Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

37 - 2000, DPA 114 - Transfert des activités d'une halte-garderie et aménagement de locaux dans l'immeuble communal situé 8, rue des Prouvaires (1er). - Autorisation à M. le Maire de Paris de déposer les demandes de permis de démolir et de construire correspondantes

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2000


M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DPA 114 concernant le transfert des activités d'une halte-garderie et aménagement de locaux dans l'immeuble communal situé 8, rue des Prouvaires.
La parole est à M. LE GARREC.
M. Alain LE GARREC. - Merci, Monsieur le Maire.
Cette fois-ci, vous nous demandez d'approuver le transfert d'une halte-garderie du 1er arrondissement, sans nous dire d'ailleurs que ce transfert coûtera à la collectivité parisienne 2,8 millions de francs.
Quel est le problème ? Cette halte-garderie se trouve rue Rambuteau et vous voulez la transférer rue des Prouvaires. Traduit en terme de quartier pour ceux qui ne connaissent pas, il s'agit de transférer une halte-garderie qui est au nord du jardin des Halles vers un immeuble qui se trouve au sud du jardin des Halles. Pourquoi ? Parce que la rue Rambuteau et l'immeuble qui accueille aujourd'hui la halte-garderie subissent - ce sont vos termes - des contraintes de bruit et de sécurité. En clair, disons les choses telles qu'elles sont, des S.D.F. dorment devant la porte, urinent sur les murs et, effectivement, les parents - et je les comprends - qui amènent leurs enfants ne sont pas très à l'aise, les employés non plus.
Monsieur le Maire, depuis des années, ce quartier dépérit. Depuis des années, des bâtiments qui entourent le Forum des Halles sont laissés à l'abandon, espaces non utilisés, non nettoyés, car la municipalité du 1er et la Municipalité de Paris font ici le minimum.
Accepter, Monsieur le Maire, qu'un équipement collectif soit transféré parce que la Ville de Paris n'a pas fait son métier dans ce quartier est irresponsable et ne résoudra en aucun cas les problèmes. Même plus, il va les augmenter.
Expliquer aux habitants que la Ville de Paris se sauve au lieu de faire face va être très difficile.
Ce qui est extraordinaire, c'est que c'est la S.E.M. Centre, présidée par le maire du 1er arrondissement, qui offre l'emplacement rue des Prouvaires, l'offre pour 2,8 millions quand même ! C'est aussi la S.E.M. Centre qui doit entretenir les bâtiments qui accueillaient la halte-garderie.
Le maire du 1er arrondissement a émis l'idée de remplacer la halte-garderie par une sorte de tour de contrôle qui accueillerait des agents de sécurité surveillant, à l'aide de moniteurs de télévision, les allées et venues dans le quartier des Halles. Je laisse aux membres de notre Conseil le soin de réfléchir à cette idée. Souriez dans le jardin des Halles, vous êtes filmés ! Je suppose que la nuit, le relais sera pris par des caméras à infrarouge.
Tout ceci n'est pas sérieux. Pour rendre le quartier des Halles sûr, il faut que la Ville de Paris y prenne ses responsabilités en rendant utilisables les espaces laissés à l'abandon, en y créant des activités, en s'y intéressant. Le reste n'est que de la mauvaise science fiction.
Nous voterons contre, car quand une collectivité déménage des équipements à usage collectif et de proximité, elle ne joue pas son rôle, elle déserte, et c'est la plus mauvaise solution.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - La parole est à M. LEGARET.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, au lieu et place de Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint, au nom de la 5e Commission. - Monsieur le Maire, il est très commode de rejeter sur la Ville de Paris toutes les responsabilités, notamment en prétendant que c'est de la faute de la Ville si des S.D.F. sont installés toute la nuit à proximité de la porte de la halte-garderie Rambuteau où se trouve un renfoncement propice à l'incrustation de ces S.D.F...
(Protestations sur les bancs des groupes socialiste, communiste et du Mouvement des citoyens).
... C'est ce que vous avez dit, c'est la faute de la Ville de Paris. Vous avez dit que vous ne pouviez pas assumer ces carences de la Ville. Je suis bien obligé de constater que ce n'est pas faute d'avoir fait des travaux d'entretien, de nettoyage, de désinfection très importants. Le fonctionnement normal de cet établissement ne peut pas être assuré. Je pense qu'il faut que les autorités de police veillent à ce qu'on redonne à cette terrasse Rambuteau un accès normal.
N'importe comment, il reste d'autres équipements publics en dehors de la halte-garderie, c'est une longue affaire, je me tourne vers le représentant de M. le Préfet de police pour dire que nous sommes très attentifs et toujours, malheureusement, très insatisfaits de la manière dont la sécurité est assurée sur cette terrasse Lautréamont.
Pour le reste, je crois qu'il faut tirer les conséquences de cette localisation parce que pour les parents et pour les familles, ce n'est pas vivable. Il faut le savoir et si vous connaissiez bien les problèmes locaux, Monsieur LE GARREC, vous seriez obligé d'admettre que pour les familles et pour les mères de famille, ce n'est pas acceptable de laisser des enfants dans ces conditions là.
C'est la raison pour laquelle nous nous sommes effectivement résolus à contre coeur à procéder à ce déménagement qui est une opération relativement coûteuse qui consiste à réparer une erreur d'implantation et, hélas, à constater qu'il n'a pas été possible de restituer à ce lieu un usage normal. Nous le regrettons comme vous, mais nous ne restons pas sans agir, nous proposons une solution et cette solution nous paraît satisfaisante.
C'est la raison pour laquelle je vous propose, Monsieur le Maire, de délibérer favorablement sur cette proposition.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPA 114.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, DPA 114).