Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

61 - QOC 2000-220 Question de Mme Danièle GIAZZI, MM. Gérard LEBAN et Dominique CANE à M. le Préfet de police à propos de la présence de rollers sur les trottoirs

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2000


Libellé de la question :
"Mme Danièle GIAZZI, MM. Gérard LEBAN et Dominique CANE sont préoccupés par la présence de rollers de plus en plus nombreux sur les trottoirs de la Capitale.
Ces derniers se faufilent silencieusement entre les piétons, souvent à vive allure, au mépris de toute règle de bienséance ou de sécurité.
Mme Danièle GIAZZI, MM. Gérard LEBAN et Dominique CANE souhaitent connaître la législation dans ce domaine."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Les utilisateurs de patins à roulettes sont actuellement, en l'absence de réglementation spécifique, considérés comme des piétons et ont donc, de ce fait, l'obligation de circuler sur les trottoirs.
Le développement important de cette pratique, qui est devenue un véritable mode de déplacement urbain, a conduit à la création d'un groupe de travail, sous l'égide du Ministère de la Jeunesse et des Sports.
Son objectif est, d'une part, de mieux connaître les adeptes de ce sport et leurs différentes pratiques et, d'autre part, d'étudier les incidences du développement important de cette pratique en milieu urbain sur le partage de l'espace public et sur les relations entre les piétons et les véhicules.
Cette structure comprend des représentants des Ministères de l'Intérieur, de l'Equipement, des Transports et du Logement, de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement, de la Jeunesse et des Sports, de la Prévention routière, de l'Observatoire des déplacements urbains de la Ville de Paris, ainsi que des socioprofessionnels des secteurs associatifs et sportifs.
Un représentant de la Préfecture de police participe également à ses travaux.
Les aspects relatifs à la mise en place d'un cadre juridique de la pratique du roller, ainsi que ses incidences sur le Code de la route, sont également étudiés au sein de cette structure.
Plusieurs initiatives ont, par ailleurs, été prises par la Préfecture de police pour veiller à la sécurité des utilisateurs de rollers, ainsi qu'à celle des autres usagers de la voie publique, en particulier des piétons.
C'est ainsi qu'en juin 1998, j'ai créé une unité de policiers équipés de patins à roulettes.
Celle-ci est chargée, d'une part, d'assurer un encadrement mieux adapté des différentes manifestations en rollers qui se déroulent à Paris, et plus spécialement des randonnées du vendredi et du dimanche qui rassemblent plusieurs milliers de personnes.
D'autre part, les fonctionnaires ont pour mission d'informer les adeptes du roller de leurs droits, mais également, de leurs obligations, notamment, en ce qui concerne le respect de la circulation des piétons sur les trottoirs.
Enfin, je précise que j'ai appelé l'attention de M. le Maire de Paris sur l'intérêt que présenterait l'aménagement d'un certain nombre de sites dans la Capitale en faveur de cette catégorie d'usagers visant, notamment, à leur permettre d'acquérir une maîtrise satisfaisante de la pratique de cette activité.
Une étude, menée conjointement par mes services et ceux de la Ville de Paris, est donc actuellement en cours pour déterminer les lieux les plus appropriés pour l'accueil de ces aménagements."