Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2021
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

relatif aux manquements de la procédure Parcoursup.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2021


 

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Nous allons très tranquillement recommencer avec l?examen du v?u n° 87 qui est relatif aux manquements de la procédure Parcoursup, et la parole, pour commencer, est à Mme Raphaëlle RÉMY-LELEU.

Mme Raphaëlle RÉMY-LELEU. - Merci, Monsieur le Maire.

Chers collègues, nous allons commencer d?autant plus tranquillement que je n?avais pas prévu de présenter ce v?u.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Mais, du coup?

Mme Raphaëlle RÉMY-LELEU. - Mais, du coup, je le fais avec beaucoup de joie.

Comme vous le savez, depuis maintenant deux ans et demi, Parcoursup instaure une sélection à l?entrée de l?université publique, sélection qui a été décriée par de nombreuses organisations étudiantes mais aussi par les universités elles-mêmes, les personnels administratifs comme les enseignants, qui se sont retrouvés à devoir organiser cette sélection dans des conditions matérielles et pédagogiques absolument intenables.

Ce dispositif est d?autant plus compliqué qu?il ne permet pas l?orientation correcte des lycéens et des lycéennes et leur information préalable dans de bonnes conditions. Cela conduit également à ce que de nombreuses personnes se retrouvent sans affectation dès le mois de juin jusqu?au mois de septembre.

Nous avons eu ces dernières années et encore il y a quelques semaines la promesse d?ouverture de postes supplémentaires... Non pas de postes, pardon, de places supplémentaires dans les filières dites en tension. Néanmoins, ces ouvertures de places promises se font sans poste supplémentaires sans moyen supplémentaire pour l?université publique, ce qui nous met dans une situation absolument intenable.

C?est pourquoi ce v?u déposé par le groupe "Génération.s" et le groupe Ecologiste de la Ville de Paris propose que la Ville interpelle le Gouvernement concernant la procédure Parcoursup et ses défauts et continue ses efforts d?information à l?intention des étudiants et des étudiantes, afin de pallier une nouvelle fois les déficiences de l?Etat.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Merci beaucoup.

Pour vous répondre, la parole est à Marie-Christine LEMARDELEY.

Mme Marie-Christine LEMARDELEY, adjointe. - Chère Raphaëlle RÉMY-LELEU, chers élus des groupes "Génération.s" et Ecologiste de Paris, j?ai en effet été alertée par de nombreux lycéens et parents inquiets après les premiers résultats de Parcoursup.

Du fait de l?absence de classement des v?ux, un petit nombre est reçu dans tous les établissements quand tous les autres se voient fermer, au moins dans un premier temps, la porte de l?enseignement supérieur. De plus, bien que l?algorithme soit public, ce n?est pas le cas des critères de sélection de chaque université, ce qui oblige les lycéens à tâtonner dans leur stratégie d?accès au supérieur et renforce les inégalités liées à leurs origines sociales. De nombreux parents d?élèves m?interpellent également sur les stratégies de notation des établissements, dont certains jouent le jeu de Parcoursup en surnotant les élèves, ce qui ne rend finalement plus les bulletins de notes lisibles ni l?orientation juste.

Comme vous, je suis convaincue qu?il est nécessaire d?accompagner davantage les élèves dans leur orientation ; c?est une étape primordiale dans leur vie de jeune adulte. Pour cela, il faut du personnel formé et ne pas ajouter cette tâche à celles déjà nombreuses des enseignants du secondaire. Il est également nécessaire, en effet, de créer des postes d?enseignants et d?enseignants-chercheurs en université, afin d?accueillir dans de bonnes conditions les étudiants qui sont chaque année plus nombreux. L?investissement par étudiant est en baisse constante depuis 2009 ; ce n?est pas admissible. Et créer des places sans poste ne sera pas suffisant.

Redonner des moyens à l?université est une nécessité pour être à la hauteur de la démocratisation de l?enseignement supérieur, qui doit être notre boussole. Je suis donc favorable à votre v?u, que je propose d?amender légèrement pour insister sur la nécessité de mettre en place un système d?accession au supérieur qui favorise la mixité sociale et scolaire des établissements d?enseignement supérieur. Il est nécessaire que le travail d?orientation soit mené dans les lycées par des personnels formés, plutôt qu?il soit une charge supplémentaire pour les enseignants, auxquels le Ministère demande déjà beaucoup.

J?ajoute qu?il sera nécessaire de demander une étude au Rectorat de Paris sur le taux de satisfaction des élèves issus des établissements privés et publics, afin de s?assurer que les premiers ne soient pas favorisés.

Enfin, j?insiste, ce problème ne se réglera pas sans le recrutement massif de nouveaux enseignants et enseignants-chercheurs dans le supérieur et notamment à l?université, où l?investissement par étudiant est le plus bas, pour accueillir les étudiants chaque année plus nombreux.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Merci beaucoup.

J?avais une demande d?explication de vote du groupe Paris en commun, mais je crois que l?intervenant n?est pas là.

Je vais donc mettre aux voix le v?u n° 87.

L?amendement est-il accepté ? C?était très clair, j?ai entendu le "absolument".

Très bien, je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 87 ainsi amendé avec un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u amendé est adopté. (2021, V. 254).

V?u déposé par le groupe "Indépendants et Progressistes"