Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe du Mouvement républicain et citoyen relatif aux modalités de réservation des courts de tennis municipaux.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2004


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du v?u référencé n° 37 dans le fascicule, relatif aux modalités de réservation des courts de tennis municipaux, qui a été déposé par le groupe du Mouvement républicain et citoyen.

Monsieur SARRE, vous avez la parole.

M. Georges SARRE, président du groupe du Mouvement républicain et citoyen, maire du 11e arrondissement. - Merci, Monsieur CARESCHE.

Si je voulais perdre du temps et faire perdre de du temps, je demanderais bien à Pascal CHERKI comment il se fait qu?il peut négocier cette opération avec les élus U.M.P. alors que j?ai cru comprendre, théoriquement, que les équipements sportifs sont gérés par les mairies d?arrondissement. Mais c?est une réflexion qui m?est venue à travers la réponse qui était faite.

La Mairie de Paris a mis en place un nouveau service de réservation de courts de tennis intitulé ?Paris-Tennis?. Les Parisiens sont désormais invités à réserver des créneaux horaires par Internet et par un serveur vocal. A première vue, on pourrait considérer qu?il s?agit de mettre à la disposition des Parisiens des outils technologiques modernes et forcément performants. Hélas, comme souvent, les choses ne sont pas aussi simples.

Depuis la mise en place de ce dispositif, les réservations par Minitel ont été supprimées. Reste Internet et le fameux serveur vocal. Nombreux sont les Parisiennes et les Parisiens, ne l?oublions pas, qui ne sont pas encore équipés en postes informatiques. N?en déplaise aux incorrigibles optimistes de toutes obédiences, la fameuse fracture numérique n?est pas prête de se résorber, et cet outil restera longtemps encore réservée à une partie seulement de la population qui ne saurait donc, à elle seule, représenter l?ensemble des Parisiens dans leur diversité.

Quant au serveur vocal, je serais tenté de vous inviter toutes et tous qui ne s?y sont pas encore frotté à essayer, et je vous garantis le succès, vous ne serez pas déçus ! Une voix métallique invite l?usager à appuyer dans un ordre précis sur une série de touches. Cela dure un certain temps, et la moindre erreur tactile est impitoyablement sanctionnée ! C?est le retour à la case départ ! Résultat, le serveur est rapidement saturé et un grand nombre d?usagers sont irrémédiablement ?éjectés?. C?est le mot juste, entre guillemets : ?éjectés du système?.

Il faudrait alors prendre garde, sous couvert de modernité et d?efficacité, à ne pas déshumaniser l?accueil du public et à continuer à offrir, dans ce cas comme dans d?autres, une diversité de possibilités pour ne pas exclure des Parisiens qui ont aussi le droit, sans être des as de l?informatique, de bénéficier des mêmes facilités d?accès aux équipements municipaux qui sont mis à leur disposition.

Un v?u a donc été déposé, tendant, Monsieur CHERKI, à ce que la Mairie de Paris assure un bon fonctionnement du serveur - vous ne pouvez qu?être d?accord, mais cela va prendre du temps vu les bases sur lesquelles nous sommes aujourd?hui -, rétablisse la possibilité de réserver des courts de tennis municipaux par le biais du Minitel, - le rebrancher n?est sans doute pas un exploit technique-, et instaure un service de réservation téléphonique plus accessible aux gens qui ne sont pas encore complètement modernisés. Je vous remercie.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Monsieur CHERKI, vous avez la parole.

M. Pascal CHERKI, adjoint. - Je ne vais pas répondre au président SARRE sur les équipements transférés parce que, sinon, je pourrais inviter les maires d?arrondissement sur les tennis transférés car il y en a où user du Minitel !

Mais vous êtes d?accord que l?on peut essayer d?être garant de l?intérêt général en lien avec les mairies d?arrondissement. Je reviendrai donc à l?objet du v?u.

 

Il y a deux choses dans le v?u. Je vais revenir sur la question du Minitel. D?abord, je remercie le président SARRE de nous avoir interpellés sur les difficultés que peuvent rencontrer, cela peut arriver, un certain nombre d?usagers sur l?utilisation du nouveau dispositif qui, comme il est nouveau, nécessite un temps d?adaptation et qui est perfectible.

En quoi consiste-t-il ? Nous avions jusqu?à présent un mode de réservation des tennis par Minitel, et nous avons décidé de changer cela et de passer à une application de réservation de trois manières. Première manière, vous pouvez réserver en vous rendant sur place, comme cela existait auparavant. Deuxièmement, vous pouvez réserver par serveur vocal, et je veux bien refaire l?expérience avec vous, Monsieur SARRE, mais, je l?ai faite moi-même et les échos que nous avons recueillis jusqu?à présent montrent qu?elle satisfait plutôt les usagers. J?ai aussi reçu des courriers de gens qui nous remercient. Nous avons donc peut-être là un avis partagé.

Quant au troisième mode de réservation, par Internet, donc, quand je dis qu?il rencontre un succès, c?est qu?aujourd?hui, alors que nous l?avons lancé à la rentrée, plus de

32.000 personnes se sont inscrites sur le système de réservation des courts.

Nous avons donc réuni en trois mois un nombre d?inscrits supérieur au nombre de titulaires de la carte ?Paris-Tennis? puisque, avant, une carte ?Paris-Tennis? était délivrée. Nous avons supprimé cette carte ?Paris-Tennis? et l?avons remplacée par des inscriptions sur Internet.

Nous sommes en train de modifier le système de réseau par Internet à propos des délais pour se rendre sur les courts : quand les gens ne viennent pas au bout de 10 minutes, ou 5 minutes, nous avons changé l?affectation du court, mais nous avons une affectation optimisée. Nous avons plus de 178.000 réservations à ce jour, et un des effets de la réservation par Internet a été de les démultiplier.

Quand bien même on voudrait en revenir au Minitel, se pose le problème suivant : le maintien du Minitel n?est juridiquement, pour l?instant, plus possible parce que le marché d?exploitation liant la Ville à la société ?Accenture?, gestionnaire de l?application Minitel a expiré à la fin de l?année 2004 et n?a pas été reconduit. Il faudrait donc relancer un marché pour relancer l?application Minitel.

Si le Minitel accède au portail de la Ville et si la structure du serveur Internet de la Ville permet la connexion par Minitel, je n?ai pas d?objection à ce que l?on permette à des usagers du Minitel en se connectant sur le serveur de la Ville de le faire. Si ce n?est pas techniquement possible, c?est un problème qui dépasse ma compétence et qui est du ressort de l?application informatique de la Ville.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je relève donc que M. CHERKI n?est pas défavorable sur le principe sous réserve des vérifications techniques qui seront faites et de la compatibilité.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe du Mouvement républicain et citoyen qui a fait l?objet d?un avis favorable de l?Exécutif sous réserve.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2004, V. 247).