOCHE pour vous répondre.

Mme Léa FILOCHE, adjointe. - Merci beaucoup, Monsieur le Maire, cher Hamidou SAMAKÉ.

Mes chers collègues, je vous remercie vraiment pour votre intervention qui permet de mettre en lumière l'action volontariste de la Ville de Paris dans un domaine qui est de la compétence de l'Etat, il faut quand même le rappeler. Vous avez très bien décrit toutes les actions, je vais essayer de les replacer dans le contexte global rapidement.

Depuis 2015, la Ville de Paris a pris l'initiative de réunir l'ensemble des acteurs de la lutte contre l'exclusion sur le territoire parisien : Etat, partenaires institutionnels, associations, personnes accompagnées, puis les Parisiennes et les Parisiens bénévoles aussi. Cette coalition d'acteurs a permis, dans le cadre du pacte parisien de lutte contre la grande exclusion, de porter des projets innovants pour ?uvrer à l'insertion des familles et des jeunes en situation d'exclusion.

Vous le savez, les familles et les jeunes ont été fortement impactés par la crise sanitaire, nous avons donc lancé, avec l'ensemble des signataires, le renouvellement du Pacte parisien, et nous avons fait le choix de faire des jeunes et des familles des publics prioritaires pour lesquels nous souhaitons collectivement renforcer notre action. C'est dans ce cadre que s'inscrit ce projet de délibération qui vous propose de soutenir 5 associations : "Emmaüs coup de main", "Les enfants du canal", "Hors la rue", "Aurore" et "la Croix-Rouge française". Je souhaite notamment mettre en lumière le projet "Toti Impreuna" porté par "Emmaüs coup de main", projet qui en 2020 a permis d'accompagner 19 familles vers un logement pérenne. En parallèle, les familles sont accompagnées dans leur insertion professionnelle pour accéder à la santé ou encore pour scolariser les enfants. C'est donc un accompagnement global qui leur est proposé. Nous soutenons également l'association "Hors la rue" dont la démarche se base sur "l'aller vers", un vrai objectif que nous avons dans les mois et les années qui viennent, notamment envers les jeunes en situation d'errance sur les lieux qu'ils sont amenés à fréquenter. En somme, chers collègues, je vous propose de bien vouloir soutenir financièrement le travail et l'engagement de ces 5 associations dont les actions sont réellement précieuses pour des centaines d?enfants et de familles sur le territoire parisien. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci beaucoup, Léa FILOCHE.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 135.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2021, DASES 135).