Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par M. Jacques DAGUENET, Mme Sophie MEYNAUD et les membres du groupe communiste concernant le stationnement sauvage des autocars le soir entre la place Blanche et la rue Caulaincourt.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2004


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Nous passons à l?examen du v?u référencé n° 84 dans le fascicule déposé par le groupe communiste concernant le stationnement sauvage des autocars le soir entre la place Blanche et la rue Caulaincourt.

M. DAGUENET a la parole.

M. Jacques DAGUENET. - Merci, Madame la Maire.

Malgré de très nombreuses interventions, c?est le moins que l?on puisse dire, des riverains, des associations, des mairies d?arrondissement, des élus et de moi-même au Conseil de Paris de juillet et de septembre si j?ai bonne mémoire, le stationnement sauvage des autocars de touristes le soir boulevards de Clichy et Rochechouart dans le 9e et 18e à Paris, dans le couloir de bus, et place Blanche perdure. Effectivement, ces cars utilisent le couloir de bus en site propre comme parking permanent et ils bloquent ainsi la circulation dans ces couloirs.

Je rappelle que le réaménagement de ces boulevards par la nouvelle majorité se réalise à la très grande satisfaction des riverains, et cette situation soulève une incompréhension, de la colère, une colère telle qu?en une semaine, ces jours-ci, 420 personnes ont envoyé une lettre-pétition au collectif qui anime cette action. Cette situation ne peut pas durer. Elle n?est pas acceptable et même scandaleuse. Des mesures drastiques doivent être prises pour faire respecter l?interdiction des cars dans ces couloirs de bus, et c?est pourquoi, sur proposition de Sophie MEYNAUD, de moi-même, et des élus communistes, nous demandons que le Préfet de police prenne toutes les mesures, dès aujourd?hui, pour faire respecter l?interdiction de stationnement des cars de tourisme, notamment dans les couloirs de bus du boulevard de Clichy, de la place Clichy à la rue Caulaincourt et sur la place Blanche aussi.

Merci, Madame la Maire.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci, Monsieur DAGUENET.

La parole est à M. Denis BAUPIN pour répondre sur ce dernier v?u.

M. Denis BAUPIN, adjoint. - Je suggère que l?on donne l?avis de la Préfecture de police, préalablement, puisqu?elle est concernée.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Monsieur le Représentant du Préfet, vous avez la parole.

M. LE REPRESENTANT DU PREFET DE POLICE. - Le stationnement de tout véhicule quel qu?il soit dans les couloirs de bus est inadmissible.

Vous faites part d?une situation spécifique sur le boulevard de Clichy, je propose de refaire un point sur ces sujets et que toutes les informations vous soient données sur ce problème et, les mesures prises par le service de la police de proximité pour faire respecter ces stationnements. En tout état de cause, tout stationnement illégal dans des couloirs de bus ne peut perdurer, nous sommes bien d?accord.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci.

La parole est à M. Denis BAUPIN.

M. Denis BAUPIN, adjoint. - Ce n?est pas une découverte pour la Préfecture de police. Vous découvrez le dossier maintenant, mais sur le nombre de courriers adressés par moi-même, par les élus des 18e et 9e arrondissements, par les riverains sur cette question, sachez qu?il y a une exaspération. Ce dossier dure depuis de nombreuses années, bien avant notre arrivée. A l?époque, il n?y avait pas de couloirs de bus, mais il y avait un stationnement massif des autocars. Progressivement il y a eu une certaine réorganisation, mais aujourd?hui la situation perdure.

La Ville a fait un travail énorme en termes d?investissement avec le soutien de la population, une concertation très large qui s?est menée et qui je crois, M. DAGUENET l?a rappelé, donne satisfaction aux habitants. Il ne reste qu?un problème vraiment, c?est que le Moulin-Rouge, aujourd?hui, considère que l?espace public peut être privatisé pour ses spectateurs. Nous considérons, nous, comme le Lido a su le faire, que le Moulin-Rouge devrait être capable d?organiser la rotation des autocars de façon à ne pas occuper l?espace public. Nous avons mis en place des places de stationnement pour autocars pour qu?ils puissent faire la dépose et la reprise, pour qu?ils puissent faire monter et descendre, les spectateurs de ces spectacles. Nous avons fait notre part de travail.

Il convient aujourd?hui que le Moulin-Rouge organise les rotations. Il ne sera contraint de le faire que si la force publique agit. Nous avons besoin que là où la Préfecture de police est capable de faire des opérations coup de poing dans de nombreux domaines, elle le fasse sur quelques semaines sur le secteur du Moulin-Rouge. A mon avis, les utilisateurs de ces couloirs de bus pour stationner les autocars comprendront le message et sauront se réorganiser. C?est une question de volonté de la part de l?organisateur et si nous avons votre coup de main pendant quelques semaines, le problème sera réglé pour longtemps.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je mets aux voix le v?u?

? Oui, Monsieur DAGUENET ?

M. Jacques DAGUENET. - C?est simplement pour une explication de vote.

 

Monsieur le Préfet, je crois que la réponse ne peut pas être satisfaisante. C?est une non-réponse que vous venez de faire, et je crois que tout le monde l?a bien compris. Ce qui vous est demandé, c?est simplement de faire respecter l?interdiction du stationnement des cars de tourisme dans les couloirs de bus. La question c?est qu?il faut, je crois, répondre oui à cette demande. Comme vient de le dire Denis BAUPIN, la Ville a fait un très gros effort en l?occurrence avec la mise en place de couloir de bus et aujourd?hui ces couloirs de bus sont utilisés par les cars. C?est inconcevable. La réponse doit être claire.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Un dernier mot du Représentant de la Préfecture de police.

M. LE REPRESENTANT DU PREFET DE POLICE. - Je le comprends parfaitement. Il n?est pas admissible que du stationnement ait lieu dans les couloirs de bus, que ce soit des cars ou des véhicules quels qu?ils soient. Là-dessus, des instructions très précises sont données aux services compétents.

Sur ce sujet, le long du boulevard de Clichy, il y a une situation particulière qu?il convient que l?on regarde et que l?on traite même si elle a l?air de perdurer depuis un certain temps, pour des raisons que M. BAUPIN vient de rappeler. Mais la politique de la Préfecture de police est très claire : on ne laisse pas se développer du stationnement illégal dans les couloirs de bus. Maintenant qu?il y ait ici ou là quelques difficultés particulières ou qu?il y ait quelques personnes ou quelques véhicules qui passent entre les mailles, c?est possible.

En tout état de cause, il n?y a naturellement pas volonté délibérée de laisser en l?état une situation contraire à ce que l?on recherche les uns et les autres, c?est-à-dire la fluidité des transports en commun dans la Capitale.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe communiste.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2004, V. 268).