Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2021
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2021 DAC 579 - Subvention (3.000 euros) à l’association Passeurs d’Arts au titre de l’action culturelle locale du 8e arrondissement.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2021


 

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le projet de délibérationDAC 579 relatif à l'attribution d'une subvention à l'association "Passeurs d'Arts" au titre de l'action culturelle dans le 8e arrondissement.

La parole est à la maire du 8e arrondissement, chère Jeanne.

Mme Jeanne d'HAUTESERRE, maire du 8e arrondissement. - Madame la Maire, mes chers collègues, Jean-Claude DECALONNE, fondateur de l'Association "Passeurs d'arts", fait partie de la grande famille des luthiers installés au c?ur du quartier de la musique rue de Rome dans le 8e arrondissement, à proximité du conservatoire à rayonnement régional situé rue de Madrid.

Il a une particularité, il est luthier d'instruments à vent et fait l'unanimité tant il s'investit pour perpétuer le savoir-faire de la lutherie, mais aussi pour l'accès à la musique au plus grand nombre.

Il considère en effet la musique comme un outil social et crée des orchestres d'enfants et de jeunes dans des milieux où l'accès à la musique est inexistant. Son objectif : rendre à la musique toute sa noblesse en la mettant à la portée des enfants sans contrepartie financière pour les parents, afin de favoriser un égal accès à tous.

Ainsi, seulement 3 % des enfants ont accès à la musique dans notre pays et disons-le, dans certaines couches de la population uniquement.

Jean-Claude DECALONNE cite souvent un exemple au Japon où la musique est enseignée au même titre que la lecture et les mathématiques. Le socle éducatif français n'accorde, hélas, pas autant de place à la musique. C'est d'ailleurs fort de son expérience japonaise que Jean-Claude DECALONNE crée "Passeurs d'arts", l'association que j'ai l'honneur de subventionner cette année à l'aide des crédits issus de l'amendement Bloche.

C'est en 1999, après un parcours du combattant côté administratif qu'il ouvre la première classe orchestre de France dans l'Oise. Depuis, l'expérience a fait tache d'huile puisque nous recensons aujourd'hui 700 classes orchestre. C'est d'ailleurs un élément d'attractivité très fort pour les établissements, qui peuvent ensuite être labellisés "classe à horaires aménagés musique", comme c'est le cas pour une école et un collège du 8e arrondissement.

Comme vous le savez sans doute, l'économie de la rue de Rome est fragilisée par la concurrence venue de pays à bas coûts grâce au e-commerce et par la désaffection générale pour la musique.

C'est à chaque fois un déchirement quand un artisan luthier n'est pas remplacé ou est contraint de baisser le rideau. A la faveur de la révision du PLU, je plaiderai d'ailleurs pour un mécanisme de protection de ces commerces, afin que la rue de Rome ne perde pas son identité. Nous travaillons activement à la mise en lumière de leur activité, mais l'évolution des loyers et la pression commerciale sont parfois plus fortes que l'exceptionnel savoir-faire des luthiers. Il faut, comme le fait l'association "Passeurs d'Arts", redonner le goût de la musique classique à l'ensemble des élèves, et aussi former les parents de demain qui transmettront ensuite à leurs enfants leur propre passion. Je terminerai sur une note positive, les périodes de confinement semblent avoir permis aux Parisiens de redécouvrir les vertus de la musique classique. Un certain nombre d'entre eux ont ainsi poussé les portes des luthiers afin de faire réviser ou réparer leurs instruments. Saisissons cet engouement retrouvé en élargissant toujours pour l'apprentissage de la musique. Mes chers collègues, je vous appelle donc à voter pour ce projet de délibération et vous en remercie.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci, Madame la Maire.

Pour vous répondre, la parole est à Carine ROLLAND.

Mme Carine ROLLAND, adjointe. - Merci, Madame la Maire, merci, chère Jeanne d'HAUTESERRE.

Je vous rejoins tout à fait dans votre enthousiasme et votre volontarisme pour élargir l'enseignement de la musique, des musiques devrais-je même dire. Il est tout à fait juste de dire aussi que "Passeurs d'arts" y contribue dans le 8e arrondissement, que son action est précieuse. C'est tout le sens de ce projet de délibération, je vous invite simplement à le voter. Je vous remercie.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 579.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2021, DAC 579).

Je vous remercie.