Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

30 - 2000, DAC 69 - Subvention exceptionnelle d'équipement à la société "S.C.I. de la salle Gaveau" (16e). - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec ladite société une convention. - Montant : 3.510.000 F

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2000


M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DAC 69 relatif à l'attribution d'une subvention exceptionnelle d'équipement à la société "S.C.I. de la salle Gaveau".
La parole est à M. BEDOSSA.
M. Adrien BEDOSSA. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, la salle Gaveau est un lieu mythique de la vie musicale à Paris, notamment pour la musique instrumentale et la musique de Chambre. Son état actuel est effectivement très dégradé et sa restauration complète est nécessaire. C'est un lieu de concert mondialement connu et son existence doit être défendue avec ardeur : les plus grands solistes, les plus grands ensembles de musique de chambre s'y sont produits et les plus grands concours instrumentaux de renommée mondiale se sont déroulés dans cette salle.
Cependant, depuis quelques années le dépérissement de la salle Gaveau ne fait que s'accentuer. Est-ce la programmation ? Est-ce le manque de moyens dans la gestion ? Est-ce la concurrence des nombreuses autres manifestations ou seulement sa situation actuelle ?
Moi, je ne sais pas, mais la vérité est dans ce constat.
Aussi me permettrais-je de vous poser plusieurs questions.
La Ville s'engage plus que l'Etat dans la 1ère tranche d'une opération de restauration pour le patrimoine classé, est-ce la norme ?
La Ville ne s'engage pas pour la 2e tranche, pourquoi ?
Enfin les propriétaires privés sont des groupes immobiliers, filiales de banque. Certes l'ordonnance de 1945 protège l'activité de cette salle de concert - musique classique essentiellement - mais rien ne nous garantit contre une cession à un propriétaire privé du type Société de T.V., radio ou organisateur de "showbiz".
Pour éviter cette transformation d'objectifs, une fois les travaux subventionnés effectués, le groupe "U.D.F. et Modérés" considère que la Ville de Paris doit faire savoir "urbi et orbi" qu'elle se porterait immédiatement acquéreur, si ce processus devait se faire ou, si elle n'était pas à vendre, souscrire un bail pour faire de cette salle le festival de la "Roque-d'Anthéron" à Paris, ou "Saint-Martin in the Fields" pendant toute l'année. C'est un projet simple et clair pour garder à Paris ce temple de la vraie et grande musique classique, beaucoup moins onéreux et plus réaliste que d'autres projets actuellement avancés.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - La parole est à Mme MACÉ de LÉPINAY.
Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Monsieur BEDOSSA, vous avez souligné combien la salle Gaveau est une salle importante dans le paysage musical parisien et français. Vous avez souligné que les plus grands musiciens s'y sont produits. C'est l'une des salles qui a la meilleure acoustique à Paris. C'est une salle très agréable pour celles et ceux qui la fréquentent et pour les musiciens qui y jouent. La Ville de Paris est tout à fait attachée à la protéger et à lui garder évidemment sa vocation.
Je voudrais vous rassurer en ce qui concerne la subvention : nous ne la versons pas à la légère. Des garanties nous sont données par, d'une part le classement parmi les monuments historiques dont la salle a bénéficié en 1993 et qui la protège, d'autre part par l'ordonnance de 1945 qui impose à la salle Gaveau de demeurer une salle de concerts.
C'est ainsi effectivement que, de façon assez exceptionnelle, la Ville se propose de soutenir une société civile immobilière.
Vous vous étonnez du montant de la participation de la Ville. Comme c'est indiqué, la restauration complète de la salle Gaveau s'élève à un peu plus de 26 millions.
Cette opération sera réalisée en deux phases : la première, celle qui nous concerne aujourd'hui, de 16,8 millions, prévoit notamment la restauration de la partie "monuments historiques" pour 14,7 millions. La subvention de la Ville représente 23,7 % de la partie "monuments historiques" et 21 % de la première phase.
Je rappelle que cette subvention de 3.510.000 F ne sera versée que sur factures, ce qui implique que les travaux auront bien eu lieu quand la Ville versera cette somme. Si l'Etat n'accorde que 2,638 millions, soit 15,7 % de la première phase, la Région a voté 3.750.000 F, c'est-à-dire plus que la Ville de Paris.
Enfin, si la Ville ne se porte pas acquéreur pour l'instant de la salle Gaveau, c'est parce que la salle n'est pas à vendre. Je ne peux pas présager de l'avenir, mais en tout état de cause, je crois que nous avons toutes les garanties que la salle sera maintenue dans sa vocation actuelle et je crois, Monsieur BEDOSSA, que nous pouvons voter cette subvention sans craindre pour l'avenir.
Merci.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 69.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, DAC 69).