Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

63 - 2001, DAEE 8 - Autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant à la convention d'objectifs-cadre signée à l'Office de Tourisme et des Congrès de Paris. - Subvention de fonctionnement complémentaire à l'Office de Tourisme et des Congrès, au titre de l'exercice 2001. - Montant : 10.000.000 F

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2001


M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Nous allons maintenant passer au projet de délibération DAEE 8 relatif à la souscription d'un avenant à la convention d'objectifs-cadre signée à l'Office de Tourisme et de Congrès de Paris - Subvention de fonctionnement complémentaire à l'Office de Tourisme et des Congrès, au titre de l'exercice 2001.
Je donne la parle à M. Sylvain GAREL.
M. Sylvain GAREL. - Merci, Monsieur le Maire.
Je voulais rapidement intervenir sur cette délibération d'abord pour demander que dès la prochaine, dès le budget 2002, on ne scinde plus en deux cette subvention puisque depuis plusieurs années, il est donné environ 35 millions dans le budget primitif et 10 millions ensuite.
Ce n'est pas ainsi qu'il faut fonctionner. Il faut donner un vrai budget à l'Office du tourisme de la Ville de Paris.
Deuxièmement, je voudrais signaler que depuis plusieurs années il y avait un financement paritaire entre la Ville de Paris et la Chambre de Commerce et d'Industrie, ce n'est plus le cas parce que la subvention de la Chambre de Commerce d'environ 7 millions est notoirement plus faible que celle de la Ville de Paris.
Il y a des raisons que M. BROS nous expliquera tout à l'heure mais je crois qu'il faudra revenir à un financement paritaire ou changer la composition du Conseil d'administration de l'Office du Tourisme de Paris pour que cela reflète le financement de cet organisme.
Enfin, je souhaiterai que l'on donne des informations au Conseil de Paris sur ce qui va se passer au sujet du loyer très élevé qui risque d'augmenter, des bureaux situés sur les Champs Elysées de l'Office de Tourisme et savoir ce qui est prévu pour que le prix de location de ces bureaux ne grève pas complètement le budget de cet organisme.
(Applaudissements sur les bancs des groupes "Les Verts", socialiste et radical de gauche, communiste et du Mouvement des citoyens).
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Je donne la parole à M. BROS pour répondre.
M. Jean-Bernard BROS, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Brièvement, la première chose que je voudrais dire, c'est que je suis navré qu'on passe d'une façon récurrente dans cette assemblée le tourisme à la fin d'une séance de 2 jours ou d'un jour et demi et toujours en tout cas très à la fin de toutes les délibérations.
C'est d'autant plus préjudiciable que le tourisme je le rappelle, mes chers collègues, c'est une industrie, que cela représente 50 milliards de chiffre d'affaires dans notre Ville de Paris.
Il me semble que le tourisme et toutes les activités autour mériteraient plus de considération.
Je souhaite qu'à l'avenir on puisse débattre de tout cela dans de meilleures conditions. Nous avons tous des déjeuners il est 13 heures, je pensais passer à 3 heures du matin mais en fait c'est encore pire que tout.
Pour répondre à M. GAREL, brièvement et effectivement d'une façon récurrente le budget alloué de 45 millions, on le scinde en 2 : 35 dans un primitif et 10 dans un modificatif.
Je trouve cela assez déplaisant pour les gens de l'Office de Tourisme qui sont à partir de la moitié de l'année contraints d'attendre de savoir si on votera ce budget ou pas pour gérer cette entreprise assez difficile.
Nous aurons à revoir tout cela dans le budget 2002.
Sur la participation de la Chambre de Commerce effectivement d'année en année elle s'est désengagée financièrement et matériellement. Je crois savoir que c'est suite aux gros investissements de la porte Maillot qui ont contraint la Chambre de Commerce à investir plus de 500 millions qu'ils ont souhaité se désengager.
Nous allons entreprendre un dialogue avec eux de façon à voir s'ils veulent participer ou se retirer du développement touristique de Paris.
Troisième point : sur le loyer nous sommes locataires des A.G.F. L'Office de Tourisme paie 10 millions de loyer toutes charges et toutes taxes comprises. Il est question que ce loyer double ou triple. Il est inimaginable qu'on puisse dépenser autant d'argent pour des locaux même si c'est aux Champs-Elysées.
Nous allons regarder à travers une négociation avec les A.G.F. si l'on peut accepter une augmentation normale. Autrement nous envisagerons de déménager ou de décentraliser pour partie les services centraux et de garder peut-être une vitrine plus petite qui coûtera beaucoup moins cher.
Voilà pour aujourd'hui, Monsieur le Maire.
(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste et radical de gauche, communiste, "Les Verts" et du Mouvement des citoyens).
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Monsieur BROS.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAEE 8.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2001, DAEE 8).