Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

97 - QOC 2000-218 Question de M. Pierre CASTAGNOU et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris sur l'association "Carrefour 14".QOC 2000-207 Question de Mmes Cécile SILHOUETTE et Sylvie SCHERER, élues de "Ensemble pour une gauche alternative et écologiste", à M. le Maire de Paris à propos du centre social "Notre Maison"

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2000


Libellé de la première question :
"En réponse à une question de M. Pierre CASTAGNOU et des membres du groupe socialiste et apparentés sur la réouverture d'un centre social dans le quartier "Plaisance" (14e), M. le Maire de Paris avait, lors de la séance du 28 février dernier, précisé "qu'une demande de subvention exceptionnelle de démarrage pour l'association "Carrefour 14" est en instruction depuis le 7 février 2000 dans les services concernés afin de formaliser le projet social et obtenir un agrément de la Caisse d'allocations familiales dans les meilleurs délais".
M. Pierre CASTAGNOU et les membres du groupe socialiste et apparentés demandent à M. le Maire de Paris de leur communiquer toutes les informations dont il dispose sur cette association "Carrefour 14" : date de création, statuts, noms des responsables, objet, programme, budget, etc."
Libellé de la seconde question :
"Jusqu'au 30 juin 1998, des bâtiments situés 32, rue Olivier-Noyer (14e) abritaient le centre social "Notre Maison". Des activités sociales, telles que soutien scolaire, alphabétisation, aide aux familles, centre aéré, s'y déroulaient depuis 25 ans. Ce centre était un élément indispensable à la cohésion du quartier "Plaisance", dont les difficultés sociales ont été maintes fois soulignées.
Voilà plus de 21 mois que ce centre a fermé ses portes, entraînant la disparition de ses activités.
Voilà plus de 17 mois, répondant à une question orale de Mmes Cécile SILHOUETTE et Sylvie SCHERER à M. le Maire de Paris, lors de la séance du Conseil de Paris, en date du 23 novembre 1998, M. LEGARET, adjoint chargé des Finances, déclarait que "la Ville de Paris envisageait de demander à la Caisse d'allocations familiales de faire émerger un équipement de centre social dans l'arrondissement et attendait la réponse de cet organisme".
Rendu public le lundi 7 février, le rapport du Commissaire-enquêteur concernant la Zone d'aménagement concerté "Didot" concluait à la pénurie de locaux associatifs dans le 14e arrondissement.
Lors de la séance du Conseil de Paris, en date du 28 février dernier, Mmes Cécile SILHOUETTE et Sylvie SCHERER ont interrogé une nouvelle fois M. le Maire de Paris sur ce problème.
M. LEGARET a répondu notamment que "l'action concertée de la C.A.F., de la Fédération des centres sociaux, des élus concernés et des services de la Ville a rendu possible, l'an passé, l'émergence d'une association susceptible d'assurer la gestion d'un nouveau centre social : il s'agit de l'association "Carrefour 14".
Mmes Cécile SILHOUETTE et Sylvie SCHERER souhaitent obtenir des informations concernant l'association "Carrefour 14" qui ne semble pas déclarée à la Préfecture de police : quels sont ses statuts, son objet, la composition de son bureau ?
Elles souhaitent également savoir si les associations actives au sein de l'ancien centre social "Notre Maison" ont été contactées pour participer à la gestion du centre social à venir.
Enfin, Mmes Cécile SILHOUETTE et Sylvie SCHERER demandent à M. le Maire de Paris si un échéancier a été établi pour la réalisation de ce nouveau centre social."
Réponse (Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint) :
"Suite à la disparition du centre social "Notre Maison", dans le 14e arrondissement, due à la décision de l'association gestionnaire de cesser ses activités, un comité de pilotage regroupant l'ensemble des partenaires concernés - C.A.F., Ville de Paris, élus et fédération des centres sociaux de Paris - a été mis en place afin de créer un nouveau centre social.
Dans le cadre de ce comité de pilotage, la Ville de Paris a diligenté un audit afin de réévaluer les besoins du quartier et surtout les "forces" potentielles susceptibles d'assurer la gestion d'un centre social.
L'émergence d'une association a ainsi été possible : il s'agit de l'association "Carrefour 14". Cette association a été déclarée à la Préfecture de police le 16 septembre 1999. Son siège social est situé au 82, boulevard Jourdan, 75014 Paris. Son bureau est composé de M. Jacques HARDANGE (Président), de Mme Véronique DESMAIZIERES (Trésorière) et de M. Jean-Louis VALENTIN (Secrétaire).
Cette association a pour objet, selon l'article 2 de ses statuts, de "gérer un centre social mettant en ?uvre dans l'ouest du 14e arrondissement des activités de nature à aider, dans le quartier, les familles et les personnes isolées qui rencontrent des difficultés de vie. L'association poursuit cet objectif en accueillant les habitants et en les informant sur le concours que peuvent apporter les services sociaux et les associations du quartier (...)".
L'association "Carrefour 14" a déposé le 7 février 2000 une demande de subvention de démarrage auprès des services concernés de la Ville de Paris (D.A.S.E.S.). Cette demande est en cours d'instruction. Le budget présenté par l'association correspond au recrutement d'une personne à mi-temps (soit 180.000 F en année pleine) chargée de rencontrer l'ensemble des associations concernées par le projet et de préparer le projet social qui devra être soumis à la C.A.F. pour agrément. Des frais de secrétariat et de comptabilité ont également été prévus par l'association sur la base de 4.000 F par mois pendant la période d'élaboration du projet.
En ce qui concerne l'échéancier, le recrutement de la personne à mi-temps sera effectif à compter du 1er avril 2000. Cette personne va prendre contact avec les associations et organismes intéressés par la création du centre social afin de définir des axes prioritaires. Le projet social devrait être déposé à la C.A.F. dans le courant du troisième trimestre 2000. Une partie des locaux de l'hôpital Broussais, destinée au futur équipement, devrait être libérée au mois de septembre 2000, sachant qu'il n'est pas nécessaire d'envisager de gros travaux. Compte tenu de ces éléments, l'association souhaiterait ouvrir les portes du nouveau centre social en décembre 2000."