Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

25 - 2000, DVD 14 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché de travaux relatif à l'aménagement de la rue du Faubourg-du-Temple (10e et 11e)

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2000


M. Manuel DIAZ, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DVD 14 relatif à l'aménagement de la rue du Faubourg-du-Temple dans les 10e et 11e arrondissements.
Madame SCHNEITER, vous avez la parole.
Mme Laure SCHNEITER. - Merci, Monsieur le Maire.
L'aménagement de la rue du Faubourg-du-Temple est une bonne nouvelle ! Le projet de délibération qui nous est présenté montre un début de volonté de révision du partage de la voirie au profit du bus et des piétons.
Mais, la présentation du projet reste très floue et n'est, curieusement, accompagnée d'aucun plan.
Vous dites que le "surdimensionnement de la chaussée sert non pas à la circulation, mais au stationnement anarchique". C'est le moins que l'on puisse dire. Le côté gauche est interdit au stationnement, mais les voitures s'y garent en toute impunité, y compris dans le goulot d'étranglement que représente la partie comprise entre le boulevard Jules-Ferry et la rue Yves-Toudic.
La multiplication des panneaux d'interdiction de stationnement, accompagnés de menaces d'enlèvement, n'y change rien. C'est la présence et l'action des îlotiers et des agents de police qui manquent.
Le côté droit est utilisé pour les livraisons dans les nombreuses boutiques qui caractérisent cette rue, y compris dans le couloir de bus, vaguement matérialisé à la peinture. Ainsi, de Belleville à la République, quelle que soit la largeur de la rue, la circulation se fait pas à pas sur une seule file, y compris pour le bus 75, qui se trouve englué dans la circulation.
Les riverains, les commerçants subissent toute la journée les agressions du bruit et la forte pollution de l'air.
Si l'on veut vraiment réduire la place de l'automobile dans la rue du Faubourg-du-Temple, il faut casser le transit qui amène directement les voitures de la Porte des Lilas à la Place de la République, via la rue de Belleville et la rue du Faubourg-du-Temple.
Pourquoi, par exemple, ne pas inverser le sens de la circulation entre l'avenue Parmentier et le boulevard de Belleville ?
Vous décrivez le projet d'aménagement en trois séquences.
La première, entre le boulevard de Belleville et l'avenue Parmentier, est la plus détaillée. Vous précisez qu'entre le boulevard de Belleville et la rue de la Présentation, un aménagement spécifique sera réalisé, avec l'implantation de 8 arbres et la mise en place de 4 candélabres "de style"... Quel style ? On se le demande !
Le quasi doublement de la largeur des trottoirs dans la portion suivante et la suppression du stationnement recueillent mon appui.
La seconde séquence, entre l'avenue Parmentier et la rue Yves-Toudic, n'est absolument pas précise. Vous dites juste que "la matérialisation du couloir de bus rendra nécessaire un calibrage à 6 mètres" et que ce "calibrage permettra néanmoins l'élargissement de trottoirs". Le couloir de bus sera-t-il matérialisé par un simple coup de pinceau ou par un véritable séparateur ? Le stationnement sera-t-il totalement ou partiellement supprimé ?
Dans la partie comprise entre le boulevard Jules-Ferry et la rue Yves-Toudic, les trottoirs font parfois moins de 1 mètre. Seront-ils élargis et de combien ?
Vous précisez qu'aucune intervention n'est prévue sur le carrefour avec le boulevard Jules-Ferry et les quais de Jemmapes et de Valmy. C'est bien regrettable ! L'angle des rues du Faubourg-du-Temple, de la Folie-Méricourt et de la Fontaine-au-Roi avec le boulevard Jules-Ferry mériterait, par exemple, un aménagement spécifique.
(M. Pierre GABORIAU, adjoint, remplace M. Manuel DIAZ, adjoint, au fauteuil de la présidence).
Enfin, la troisième séquence, entre la rue Yves-Toudic et la place de la République, présente une largeur plus importante et une circulation à double sens. La largeur des trottoirs permet d'envisager la mise en valeur, avec quelques arbres et quelques bancs, de l'entrée de la rue du Faubourg-du-Temple, qui pourrait inciter à la promenade.
Devant ces imprécisions et le manque de documents graphiques, je m'abstiendrai sur ce projet qui, je le répète, montre un début de volonté de partager la voirie au bénéfice du bus et des piétons, mais sans régler réellement les problèmes.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Merci.
La parole est à Mme CAPELLE.
Mme Liliane CAPELLE. - Merci, Monsieur le Maire.
Ce projet de délibération est le fruit d'une longue négociation entre les mairies du 11e et du 10e arrondissement et la Municipalité parisienne.
L'état dégradé de la rue du Faubourg-du-Temple, l'inconfort des cheminements des piétons et, par ailleurs, son caractère très commerçant, nous ont amenés dès 1996 à vous demander d'envisager un programme d'aménagement de voirie visant l'amélioration de l'espace public.
Il serait inutile d'entrer ici dans le détail de l'histoire de cette longue négociation. Je tiens cependant à remercier les services de la Direction de la Voirie et des Déplacements qui ont su travailler dans un très bon esprit, prendre en compte les demandes des mairies d'arrondissement, mais aussi celles des riverains qui se sont exprimés lors d'une réunion de concertation sur le projet d'aménagement que nous avons organisée en novembre dernier.
Ce projet, Monsieur le Maire - et nous avons pu le constater lors de cette réunion -, constitue une véritable opportunité pour la revalorisation de tout un quartier laissé à l'abandon pendant des années par les pouvoirs publics parisiens.
Le projet de délibération rappelle ces objectifs sur lesquels nous avons pu nous mettre d'accord, je n'y reviendrai donc pas. Cependant, la réunion de concertation aura été l'occasion, pour de nombreux riverains, d'exprimer leur souhait de voir conservé le revêtement pavé.
En effet, le projet initial des services de voirie à partir duquel a été défini le montant du budget de cette opération prévoyait au contraire un revêtement en asphalte. Compte tenu de l'importance accordée par les riverains au maintien de ce revêtement, témoignage du caractère faubourien de cette voie, il nous est apparu souhaitable de le prendre en compte dans le projet, ce que les services ont fait.
Cependant, la restauration du revêtement pavé engendre un surcoût. Compte tenu du montant de l'autorisation de programme votée en décembre 1999 pour la première tranche des travaux, vous proposez dans ce projet de délibération un nouveau phasage de l'opération en trois tranches :
- la première irait de Belleville à Saint-Maur ;
- la seconde, de Saint-Maur à Parmentier ;
- la troisième, de Parmentier à République.
Je ne vous cache pas, Monsieur le Maire, que nous souhaiterions vivement qu'à l'occasion du vote du budget modificatif 2000 soient proposés des crédits supplémentaires pour la réalisation des travaux entre la rue Saint-Maur et l'avenue Parmentier. Ceci permettrait de revenir au calendrier de travaux défini initialement et de réaliser dès cet été la totalité du tronçon Belleville-Parmentier.
L'impatience des riverains est grande et l'aménagement de cette voie, encore une fois, constitue un enjeu considérable pour l'amélioration du cadre de vie de ces riverains, de ceux des quartiers environnants, mais aussi des conditions dans lesquelles s'exerce l'activité commerciale de cette artère.
Je vous remercie.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Merci.
Je donne la parole à M. PLASAIT pour répondre aux intervenants.
M. Bernard PLASAIT, adjoint, au nom de la 3e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Je réponds tout d'abord à Mme BACHE en lui disant que sur son souci financier...
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Madame CAPELLE !
M. Bernard PLASAIT, adjoint, rapporteur. - ... Madame CAPELLE, excusez-moi...
Mme Liliane CAPELLE. - Il y a un problème !
M. Bernard PLASAIT, adjoint, rapporteur. - Nous nous verrons tout à l'heure. Vraiment, je suis au comble de la confusion, Madame CAPELLE ! Cela m'incite plus encore à vous donner satisfaction et à vous proposer, puisque l'instant le permet, d'attendre le modificatif de juillet pour aller dans votre sens.
Vous avez rappelé que la concertation avait été dès le départ bien organisée, puisque ce projet est effectivement à l'initiative de la Mairie, mais avec l'assentiment et le travail des mairies d'arrondissement concernées.
Mme SCHNEITER, qui est intervenue sur ce dossier, a d'abord rappelé un certain nombre de difficultés locales qui, en réalité, interpellent M. le Préfet de police. Je lui laisserai donc le soin, s'il le souhaite, de répondre à ces questions.
Pour le reste, je voudrais approuver un certain nombre de réponses puisqu'il y a beaucoup de choses dans ce qu'a dit Mme SCHNEITER...
Je crois qu'elle se trompe lorsqu'elle parle de la nécessité de "casser le transit", pour reprendre son expression, puisqu'en réalité il n'y a pas, sur cet axe, de "transit", mais de "la desserte". La rue du Faubourg-du-Temple circule à sens unique des boulevards des Fermiers-Généraux à la rue Yves-Toudic, elle ne constitue pas une voie importante de transit puisque la circulation y est organisée sur une file ; il est d'ailleurs utile de lui conserver une fonction de liaison entre les 19e et 20e arrondissements d'une part et la place de la République d'autre part ; si l'on supprimait cette fonction, on nuirait évidemment à la dynamique commerciale de cette voie, et aussi à la tranquillité des quartiers environnants, à cause des reports de circulation.
Je voudrais insister sur le fait que l'aménagement entre le boulevard de Belleville et la rue de la Présentation prévoit un élargissement important du trottoir pair et la plantation d'arbres d'alignement. La mise en place de candélabres est souhaitable, d'une part, pour agrémenter l'espace, d'autre part, pour renforcer l'éclairement pour les piétons. Et si le choix s'est porté sur ce type de candélabres, c'est en effet parce qu'ils sont considérés comme des candélabres "de style"... Vous me demandez : quel style ? Eh bien, le style haussmannien, qui est utilisé aux abords du canal Saint-Martin, plutôt que des candélabres "contemporains" dont on pourrait aussi se demander à quel style réellement ils appartiennent, qui seraient sans doute moins appropriés au site.
Deuxièmement, entre l'avenue Parmentier et le quai de Jemmapes, le couloir de bus sera matérialisé en effet par un marquage au sol, parce que (et c'est une réponse que je suis obligé de faire souvent) malheureusement la mise en place d'un séparateur n'est pas possible car elle empêcherait toute possibilité de livraison.
Des possibilités de stationnement seront localement maintenues entre l'avenue Parmentier et le quai de Jemmapes du côté pair de la voie, ce qui représentera 8 emplacements.
Entre le boulevard Jules-Ferry et la rue Yves-Toudic, la largeur entre façades varie de 10 mètres à 13 mètres, la largeur actuelle des trottoirs est comprise entre 1,40 mètre et 2,50 mètres. Le calibrage à 6 mètres de la chaussée permet d'obtenir des largeurs de trottoirs variant de 1,80 mètre à 3,60mètres.
Enfin votre suggestion, Madame SCHNEITER, de plantation d'arbres entre la rue Yves-Toudic et la place de la République malheureusement ne peut pas être retenue, car la larguer des trottoirs de 5 mètres, contrairement à ce que vous estimiez à l'instant est insuffisante, mais surtout, parce qu'il y a une présence de réseaux très importante en sous-sol, notamment R.A.T.P., France-Télécom, qui le rendent malheureusement impossible.
Voilà, Monsieur le Maire.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 14.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, DVD 14).