Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

41 - 2000, DAUC 28 - Attribution des dénominations "rue de l'Astrolabe et rue du Mont-Tonnerre" à 2 voies du 15e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2000


M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DAUC 28 concernant l'attribution des dénominations "rue de l'Astrolabe et rue du Mont-Tonnerre" à 2 voies du 15e arrondissement.
La parole est à Madame SCHNEITER.
Mme Laure SCHNEITER. - Je m'étonne que vous souhaitiez changer dans le 15e l'appellation des "impasses" de l'Astrolabe et du Mont-Tonnerre, en "rues" de l'Astrolabe et du Mont-Tonnerre. Cela est moins anodin qu'il n'y paraît.
Je rappelle en passant que ces deux charmantes impasses, habitées essentiellement par des artistes, ont failli être détruites en raison d'un projet d'extension du musée Bourdelle.
Pendant 15 ans, les projets les plus irréalistes se sont succédés et n'ont pas abouti, grâce à la résistance farouche des habitants, dont j'ai bien souvent été la porte-parole.
Une fois les impasses sauvées, la Ville de Paris a décidé de les relier entre elles par un terrain qui devient un parking de 39 places, vivement souhaité par les habitants.
Là où le bât blesse, c'est que la plupart de ces places, donc en surface, devraient être réservées en priorité à ces riverains, avec tout au plus 3 ou 4 places de stationnement à la disposition des non résidents.
En règle générale, je ne suis pas pour la multiplication des parkings mais il est certain que dans ces voies étroites, il fallait trouver une solution.
En plus, les voitures sont garées n'importe comment bien souvent sur la chaussée elle-même.
J'en viens au changement de nom d'impasse en rue. Une rue, au sens strict du terme, est une "voie bordée de maisons qui établit une liaison avec d'autres voies". C'est donc un endroit de passage.
Ce n'est pas parce que deux impasses vont être reliées entre elles, que cela change le problème.
Arithmétiquement, une impasse plus une impasse font toujours des impasses ! Des automobilistes non résidents ou des non visiteurs en voyant le nom de "rue" au lieu d'impasse, qui est dissuasive en soi, s'engageront plus facilement dans l'une de ces voies qui ne mènent nulle part, se retrouveront dans l'autre et ressortiront au même endroit où ils étaient entrés c'est-à-dire rue de Vaugirard, au même numéro.
Le seul résultat, que vous obtiendrez, c'est que les automobilistes iront y chercher des endroits pour stationner et contribueront encore davantage aux encombrements inextricables auxquels on assiste, lorsque l'on se rend sur les lieux. D'autre part, la rue de ces voies est étroite, ce qui empêche d'avoir à la fois des trottoirs et des chaussées de taille convenable et qui empêche les personnes handicapées en fauteuil roulant ou des mères avec des landaus de circuler !
Pour les personnes en fauteuil roulant c'est strictement impossible. La seule solution, pour loger les trottoirs et une chaussée de taille normale, ce serait de transformer ces voies en "cours urbaines".
Je ne vous redétaillerai pas ce soir la façon dont on aménage des cours urbaines. On supprime, en tout cas, les trottoirs en différenciant les pavés pour les divers modes de circulation et en y installant un mobilier urbain de qualité.
L'essentiel, Monsieur le Maire, consiste à ne pas induire les automobilistes en erreur, en les incitant à s'engager dans des rues qui ne vont nulle part.
Il y a bien d'autres cas dans Paris où des habitants d'impasses nous disent : des gens se sont engagés, se sont trompés et ont vu que cela ne les mènerait à rien, ils faisaient alors demi-tour, ce qui est un problème supplémentaire de circulation dans ces voies.
Voilà pourquoi il serait raisonnable de garder l'appellation "impasse" pour l'Astrolabe et le Mont-Tonnerre.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Monsieur BULTÉ, vous avez la parole.
M. Michel BULTÉ, adjoint, au nom de la 6e Commission. - J'ai entendu, Madame SCHNEITER, votre intervention avec la plus grande attention. Il me semblait d'ailleurs que nous avions eu un avis favorable à l'unanimité du Conseil du 15e arrondissement.
La majorité des gens consultés y compris les élus puisqu'ils ont voté, étaient plus favorables à la dénomination de rue à la place de celle d'impasse. Il est vrai qu'une rue qui n'arrive nulle part, peut être considérée comme une impasse. Les gens trouvent que c'est plus valorisant d'aller rue de l'Astrolabe. En conséquence, je souhaite qu'on maintienne cette position et je regrette que Mme SCHNEITER n'ait pas été présente lors de la réunion du Conseil du 15e arrondissement. C'est dommage mais en l'occurrence, je maintiens.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAUC 28.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, DAUC 28).