Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

105 - QOC 2000-193 Question de M. Jean-Pierre REVEAU, élu du Front national, à M. le Préfet de police au sujet du bilan, mois par mois, établissement par établissement, de la violence scolaire pour 1999

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2000


Libellé de la question :
"M. Jean-Pierre REVEAU demande à M. le Préfet de police de lui fournir le bilan, mois par mois et établissement par établissement, de la violence scolaire à Paris au cours de l'année 1999."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"La lutte contre les actes de délinquance commis au sein des établissements scolaires parisiens constitue l'une des toutes premières priorités des services de police.
Je rappellerai, en premier lieu, que des actions, à la fois préventives et répressives, sont mises en oeuvre, depuis plusieurs années, dans ce domaine, et qu'elles ont été développées grâce à la réforme des services actifs de police, intervenue en avril 1999.
L'action des services de police s'inscrit, en effet, dans le cadre d'un partenariat renforcé avec le Ministère de l'Education nationale.
Une telle orientation a été prise dès 1998, avec la signature d'une convention partenariale. 50 actions ciblées en direction des éducateurs ont été réalisées en 1999, en application de cet accord.
Le Plan gouvernemental de lutte contre les violences scolaires vient aujourd'hui conforter et renforcer cette orientation.
Des contacts particuliers sont établis entre les services de police et les chefs d'établissement à chaque rentrée scolaire. Un suivi permanent est ensuite assuré.
En effet, les chefs d'établissement et l'ensemble de l'équipe socio-éducative disposent désormais d'interlocuteurs privilégiés directs que sont les représentants des missions de prévention et de communication, présents dans chaque arrondissement.
Des actions de prévention sont, par ailleurs, menées, au sein des établissements scolaires, par les fonctionnaires de la police urbaine de proximité, qui interviennent auprès des élèves sur les thèmes de la violence, du racket ou de la toxicomanie. 384 rencontres-débats de ce type ont été réalisés durant le seul premier trimestre de l'année scolaire en cours.
En outre, pour répondre aux interrogations des adultes, des réunions d'information sont organisées au profit des équipes éducatives ou des parents qui en font la demande.
La 2e phase du Plan gouvernemental préconise, notamment, une action ciblée en direction des établissements les plus sensibles.
Partant du constat que les 639 incidents scolaires recensés en 1999 avaient été commis dans 40 établissements sur les 1.256 que compte la Capitale (883 établissements publics, 373 établissements privés), la Direction de la Police urbaine de proximité a, en effet, engagé une action renforcée dans le domaine de la lutte contre les violences scolaires, en accentuant la présence policière aux abords de ces 40 établissements.
A la demande de M. le Ministre de l'Education nationale, M. le Recteur de Paris a dressé une liste des établissements qu'il souhaitait voir bénéficier d'actions de prévention renforcées.
Le cadre d'intervention des services de police a ensuite été défini pour chacun des 14 établissements recensés, lors d'une réunion que j'ai tenue avec le directeur de l'Académie de Paris et les chefs d'établissement concernés.
Ces actions se sont notamment traduites par un renforcement de la surveillance et de l'îlotage, et par une multiplication des interventions à caractère opérationnel.
Les récents résultats obtenus en matière de lutte contre le racket aux abords de plusieurs établissements scolaires du 20e arrondissement sont, de ce point de vue, encourageants.
Une dizaine de jeunes mis en cause dans ce type d'affaires ont été interpellés et présentés au juge des mineurs.
Deux mineurs, scolarisés dans un collège du 18e arrondissement, auteurs de coups portés sur un de leurs camarades, ont été également interpellés, le 20 mars dernier, par les fonctionnaires de police locaux.
Je puis donc vous assurer que la lutte contre la délinquance dans les établissements scolaires et à leurs abords fait l'objet d'actions particulièrement soutenues de la part des services de la Préfecture de police."