Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2021
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2021 DASES 140 - Subventions de fonctionnement (491.138 euros) à cinq associations pour leurs actions d’accueil et de réponse aux besoins fondamentaux des réfugié.es à Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2021


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DASES 140 : subventions de fonctionnement à cinq associations pour leurs actions d?accueil et de réponse aux besoins fondamentaux des réfugiés à Paris.

La parole est à Geneviève GARRIGOS.

Mme Geneviève GARRIGOS. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, le 26 juin dernier, comme chaque année, était la Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture. Ce crime contre l?humanité dans lequel, comme l?a écrit Vladimir Volkoff : "Il y a quelque chose d?insoutenable et de vertigineux, la destruction de l?homme à l?état pur".

Ce crime interdit par tous les traités internationaux, y compris le droit coutumier, fait l?objet d?une interdiction absolue qui ne peut être justifiée en aucune circonstance. Pourtant, il est toujours pratiqué dans au moins la moitié des Etats membres des Nations Unies pour détruire des opposants, des ennemis, des populations entières, pour briser des femmes, des hommes, des enfants afin de les réduire en esclavage.

Chaque jour arrivent aux portes de la forteresse Europe des personnes qui ont vécu, au sein de leur parcours migratoire ou avant même ce dernier dans leur pays, des tortures de tous ordres. Ces exilés arrivent brisés physiquement, psychologiquement, portés par l?espoir de vivre, de revivre. Elles et ils sont porteurs de dignité et de droits tout autant que chacune et chacun d?entre nous.

L?accueil que nous leur accordons, rendu si difficile par un parcours administratif kafkaïen et aléatoire, est souvent bien en dessous de cette dignité et il néglige en particulier l?accompagnement nécessaire qui leur permettrait de faire face aux conséquences de long terme de ces lésions traumatiques. Car même lorsque la torture n?a pas laissé de trace immédiatement manifeste, les séquelles physiques et psychologiques sont toujours intenses et le plus souvent indélébiles.

Le projet de délibération que nous allons examiner vise à accorder le soutien de la Ville de Paris à cinq associations qui ?uvrent, chacune à leur manière, pour pallier les manquements de la solidarité nationale et assurer un accueil digne à ces personnes qui en ont tant besoin : l?association "Emmaüs Solidarité", l?association "Revivre", de même que l?association "Nouvelle page" que nous connaissons toutes et tous déjà.

Néanmoins, je voudrais ici dire un mot particulier, vous l?aurez compris, pour le "Centre Primo Levi" et l?association "Traces", des réseaux de psychologues et de psychanalystes dédiés à la prise en charge des souffrances provoquées par la guerre, la torture et la violence politique. Ces associations accompagnent vers les soins, vers leurs droits les victimes des crimes les plus graves car quand elles en parlent ou non, elles sont sans exception marquées au plus profond d?elles-mêmes par ce qu?elles ont enduré.

Je veux ici saluer l?engagement et le travail acharné de ces associations et rappeler cette chose que notre société tend aujourd?hui trop à oublier, qui est que les réfugiés, et plus largement les migrants, ont des vies, des espoirs, des fragilités similaires à chacun d?entre nous et que le parcours qui est le leur est souvent traversé d?inimaginables souffrances. Nous leur devons, au nom des droits humains, au nom de la fraternité et au nom de l?humanité tout simplement un accueil digne.

Je vous invite donc, chers collègues, à soutenir et à voter avec enthousiasme ce projet de délibération. Merci.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci beaucoup, Geneviève GARRIGOS.

La parole est à Ian BROSSAT, pour vous répondre.

M. Ian BROSSAT, adjoint. - Merci beaucoup, Monsieur le Maire.

Merci, Geneviève GARRIGOS, d?attirer notre attention sur ce projet de délibération qui nous permet effectivement de financer cinq associations pour leurs actions en direction des réfugiés.

C?est notamment notre centre d?hébergement à destination des familles qui est situé à Ivry, un centre de 400 places pour demandeurs d?asile qui, depuis 2017, a permis d?héberger plus de 5.500 familles. Ce sont d?autres associations également dans le cadre de ce projet de délibération, notamment l?association "Centre Primo Levi", l?association "Traces", les associations "Revivre" et "Nouvelle Page" qui toutes assurent aux réfugiés un accueil digne.

C?est l?honneur d?une ville comme la nôtre d?être capable de travailler avec ces associations pour permettre aux demandeurs d?asile, aux réfugiés d?être accueillis dans des conditions convenables.

Donc je vous invite, là aussi, à voter ce projet de délibération.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 140.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2021, DASES 140).