Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe socialiste et radical de gauche relatif à l’attribution du nom de Samira Bellil à un centre d’animation ou à un équipement municipal.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2004


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant au v?u n° 61 relatif à l?attribution du nom de Samira Bellil à un centre d?animation ou à un équipement municipal.

Madame POURTAUD, vous avez la parole.

Mme Danièle POURTAUD, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire et je remercie les élus qui ont bien voulu rester.

Tout le monde connaît aujourd?hui Samira Bellil qui, lorsqu?elle était adolescente, a été violée dans des tournantes devenues malheureusement trop célèbres dans nos banlieues. Samira Bellil est une victime qui a eu le courage de dénoncer ses agresseurs, qui a refusé de se taire au nom de toutes les femmes qui subissent des violences. Elle a brisé le tabou du silence en publiant un ouvrage intitulé ?Dans l?Enfer des Tournantes?. Elle avait choisi de se battre pour que cela n?arrive plus aux autres et s?était engagée aux côtés de Fadela AMARA en étant marraine de l?association ?Ni putes, ni soumises?.

Depuis le début de la mandature, sous l?impulsion tenace de notre première adjointe à laquelle je veux rendre hommage ici, la Ville de Paris s?est engagée fortement pour lutter à sa place et avec ses moyens contre le fléau des violences faites aux femmes.

Nous soutenons, comme vous le savez, diverses associations et nous améliorons les conditions d?accueil des femmes battues dans les centres municipaux.

Alors que malheureusement les derniers chiffres montrent qu?en France plus d?une femme sur dix déclare avoir subi des agressions sexuelles au cours de sa vie et que 50.000 femmes sont victimes de viol chaque année, il nous a semblé important de rendre hommage de façon pérenne à Samira Bellil. C?est donc symboliquement que nous émettons le v?u que le nom de Samira Bellil, décédée le 7 septembre dernier, puisse être donné à un centre d?animation ou à un équipement municipal.

Si vous le permettez, Monsieur le Maire, j?abuserai une seconde de la patience de nos collègues pour vous inviter tous à participer à la manifestation nationale organisée le samedi 27 novembre à partir de 14 heures 30 place de la Bastille à l?occasion de la Journée internationale de Lutte contre les Violences envers les Femmes.

Merci.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste et radical de gauche, du Mouvement républicain et citoyen, communiste et ?Les Verts?).

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Monsieur CAFFET ?

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint. - Avis très favorable, bien entendu.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe. - Je voudrais tout d?abord remercier le groupe socialiste et Danièle POURTAUD pour la présentation de ce v?u. Je suis, bien sûr, favorable à son adoption. Il se trouve que je me suis entretenue avec la maman de Samira Bellil lors de ses obsèques et que l?idée de donner, à un lieu important pour Paris, le nom de Samira Bellil nous est venu assez rapidement et nous envisageons plusieurs solutions, soit un lieu d?hébergement pour femmes victimes de violences - Samira Bellil a mené un combat sur ce plan -, soit, et à voir avec les différents maires d?arrondissement qui peuvent être concernés, un autre lieu, un centre d?animation, un lieu de jeunesse, et nous en discuterons. Mais d?ores et déjà, c?est un oui à ce v?u.

Nous irons sans doute plus loin puisqu?une autre jeune femme a été victime, brûlée vive à Vitry, c?est la jeune Sohane, et dont nous voulons aussi honorer la mémoire à Paris. Ce sera une autre proposition que fera l?Exécutif.

Enfin, je me joins à l?appel à manifester du 27 novembre lancé par ma collègue Danièle POURTAUD, pour la ?Journée internationale de Lutte contre les Violences?. Nous devrons être nombreux pour dénoncer et pour affirmer haut et fort qu?une ville digne, un pays digne ne peut pas se satisfaire de cet état de fait.

Je vous remercie.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Monsieur GOASGUEN, vous avez la parole.

M. Claude GOASGUEN. - Bien entendu, nous voterons à l?unanimité ce v?u, vraiment, pour ajouter à la peine qui a été la nôtre de voir cette jeune femme dont le rôle a été très important tant par ses écrits que par les actes politiques qu?elle a eu le courage d?initier. Je pense que c?est une grande perte que nous avons tous cruellement ressentie et c?est sans ambiguïté que nous voterons avec vous pour sa mémoire.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

 

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe socialiste et radical de gauche.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2004, V. 252).